Archives par mot-clé : Non-lieux de l’exil

LE MILIEU DE NULLE PART. Christiane Vollaire et Philippe Bazin, Créaphis Edition 2012

arton287-9f516Un livre magnifique que nous recommandons particulièrement,  travail en commun  de la philosophe Christiane Vollaire  et du photographe Philippe Bazin dans dix huit centres d’hébergement ou de rétention de réfugiés, essentiellement tchétchénes, en Pologne.

« Nos interlocuteurs voulaient parler, et certains même se sont battus contre les barrières de la langue, parfois contre celles qu’opposaient certains responsables de centres; parfois contre celles du regard des autres, pour entrer en communication. Ils voulaient montrer leurs espaces de vie […]. Ce désir de visibilité, ce désir d’apparaître dans l’espace public, est l’objet, photographique autant que philosophique, de ce travail. »  
Christiane Vollaire

flyer Le milieu de nulle_partHD.pdf

 Les Non-lieux de l’exil présenteront une série de compte-rendus de cet ouvrage  proposés à différents chercheurs et praticiens : diversités d’approches et de voix pour tenter,  d’une certaine façon, de faire pendant à la pluralité des expériences de l’exil restituée par le livre.  Cette approche plurielle est ouverte : celles et ceux qui voudraient proposer leur lecture peuvent nous contacter à cet effet.

Les prochaines présentations de l’ouvrage auront lieu  :

Mercredi 13 mars à AIX-EN PROVENCE à 19h
Librairie Vents du Sud
7 rue Maréchal Foch
13100 Aix-en Provence
Jeudi 14 mars à MARSEILLE à 18h
Librairie de lʼArbre
38 rue des Trois Mages
13006 Marseille
Vendredi 15 mars à SALON-de-PROVENCE à 19h
La Case à Palabres
44 rue Pontis
13300 Salon-de-Provence

 

 

Séminaire « L’expérience de l’exil », séance du 20 mars 2013. A. Nuselovici (Nouss), Gretty M. Mirdal (Collège d’études mondiales)

2013-03-20 17.10.32La prochaine séance du séminaire « L’expérience de l’exil » aura lieu le 20 mars 2013, salles 638-640, « Le France » de 15 à 19h.  (Détails et informations disponibles ici).

Les conférences seront les suivantes  :

15h – « Exil et Post-exil » par Alexis Nuselovici (Nouss)

17h- « La psychosomatique de l’exil » par Gretty M. Mirdal

Munksgaard (ed), 1995
Munksgaard (ed), 1995

Programme conjoint Rencontres « Non-lieux de l’exil » et séminaire « L’expérience de l’exil » (Collège d’études mondiales) Février-Juin 2013

Depuis le 20 février 2013, le séminaire « L’expérience de l’exil » du Collège d’études mondiales  prolonge les réflexions menées dans le cadre des rencontres du programme thématique « Non lieux de l’exil »  (programme complet 2012-2013 ici). Parce que ces évènements ouvrent un espace de réflexion et d’échange complémentaire, élaboré en commun, à la fois laboratoire de pratiques et de conceptualisation d’un champ nouveau,  nous avons pris le parti de les annoncer ensemble sur ce carnet, mais également au travers de la liste de diffusion des rencontres « Non-lieux de l’exil » (inscription : marine.sam@cnrs.fr) et du compte facebook associé.

Si les dates sont fixes, l’organisation de certaines séances du séminaire « L’expérience de l’exil » est susceptible d’être précisée.

Sauf avis contraire, toutes les séances du séminaire et les rencontres « Non-lieux de l’exil » ont lieu dans les salles  638-640 ou 641 du Noyau A,  190 avenue de France, 75013 Paris (Métro Quai de la Gare, bus 89), dans le cadre d »un partenariat avec le Réseau Asie (FMSH-CNRS)

PROGRAMME FÉVRIER-JUIN 2013

 FÉVRIER  

–   20 Février : SEMINAIRE (Collège d’études mondiales)  (15h- 18h30, salles 638-641)

  • Alexis Nouss : « L’exil comme expérience »
  • Michel Wieviorka (Sociologue, administrateur FMSH, Paris) : « Pour un concept d’’exil » 

MARS

20 mars 2013 : SEMINAIRE (Collège d’études mondiales)  (15h- 18h30, salles 638-640)

  • Alexis Nouss : « Exil et post-exil »
  • Gretty M. Mirdal (Professeur de psychologie Université de Copenhague, Directrice IEA-Paris) : « La psychosomatique de l’exil »

–  21 Mars 2013 : NON-LIEUX  DE L’EXIL : Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

  • Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE)
  • Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)
  • Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil
  • Discutantes : Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

– 29 mars 2013: NON-LIEUX  DE L’EXIL : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet 75020 Paris)
Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

