Archives par mot-clé : Non-lieux

Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Figurer lexil affiche-A3-150FIGURER L’EXIL 

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier, Alexis Nuselovici (Nouss).

Lieu : Institut d’études avancées de Paris – Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Attention : entrée libre sur inscription indispensable (ici)

 Figurer l’exil Programme(pdf)

Argumentaire     

L’expérience de l’exil met en crise les dichotomies induites par un discours « territorialisé » autour de l’identité et de la différence, l’origine et le devenir, l’autochtone et l’étranger. En montrant à quel degré ces oppositions appartiennent à l’épistémè des sociétés d’accueil et à une pensée de l’appartenance nationale, elle invite justement à en déplacer les paradigmes. 

Or, cette expérience, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de départ et le lieu d’arrivée, entre l’avant et l’après, entre l’individuel et le collectif, entre le communautaire et le national. Cette diversité, articulée par  des temporalités et des contextes historiques distincts,  se reflète dans celle des supports et des régimes expressifs choisis.

Continuer la lecture de Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Exils : une rencontre avec Hélène CIXOUS. L’expérience de l’exil (CEM).16 janvier 2014, 17-19h

 Exils : une rencontre avec Hélène CIXOUS

22HeleneCixous
(cliché Sophie Bassouls)

 

Dans le cadre du séminaire L’expérience de l’exil du Collège d’études mondiales, 

Alexis NUSELOVICI (NOUSS) accueille Hélène CIXOUS

 

17-19h, salle 638 noyau A, plateau CNRS

190 av. de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Informations : sara.guindani-riquier@msh-paris.fr

Inscription conseillée

 

« Montrer l’endroit pour dire l’envers » par Laure Wolmark (lecture 1)

Czerwony. (c) Ph. Bazin, avec son aimable autorisation
Czerwony. Les antichambres, 2008. (c) Ph. Bazin, avec son aimable autorisation
Première lecture de l’ouvrage de “Le milieu de nulle part” de Phillipe Bazin et Christiane Vollaire (Créaphis ed. 2012)

Ces lectures croisées s’inscrivent dans un projet   dont la présentation est donnée ici.

  

Montrer l’endroit pour dire l’envers
 Laure Wolmark*
 

Le Milieu de nulle part n’est ni un livre de photographie, ni un livre de philosophie, ni un recueil de témoignage, ni même un livre politique ou militant. Il est tout cela à la fois, et quelque chose qui le dépasse et l’englobe : le produit conjoint d’un travail photographique et d’un travail philosophique de terrain, qui a pris naissance dans l’été 2008 en Pologne. (p.7)

Ce terrain, c’est donc le milieu de nulle part.  Christiane Vollaire et Philippe Bazin ont rencontré des réfugiés, pour la plupart Tchétchènes, dans 16 centres d’hébergement ouverts et 2 centres de rétention fermés. Cependant, ces personnes dorment, mangent et attendent bien quelque part. Pour preuve, sur les photos, on voit  des lits, des tables, des objets, des murs et des portes. Il y a même des objets qui témoignent de la présence vivante d’être humains dans ces murs, des sacs de couleur, des chaines hi-fi, des télévisions, des tasses de thé et beaucoup de bouilloires.

Ces images laissent une impression d’étrange désertion. Le reportage photographique, privé de figures humaines (seul un enfant endormi s’est immiscé dans un cadre)  est miné par le doute : ces traces de présence, de quoi témoignent-elles ? Ces endroits, que cachent-ils ?

Les photos montrent l’endroit pour que  les mots puissent dire l’envers.

Continuer la lecture de « Montrer l’endroit pour dire l’envers » par Laure Wolmark (lecture 1)

« Une architecture de la mémoire », rencontres internationales, Nantes 7-8 juin 2013

flyer-rencontres-web
Cliquer sur l’image pour accéder au programme détaillé

Une rencontre qui promet d’être très  intéressante, avec un très riche programme, organisée par le  Mémorial de l’abolition de l’esclavage.

Vendredi 7 et samedi 8 juin 2013
Auditorium de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes

Les rencontres internationales réunissent cette année des architectes et des artistes qui ont conçu et réalisé des mémoriaux qui portent un double message : « Souviens-toi » et « Agis pour que cela ne se reproduise plus »… suite ici

Parmi les intervenants : Jochen Gertz, Krzysztof Wodiczko et Julian Bonder,Janina Masojada et Andrew Makin, Jacques Fredj, Thierry L’Etang, Crispin Grégoire, Sylvie Glissant…

 

L’expérience de l’exil. 20 juin 2013. Exil, ville, territoire. Sherry Simon, Alexis Nuselovici

