Archives par mot-clé : littérature

Tamil societies and visibility (23 mai) – Tamil writers in exile (24 mai), Paris

 

 

2014-05-24 15.36.44Le programme thématique  Non-lieux de l’exil s’associe avec le programme Inde de la Fondation Maison des Sciences de l’homme, ainsi que le Centre of South Asian Studies de l’Université de Cambridge dans l’organisation d’un double panel, les 23 et 24 mai 2014.

Tamil societies and visibility / Tamil writers in Exile

programme des journées :

Continuer la lecture de Tamil societies and visibility (23 mai) – Tamil writers in exile (24 mai), Paris

Représenter l’exil : la mémoire, la trace. Journée d’étude.12 juin 2014

la mémoire 

Représenter l’exil : la mémoire, la trace.

Attention, légers changements d’horaires

Journée d’étude 12 juin 2014

salles 638-640, 190-198 avenue de France 75013 Paris. M°Quai de la Gare, bus 89

 Argumentaire

Si la nostalgie vient souvent aider à figurer l’exil, il n’est pas certain qu’elle en fournisse le seul mode de représentation. La subjectivité exilique peut aussi, par stratégie d’individuation ou de conformité, choisir d’obscurcir, voire d’effacer les traces. Le travail mémoriel sert par conséquent une fonction d’aménagement symbolique de l’expérience exilique opérant dans les espaces publics comme privés. Selon les résultats, une telle élaboration aboutit  soit à postuler un intraduisible de l’expérience de l’exil, soit à la constituer en héritage.

Continuer la lecture de Représenter l’exil : la mémoire, la trace. Journée d’étude.12 juin 2014

Séminaire L’expérience de l’exil (CEM).Invitée : Marie Darrieussecq. 13 mars 2014.

 

Marie_Darrieussecq-Strasbourg_2011_(4)Dans le cadre du séminaire L’expérience de l’exil du Collège d’études mondiales, 

Alexis NUSELOVICI (NOUSS) accueille  

Marie DARRIEUSSECQ

Marie Darrieussecq a reçu le prix Médicis 2013 pour Il faut beaucoup aimer les hommes (POL – lire la recension d’Alexis Nouss). Elle est écrivain et psychanalyste. Auteur d’une quinzaine d’ouvrages de fiction et d’une dizaine de livres d’art, elle a traduit Les Tristes et Les Pontiques d’Ovide, rédigés lorsque le poète latin fut banni de Rome, sous le titre Tristes Pontiques (POL, 2008). Qu’il soit géographique ou existentiel, l’exil hante ses personnages et ses récits. La littérature comme mal d’exil ?

 

17-19h, salle 638 noyau A, plateau CNRS190 av. de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Inscription recommandée  ici

Information :  sara.guindani-riquier@msh-paris.fr

CFP Des diasporas à la « littérature mondiale » : écritures de l’exil, XXe-XXIe siècles

220px-Paris3.Sorbonne.Nouvelle_logoDes diasporas à la « littérature mondiale » : écritures de l’exil, XXe-XXIe siècles

RÉSUMÉ

L’expérience de l’exil, par ce qu’elle comporte de surprises, de traumatismes, d’exclusions, peut donner lieu à l’émergence d’une parole littéraire. L’individu, pris dans la tourmente de l’histoire et confronté à la différence (de culture, de langue, de société), est amené à mettre en scène et en fiction son parcours, par exemple sous la forme du témoignage, et à réinventer des formes littéraires et poétiques, parfois syncrétisant, parfois excluant à son tour la culture et la langue d’accueil.

ANNONCE

Journée d’étude « Des Diasporas à la « Littérature mondiale » : Ecritures de l’exil, XXe-XXIe siècles », samedi 31 mai 2014, 

 ARGUMENTAIRE

L’expérience de l’exil, par ce qu’elle comporte de surprises, de traumatismes, d’exclusions, peut donner lieu à l’émergence d’une parole littéraire. L’individu, pris dans la tourmente de l’Histoire et confronté à la différence (de culture, de langue, de société), est amené à mettre en scène et en fiction son parcours, par exemple sous la forme du témoignage, et à réinventer des formes littéraires et poétiques, parfois syncrétisant, parfois excluant à son tour la culture et la langue d’accueil.

Expérience collective de l’exil, étrangeté vécue, la Diaspora représente ce moment de déracinement, qu’Edouard Glissant définit en termes de « retour » et de « détour » dans Le Discours antillais. En quête d’une vérité (Wajdi Mouawad) ou d’un remède contre la mélancolie (Sebald), cet à rebours de l’exil a-t-il pour conséquence d’ébranler ou au contraire de mieux asseoir les fondements de la communauté ? Face à cette obsession du retour, et confrontées à l’expérience de la domination par un Autre, dans ce décalage constant de soi à soi-même, les populations diasporiques vont tenter de se (re)créer une identité collective. La langue alors devient un facteur fondamental de cette identité….