  •  Table-ronde 1 : La scène comme exil (14h15) avec Eloi Recoing (coordination), Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux
  • Table-ronde 2 : Solitude de Kleist (16h30) avec Alexis Nuselovici (Nouss) (coordination),  Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.
  • 20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

AVRIL 

 24 Avril SEMINAIRE (Collège d’études mondiales) (15h- 18h30,salles 638-640)

  • Laurier Turgeon (Professeur, Université Laval, Quebec, Chaire du patrimoine ethnologique du Canada): « Patrimoine et expérience de l’exil: exemples québecois»
  • Dominique Poulot (Pr, Université de Paris I)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

–  25 Avril 2013 :NON-LIEUX  DE L’EXIL : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salles 638-640)
Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)

« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence), Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

 MAI 

– 22 mai 2013 : NON-LIEUX  DE L’EXIL :  Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640) Attention! cette séance a exceptionnellement lieu le matin.
Intervenant : Octave Debary (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants : Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

– 23 Mai –SEMINAIRE (Collège d’études mondiales)  (15h- 18h30, salles 638-640)

  • Alexis Nouss : « Exil et écriture »
  • Svetlana Boym (Curt Hugo Reisinger Professor of Slavic Languages and Literatures and Professor of Comparative Literature, Harvard University) : « Immigrant Arts and Cosmopolitan Solidarities »

JUIN 

– 20 Juin – SEMINAIRE (Collège d’études mondiales) (15h- 18h30, salles 638-640)

  • Alexis Nouss : « Exil et territoire »
  • Sherry Simon (Professeur, Université Concordia, Montréal) : « À la rencontre de la ville fragmentée : l’exil à Montréal »

 

Journée d’étude du 29 mars 2013. Le théâtre et l’exil (NLE/Paris 3/Théâtre aux mains nues/Médiathèque M. Duras)

Journée d’étude

Vendredi 29 mars 2013
14h-18h

Médiathèque Marguerite Duras
75020 Paris (Entrée libre)

Le théâtre et l’exil, argumentaire

A l’occasion de la création au Théâtre aux Mains Nues de « Käthchen, mon amour », dans une mise en scène d’Eloi Recoing, d’après l’œuvre de Heinrich Von Kleist, il nous a semblé propice, dans le cadre des rencontres Non-lieux de l’exil, d’interroger par le prisme de Kleist cette relation entre le théâtre et l’exil.

L’œuvre de Kleist est inséparable de son auteur et de la solitude qui fut la sienne. Exilé dans son époque, trop fragile pour être au monde, dans un monde contraire à tout son être, Kleist s’exila dans son théâtre dans un geste de survie. Cet être inexprimable trouva dans la fiction et le simulacre une réponse provisoire à la crise éthique profonde qu’il traversait.

Il s’est fait le sismographe de sa vie psychique et il a produit un théâtre fantasmatique fort inquiétant. Pouvoir d’inquiétude en effet de ces drames où chaque personnage semble rêver la scène qu’il est en train de jouer. C’est un théâtre de la nuit, écrin de l’exilé, où la langue s’écorche et se blesse à dire l’innommable.
Un théâtre en lisière du rêve, dans l’entre-deux de la conscience, et qui pourtant ne bascule jamais dans l’onirisme. Un théâtre tout en tension, faisant surgir dans le réel un niveau de conscience exacerbé. 

Le cas Kleist est sans doute exemplaire. Son théâtre est le lieu d’une expérience exilique. Et la cage de scène : un laboratoire de la conscience, un lieu de solitude où le sujet, dans un combat de soi avec soi, tente d’échapper à ses propres affects, cherche obscurément l’accès à la vérité de son histoire.

Comme il le rappelle dans son célèbre essai sur le théâtre de marionnette, l’homme est condamné à cette solitude, égaré qu’il est entre deux infinis : le pantin articulé et le dieu.

Au-delà de Kleist, cette dimension « exilante » de la scène, pour celui qui s’y expose, mérite d’être questionnée. Le traducteur, l’acteur, le metteur en scène, sont autant de figures exposées à l’exil : dans leur propre langue, dans les coulisses de leur rôle ou, dans le cas du metteur en scène, condamné à se tenir sur le seuil, entre la scène et la salle, dans ce va-et-vient permanent de projection de soi dans l’autre et de retrait, dans cette distance nécessaire qu’il faut construire avec son sujet, afin que le théâtre soit pour le spectateur une expérience exilique « réussie ».

Programme

Table ronde n°1 La scène comme exil

13h45 Accueil des participants

14h Introduction/présentation

14h15 Première table ronde
Coordination : Eloi Recoing
Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

15h15 Discussion

15h45 Pause café 

Table ronde n°2 Solitude de Kleist

16h15 Introduction/présentation

16h30 Seconde table ronde
Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing,Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

17h30 Echange final

18h Clôture de la journée

20h : Représentation de Käthchen, mon amour
adaptation d’après La petite Catherine de Heilbronn de Kleist
Mise en scène : Eloi Recoing
Marionnettes et théâtre d’acteurs, tout public dès 10 ans.

