Archives par mot-clé : migrants

Balkans, non-lieux de l’exil.

BALKANS, NON-LIEUX DE L’EXIL.

(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/
(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/

 reporté à une date ultérieure

 Balkans 2015-2016. L’actualité de la ‘crise grecque’ et des ‘flux migratoires’, mais aussi les attentats de novembre 2015 à Paris font grand usage de cette désignation dans le paysage médiatique d’Europe occidentale. Sont ainsi évoquées ‘la route des Balkans’,  ‘l’antichambre de l’Europe’ et de façon plus floue encore ‘les migrants des Balkans’.

Les Balkans, dans leur pluriel constitutif, apparaissent comme une entité spatiale et symbolique indéterminée entre Méditerranée et Mitteleuropa, aux frontières extérieures fluctuantes et intérieures morcelées, marquées par le nationalisme le plus extrême justement parce qu’elles sont supposées constituer un en-deçà des Etats-nations. Laboratoire de l’Europe à la frontière de l’Asie, champ d’intervention des politiques européennes, les Balkans signalent à la fois un lieu et un non-lieu, des entités en permanence traversées, reconfigurées, par l’histoire, le religieux, l’économique, les conflits et, de nouveau, l’érection de murs – en d’autres termes, une multiplicité d’expériences de l’exil.

Dans son acception singulière, l’espace balkanique demeure « un lieu de mémoire où l’Europe a testé les limites de son identité » (Benou & Mayali 2013-2014 : 8). A partir d’une histoire des relations de pouvoir et de la constitution d’altérités, il permet d’interroger  les imaginaires littéraires, cinématographiques, artistiques ou médiatiques au croisement de l’utopie et de la différence. Il oblige à penser les relations entre le territoire et le politique et engage dès lors à aborder la singularité du sud-est européen en multipliant les points de vue et les disciplines. Continuer la lecture de Balkans, non-lieux de l’exil.

Cycle Migrations, Inalco – Séance du 06 juin 2016 en partenariat avec les NLE

Cycle Migrations, proposé par l’INALCO

Coordonné par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (Inalco, PU Anthropologie de l’Inde).

du 30 novembre 2015 au 06 juin 2016

L’Inalco, fort de sa communauté d’enseignants chercheurs spécialistes de l’Afrique, de l’Asie, du Moyen Orient et de la Méditerranée, de l’Eurasie et de l’Europe centrale et orientale, enfin des Amériques, apporte son expertise unique et sa connaissance des langues et du terrain à l’analyse des migrations, pour faire entendre la voix de ceux qui vivent l’exil (…)

Plus d’informations et programme détaillé des séances sur le site de l’INALCO  ici.

La séance conclusive « Exposer l’exil – une mise en miroir », proposée par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine Loumpet (Non-lieux de l’exil) se tiendra le 06 juin 2016 en partenariat avec la BPI Centre Georges Pompidou.

« La condition de l’exilé. » Présentation au Comptoir des Presses, 25 novembre 2015

Le migrant est d’abord un exilé
Autour de La Condition de l’exilé, d’Alexis Nouss. Editions de la MSH, coll. Interventions, 2015.

Mercredi 25 novembre 2015 à 19h

Le Comptoir des Presses

86, rue Claude Bernard

75005 Paris, Paris (75)

Rencontre avec Alexis Nouss et Michel Zumkir

Immigré, émigré, réfugié, déplacé, etc. quel que soit l’épithète dont est gratifié l’homme en mouvement, celui-ci est d’abord pour Alexis Nouss un exilé qui doit être en mesure de bénéficier d’un droit d’exil « similaire aux droits de la personne ». L’exil représente le noyau commun à tous les phénomènes de mobilité contrainte. L’exilé n’abandonne rien et n’oublie rien de son passé. Pour faire tenir ensemble ces deux pôles, le recours à la narration, roman, journal intime, film, est nécessaire pour dire sans les réduire les tensions entre ces deux lieux. Cette expérience, partagée aussi par les intervenants, formera le cœur de l’entretien.