Plus d’informations ici

Modalités de soumission

Les communications de + / – 300 mots, accompagnés d‘une courte bibliographie, devront parvenir

avant le 15 janvier 2014

aux adresses suivantes : laetitia.tordjman@gmail.com / cyril.verlingue@gmail.com 

Ecritures migrantes du genre. Journées d’études du 6 janvier et 21 février 2014

CaptureEcritures migrantes du genre :  croiser les théories et les formes littéraires dans les contextes comparés

JOURNEES D’ETUDE, UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3
organisées par
Mireille Calle-Gruber, Anne Castaing, Sarah-Anaïs Crevier Goulet,
Xavier Garnier, Christine Lorre et Myriam Suchet

LUNDI 6 JANVIER 2014, salle Claude Simon (Maison de la Recherche), 14h-19h : «Comment
penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre ? » (I)
• Ouverture, Mireille Calle-Gruber
• Jean Bessière (U. Paris 3) : « Genres, études de genre : universalité ? »
• « Tradire avec Nathanaël : lecture dégenrée et commentaire indisciplinaire (Chicago, Montréal,
Paris) », par Nathanaël (écrivain, Chicago) et Myriam Suchet (U. Paris 3)
• Seza Yilancioglu (U Galatasary, Istanbul), « Les évadées du harem : premières révoltes
féministes en Turquie »
Pause-café
• Anne Castaing (ARIAS/CNRS) : « L’exil comme territoire du féminin au prisme des littératures indiennes »
• Karina Marques (U. Paris 3), « Identité nationale et identité genrée: le genre en tant que construction de pouvoir chez Ilse Losa »
• Jelena Antic (post-doctorante, U. Paris 3 « Anne Hébert et Assia Djebar : leurs œuvres, leurs “exils” ? »
• Chantal Zabus (U. Paris 13) : « Nouvelles italophonies au féminin: hospitalités postcoloniales, flux migratoires, et espaces à louer »

VENDREDI 21 FEVRIER 2014, salle Claude Simon (Maison de la Recherche), 9h30-19h :
«Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre » (II)
• Mireille Calle-Gruber (U. Paris 3), « les corps d’énergie que nous sommes »,
• Simon Harel (U. de Montréal) : « L’écriture et la survivance dans Folie passée à la chaux vive de Christine Jeanney et Stéphane Martelly »
• Ying Chen (écrivain, Vancouver) : « Le plus grand obstacle ». L’écrivain sera présenté  par Christine Lorre-Johnston (Paris 3)
• Maribel Penalver : « De l’affect des mots “migrants” : une mise en scène de l’hos(ti)pitalité poétique »
• Régine Robin : Depuis La Québécoite…
• Sarah-Anaïs Crevier Goulet (U. Paris 7/ U. Paris 3) : Entre migrance et immobilité : explorer le continent inconnu du corps chez Anne-Marie Alonzo »

• Melina Balcazar Moreno (U. Paris 3) : titre à préciser
• Sarah Carmo (U. Paris 3) : « Le hors-lieu du passage des cultures ou l’exil de Leonor
dans As Luzes de Leonor de Maria Teresa Horta »
• Xavier Garnier (U. Paris 3) : « Troubles afropolitains dans l’écriture du genre »
• Aline Bergé (U. Paris 3): « Arrière-paysages des migrantes : lectures de Leïla Sebbar »
• Yolande Cohen (UQAM, Montréal) : « Retours sur un départ: de Meknes à Montréal »

Plus d’information ici 

Marges de la littérature. Programme Séminaire (Sara Guindani-Riquier / Marc Goldschmit) ENS Ulm

ens

PSYCHANALYSE/LITTÉRATURE

Sara Guindani-Riquier et Marc Goldschmit

 

Marges de la littérature. Écriture et politique

ENS 45 rue d’Ulm, Paris, 18h-20h

 

Séminaire organisé dans le cadre de l’Institut des hautes études en psychanalyse

IHEP.fr www.ihep.fr

7 février

Léa Veinstein Se mettre à nu devant des fantômes : les lettres de Kafka à Milena

7 mars

Francesca Manzari Rêver de parler en poète (Freud et Derrida)

 21 mars

Pierre Bayard Il existe d’autres mondes

28 mars

Alexis Nuselovici (Nouss) Écriture en exil, écriture de l’exil

 23 mai

Marc Goldschmit Les métamorphoses de Zarathoustra contre le nouveau wagnérisme

30 mai

Sara Guindani-Riquier Écrire les marges, écrire en marge : la traduction en psychanalyse

Exils : une rencontre avec Hélène CIXOUS. L’expérience de l’exil (CEM).16 janvier 2014, 17-19h

 Exils : une rencontre avec Hélène CIXOUS

22HeleneCixous
(cliché Sophie Bassouls)

 

Dans le cadre du séminaire L’expérience de l’exil du Collège d’études mondiales, 

Alexis NUSELOVICI (NOUSS) accueille Hélène CIXOUS

 

17-19h, salle 638 noyau A, plateau CNRS

190 av. de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Informations : sara.guindani-riquier@msh-paris.fr

Inscription conseillée