Au Théâtre aux Mains Nues
Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79
rp.mediation.tmn@wanadoo.fr
Tarifs 5€ / 7€ / 12 €

Théâtre aux Mains Nues 7 square des Cardeurs 75020 Paris
www.theatre-aux-mains-nues.fr
Métro Porte de Montreuil ou Maraîchers, Ligne 9 (10 min à pied)
Porte de Bagnolet, Ligne 3 (10 min à pied)

Partenaires 

  • Programme Non-lieux de l’exil (Fondation Maison des Sciences de l’Homme )
  • Laboratoire International de Recherche sur les Arts (LIRA), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Théâtre aux Mains Nues (7 square des Cardeurs 75020 Paris)

Organisation

  • Alexis Nuselovici (Nouss) (Non-lieux de l’exil/Cardiff University)
  • Eloi Recoing (LIRA/Sorbonne Nouvelle/Théâtre aux Mains Nues)

 

Lieu de la journée
Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet 75020 Paris
Bus : 26, 64, 76, Traverse de Charonne et PC2
Métro Porte de Bagnolet, ligne 3

Réservation auprès du Théâtre aux Mains Nues 01 43 72 19 79

Rencontre du 21 Février 2013. Objets de l’exil II. Objets absents /Objets de l’absence. Debesh Goswami, Catherine Servan-Schreiber, Laure Wolmark

 

Photo Galerie Hélène Lamarque, Paris

Intervenant : Debesh Goswami

Discutantes : Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, CNRS-EHESS), Laure Worlmark (Comede)

14h30-18h, salles 640-641, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Eléments bio-bibliographiques

Debesh Goswami dans son atelier parisien, avec les sculptures du jeu
d’échecs sans échiquier (photo Dominique Champion)

GOSWAMI Debesh vit et travaille entre Rennes, Paris et Calcutta. Formé  à la   Rabindra Bharati University, Kolkata, Inde (Bachelor of Arts, 1994) et à  l’Université de Rennes 2 (doctorat en 2001), il est professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes. Son oeuvre interroge le corps et les frontières, et plus largement, le déplacement, territorial et culturel. Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles, en Inde et en Europe, depuis 1996, parmi lesquelles :  « A place called body » (Galerie Hélène Lamarque Paris, France, 2008), « Bread for everybody »(Champs Libres, Rennes, 2008),  « Uprooted » ( Galerie Chemould, Kolkata, India, 2005), «  »Flexible borders » (Galerie du Haut Pavé, Paris, France, 2004),  « Existence », (Ashutosh Centenary Hall, Indian Museum, Kolkata, India, 2003), « Sculptures and drawings » (Artmediair Gallery, The Hague, Netherlands, 2003), « Body into temple into body » (Galerie Atelier ADAC, Paris, France, 2003), « From my garden », Cité Internationale des Arts, Paris, France, 2002), « Installation »  (Bangladesh National Museum, Dhaka, Bangladesh, 2001). Il a également participé à diverses expositions collectives, à Hong-Kong, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Enfin, il a été lauréat de différents prix (Prix de Sculpture, Annual Exhibition of Rabindra Bharati University, Inde 1990 & 1993) et résidences d’artistes en Pologne, aux Etats-Unis et en France (Drac Bretagne, Cité internationale des Arts, France).  Site personnel

SERVAN-SCHREIBER Catherine, chargée de recherche au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, CNRS, Ehess). Chargée de cours à l’Inalco (littérature médiévale indienne). S’intéresse à l’histoire de la musique en migration, et plus précisément, l’histoire de la musique indienne à l’Ile Maurice , au Surinam et au Trinidad. Dirige l’équipe « La diaspora indienne de l’Océan Indien après l’engagisme ». Co editrice du volume « Diaspora indiennes dans la vile, Hommes et Migrations ». Auteur de « Histoire d’une musique métisse à l’île Maurice. Chutney indien et séga Bollywood » (2010).S’intéresse à l’intégration des artistes indiens dans la Cité.

 WOLMARK  Laure devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité médical pour les exilés), où elle poursuit l’expérience de la pratique clinique avec des interprètes. Parmi ses publications :« Une mission à Aceh »,  PsychoMedia, 2005. « Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte », Revue Science et Video, Université d’Aix-en Provence, 2010.« Santé mentale des migrants, mieux caractériser pour mieux soigner », », Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire, n°2-3-4/2012, Santé et recours au soin des migrants en France.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

Rencontre du 19 décembre 2012. Langages de l’exil IV. Nurith Aviv, Léda Mansour, Eloi Recoing

 Attention modification : C’est le film « D’une langue à l’autre » qui sera projeté lors de la séance.