En présence de : 

• Alexis Nouss, professeur de littérature générale et comparée à l’université d’Aix-Marseille, co-responsable de l’initiative de recherche “Non-Lieux de l’exil” au Collège d’études mondiales de la FMSH, 

• Michel Zumkir, directeur du service de diffusion à la FMSH, écrivain et critique, a codirigé le groupe de travail étrangers/immigrés à la Ligue des droits de l’homme de 2008 à 2011.

Colloque « Etudier l’exil » 19-23 mai 2015, AMU / MUCEM (11 vidéos)

rL’initiative Non-lieux de l’exil  (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) le colloque international : ETUDIER L’EXIL.

Programme détaillé : ici

Avec nos remerciements renouvelés pour le formidable travail de captation et de mise en ligne du programme ESCOM-AAR, associé de ce colloque, et à tous les partenaires.

Mardi 19 mai 2015 (Théâtre Antoine Vitez)

Ouverture du Colloque

i
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Stéphane  LOJKINE , Professeur de littérature française, Université d’Aix-Marseille, France ; Jean-Raymond  FANLO , Professeur de littérature, directeur du collège doctoral, Université Aix-Marseille, France ; Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France – coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Yvon  BERLAND , Président de l’Université Aix-Marseille, France ; Jean-François  CHOUGNET , Président du MuCEM, Marseille, France ; Boris  LOJKINE , Réalisateur, France

Mercredi 20 mai (AMU)

Session: Etudier l’exil – Première partie

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, coordinatrice ANR EsCA, coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France – coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Nancy  GREEN L. , Directrice d’études, Centre de recherches historiques (CRH), EHESS, Paris, France ; Robert  YOUNG , Professeur de littérature anglaise et littérature comparée, New York University, USA ; Erika  LEE , Rudolph J. Vecoli Chair in Immigration History and Director of the Immigration History Research Center, University of Minnesota, USA ; Kristina  SCHULZ , Professeure boursière, Institut d’Histoire de Berne, Suisse

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, coordinatrice ANR EsCA, coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Cyril  VETTORATO , Maître de conférences en littératures comparées, ENS, Lyon ; Martine  HOVANESSIAN, Directrice de recherche au CNRS, Paris, France

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Catherine  WIHTOL de WENDEN , Politologue, directrice de recherche au CNRS, Paris, France ; Stéphane  LOJKINE , Professeur de littérature française, Université d’Aix-Marseille, France ; Mehdi  ALIOUA , Sociologue, Professeur assistant, Université Internationale de Rabat, Maroc ; Marc  BERNARDOT , Université de Lille I, France ; Christiane  VOLLAIRE , Philosophe, France ; Heindrun  FRIESE , Anthropologue, Cultural Studies, EHESS, Paris, France ; Claire  RODIER , Juriste, Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), Paris, France ; Chowra  MAKAREMI , Anthropologue, Chargée de recherches CNRS – Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS), EHESS, Paris, France

Continuer la lecture de Colloque « Etudier l’exil » 19-23 mai 2015, AMU / MUCEM (11 vidéos)

Programme 2015 & 2016

Malevitch "Carré rouge" (1915)Le programme Non-lieux de l’exil de la rentrée 2015-2016 est en cours d’élaboration.

Voici les dates et thématiques prévues :

  • 15 octobre (16h-19h30) Rencontre conjointe Non-lieux de l’exil / Moving Matters Traveling Workshop (dirigé par Susan OSSMAN -UC Riverside) avec : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Eugenia Vilela…Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici
  • 19 novembre (17h-19h30) : Atelier d’écriture Migrants / Exilés coordonné par Sara GREAVES (AMU) & Jean-Luc DI STEPHANO (IDEC AP-HM) Association  ”Ecrits et voix”. Discutant Bruno Le Dantec.
  • Le 19 novembre  (Paris), Alexandra Galitzine-Loumpet interviendra lors du Colloque « Eprouver l’interculturalité », session Frontières,  Musée de l’immigration.
  • 17 décembre  (17h-19h30) : Rencontres Femmes & Exil, avec Sedef Ecer (Auteur dramatique), Chowra Makaremi (CNRS/IRIS), Monique Selim (IRD/CESSMA), Laure Wolmark (Comité médical pour les exilés).

 2016 :

  • 25  Janvier : Nouvelles esthétiques exiliques avec Eugenia Villela et Boris Chukhovich, 14h-15h30 (salle 638, 190 avenue de France 75005 Paris) suivie d’une  réunion de l’équipe, non publique.
  • Avril (date à préciser) : rencontre consacrée à La langue matérielle de l’exil (séance proposée par Chowra Makaremi (IRIS) et A. Galitzine-Loumpet, NLE)
  • 06 juin   Exposer l’exil – une mise en miroir  avec le cycle Migrations  initié par l’INALCO. Séance proposée par Alexandra Galitzine Loumpet (Non-lieux de l’exil) et Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO), BPI Centre Georges Pompidou.

Et à partir de fin 2015 et durant toute l’année 2016, le projet DISPLACED OBJECTS.

Nous sommes tous des exilés. Texte d’Alexis Nouss

NOUS SOMMES TOUS DES EXILÉS

« Je suis Charlie ». Avec le nom viennent une identité et un lieu. Si Charlie vient de Charlie Hebdo, Charlie Hebdo du mensuel Charlie et que ce dernier prit son nom de la BD américaine Peanuts, le personnage de Charlie (Brown) y possède une maison, typiquement américaine avec ses lattes de bois en façade et son intérieur aux profonds fauteuils, rideaux à fleurs, meuble-télé et téléphone de bakélite noire. Bref, le confort du sédentaire qui s’étend jusqu’à Snoopy, lequel peut passer beaucoup de temps à méditer sur le toit de sa niche puisque, au moins, il a un toit.

Charlie Hebdo eut plusieurs maisons, jouant à la marelle dans les arrondissements parisiens, avant d’être hébergé par Libération suite au carnage du 7 janvier 2015. C’est parce que le journal avait une porte que les assassins purent y sonner. Quant au Charlie en bonnet et en pull à rayures blanches et rouges, si l’on peut se demander « Où est-il ? », c’est bien qu’il se trouve normalement quelque part. À noter qu’il se nomme Wally en Grande-Bretagne et Waldo aux Etats-Unis, ce qui contraindrait le Charlie français au statut de SDF dans ces pays-là.

Bref, Charlie a un nom, une identité et un lieu de résidence. Est-ce la raison pour laquelle des millions de personnes, possédant pareillement un nom, des papiers et une demeure purent affirmer « Je suis Charlie » tandis que personne n’est jamais descendu dans la rue en criant « Je suis (un) migrant » ou « Je suis (un) exilé », un exilé  sans nom, sans visa et sans abri ? Car force est de constater que  face à la grave crise qui frappe l’Europe quant à l’exil de masse contemporain (des milliers de morts, des milliers de détenus dans des conditions misérables, des milliers de clandestins en survie dans les  jungles, camps et autres bidonvilles multipliés), les opinions publiques semblent indifférentes alors même que les média en traitent désormais abondamment.  Aucun émoi à la mesure de la nation en France, comparable à celui qui animait les défilés du 11 janvier.

Continuer la lecture de Nous sommes tous des exilés. Texte d’Alexis Nouss

Colloque Etudier l’exil (19-23 mai 2015). Retour sur images

Quelques images des 4 jours de riches débats du colloque international « Etudier l’exil » (programme complet : ici) , dans l’attente de la mise en ligne des captations sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche.

N’hésitez pas à transmettre vos photos.

Et  à tous : merci.