 Intervenante : Nurith Aviv

Cette séance est consacrée à l’oeuvre de Nurith Aviv et plus précisément à son film « D’une langue à l’autre , projeté lors de la rencontre, en sa présence.

Parfois je me réveille avec l’angoisse que l’hébreu appris avec tant de peine s’évanouisse disparaisse. » (Aharon Appelfeld)

Continuer la lecture de Rencontre du 19 décembre 2012. Langages de l’exil IV. Nurith Aviv, Léda Mansour, Eloi Recoing

Rencontre du 25 octobre 2012. Langages de l’exil II : Olga Hazan, Emmanuel Guibert, David Lengyel

La prochaine rencontre aura lieu le jeudi 25 octobre prochain, exceptionnellement de 10h à 12h30 (salle 638).

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal)

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

 « Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle »

  Les illustrations couleur des haggadoth sépharades produites à partir de la fin du Moyen âge donnent à voir  deux types de narration : historique et rituelle. La juxtaposition de ces illustrations et leur association avec le texte et les rites de la haggadah pascale donnent lieu à divers types de déplacements et de condensations des espaces et des temps. En évoquant plusieurs haggadoth du XIVe siècle, nous observerons la manière dont textes, images et rites se croisent et se complètent, en des concordances et des discordances qui donnent à la pâque une dimension mémorielle particulière.

 

Plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). Accueil dès 9h45 autour d’un café.

 

 

 

 

 

 

 

Eléments bio-bibliographiques

GUIBERT Emmanuel est auteur de bandes dessinées et autres livres pour petits et grands. Une part de son travail est dédiée aux « biographies d’amis », qui consistent à écouter la parole d’un proche pour en faire le matériau de bandes dessinées telles que « Le photographe » (Dupuis, 2003-2006), « Des nouvelles d’Alain » (Les Arènes,2011) et le cycle consacré à Alan Ingram Cope (« La guerre d’Alan » et « L’enfance d’Alan », l’Association, 2000-2012). Une mission de Médecins sans frontières dans l’Afghanistan des années d’occupation soviétique, le sort des différentes communautés roms dans l’Europe d’aujourd’hui, l’Amérique de la grande dépression et le second conflit mondial sont les contextes de ces récits intimes, à la première personne, racontés sur le mode de la confidence.

HAZAN Olga est professeure associée en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal. Ses champs de recherche portent sur trois objets : 1. la dimension rhétorique des images produites durant la Renaissance entre judaïsme, christianisme et islam ;  2. le discours sur l’art tel qu’il s’est constitué depuis la Renaissance et 3. l’émergence à Montréal de l’histoire de l’art comme discipline universitaire. Parmi ses publications, on compte : Le mythe du progrès artistique (460 p.), publié aux Presses de l’Université de Montréal en 1999 et paru en traduction espagnole à Madrid en 2010 ; La culture artistique au Québec au seuil de la modernité : Jean-Baptiste Lagacé, fondateur de l’histoire de l’art au Canada, paru chez Septentrion en 2010 (618 p.), et Le prophète Muhammad : entre le mot et l’image (188 p.) paru chez Fides en 2011 et codirigé avec Jean-Jacques Lavoie. 

LENGYEL David  a soutenu  en 2011 une thèse de doctorat en études cinématographiques à Paris III – Sorbonne Nouvelle. Il est membre du Centre de Recherches sur les Images et leurs Relations (CRIR, EA 4400 – Ecritures de la Modernité) et Chargé de cours à l’Institut des Langues et Civilisations Orientales (« Les cinémas de l’Est »). Ses recherches portent sur la phénoménologie de l’image et mobilisent l’œuvre d’Emmanuel Levinas. Il s’intéresse également au processus de création au cinéma, en rapport avec certains concepts psychanalytiques. Outre de nombreux articles en France et à l’étranger, il est l’auteur de Janos Hersko, un cinéaste du Dégel, Editions Universitaires Européennes, 2010. Publications à paraitre prochainement : « En remontant la rue Vilin de R. Bober (1992) : les lettres absentes de Georges Perec révélées par le cinéma » dans Actes du colloque international « La lettre au cinéma », Université d’Artois,  et « Le discours devenu fable : la rupture de l’immanence dans Solaris de A. Tarkovski » dans Actes du colloque international « Philosophie en contre-champ. Motifs cinématographiques de la pensée », Université de Strasbourg. Il collabore également au magazine on-line « Dvdrama » (www.dvdrama.com),  au sous-titrage de films hongrois et à des traductions.

 

Inscription conseillée : marine.sam@asie-pacifique.cnrs.fr