Lower_Manhattan_Map_LES20 Juin /  Collège d’études mondiales 

15h- 18h30, salles 638-640

  • 15 h – Alexis Nouss : « Exil et territoire »
  • 17h- Sherry Simon (Professeur, Université Concordia, Montréal) : « À la rencontre de la ville fragmentée : l’exil à Montréal »

 

 

Sherry SIMON est professeure au Département d’études françaises de l’Université Concordia  où elle enseigne la littérature et la traduction. Elle a dirigé de 1995 à 2000 le programme de doctorat interdisciplinaire en lettres et sciences humaines,  et en 2005   la Chaire de recherche du Canada Senior en Traduction et histoire culturelle, Glendon College, York University. Elle  a  longtemps collaboré à la revue Spirale qu’elle a co-dirigée avec Jean-François Chassay durant une dizaine d’années. Ses essais portent sur les relations interculturelles au Québec et ailleurs. Elle s’intéresse tout particulièrement aux villes multiculturelles et multilingues, dont Montréal en premier lieu. Sur Montréal elle a publié Traduire le Montréal Yiddish (en collaboration),  plusieurs essais sur le poète A.M.Klein, et Traverser Montréal. Une histoire culturelle par la traduction (version française de Translating Montreal) qui a reçu les prix Gabrielle-Roy et  Mavis-Gallant. Parmi ses autres publications en français: Le Trafic des langues et Fictions de l’identitaire au Québec. Elle a collaboré à la traduction des essais de Michel Foucault en anglais.

Voir également : Sherry Simon – The Flow of Languages, the Grace of Cultures

ss

Rencontre du 22 mai 2013. Objets de l’exil V. Objets des exclus / objets perdus. Octave Debary, Marie Morelle, Sébastien Ledoux

J. Gerz « 2146 pavés – Monument contre le racisme » (1993) Place du monument invisible, Saarbrücken

 

Intervenant : Octave Debary (Université Paris-Descartes)

“Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain”

Discutants : Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

10h-12h30, salle 638-640, 190 av. de France 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89)

Attention ! la séance aura exceptionnellement lieu le matin, de 10 h à 12h30. Accueil avec café dès 9h45.

 

 

Eléments bio-bibliographiques

DEBARY Octave est anthropologue, maître de conférences à l’Université de Paris-Descartes et chercheur au LAHIC (CNRS/EHESS). Depuis son doctorat d’anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (La Fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes, Eds du CTHS, 2002), il travaille sur la façon dont une société met en mémoire ou en musée son histoire, participant autant à son souvenir qu’à son oubli. Il s’intéresse aux objets et aux restes. Il travaille régulièrement avec des photographes, metteurs en scène ou conservateurs de musée. Il a publié plusieurs articles et ouvrages sur ces sujets, dernièrement Vide-greniers avec Howard S. Becker (texte) et Philippe Gabel (photographies) (Créaphis, 2011), Voyage au Musée du quai Branly, avec Mélanie Roustan, préface de James Clifford (La Documentation française, 2012), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, exposer, avec l’historienne Annette Becker (Créaphis, 2012).   Il a été professeur invité au CELAT  (Montréal/Québec), Université Laval /Musée de la Civilisation de Québec, (« Nouveaux patrimoines ») et au  département d’Histoire de l’Université d’Umeå, (« Historical Media, Historical Education » Suède, janvier 2013).

MORELLE Marie est docteur en géographie, maître de conférence à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de l’équipe TerrFerme et du programme Inverses. Après une thèse sur les enfants de la rue à Yaoundé et à Antananarivo, ses recherches se déroulent dans la prison centrale de la capitale camerounaise. Elle étudie les processus d’appropriation de l’espace carcéral, les stratégies collectives et individuelles d’adaptation voire de résistances. Le dispositif de pouvoir au sein de cette prison, les logiques de surveillance formelles et informelles font également l’objet d’enquêtes.  Par ailleurs, la prison est un point de départ pour retracer le parcours judiciaire des personnes incarcérées, en grande majorité issues des quartiers populaires de Yaoundé et à ce titre représentatives des habitants les plus pauvres de la capitale. Parmi ses publications :  « La prison entre monde et antimonde » Géographie et cultures, n°57, pp. 9-28(avec O. Milhaud 2006); La rue des enfants, les enfants des rues ( CNRS-Editions,  2007); « Les chercheur-es face aux injustices : l’enquête de terrain comme épreuve éthique », Annales de géographie, n°665-666, pp. 157-168 (avec F. Rippoll, 2009); « Se protéger à Yaoundé : des productions de sécurité différenciées », Justice Spatiale Spatial Justice, n°4, www.jssj.org (avec S. Fer et O.Iyebi Mandjek 2011).

LEDOUX Sébastien, prépare actuellement une thèse sur l’histoire du « devoir de mémoire » à Paris I (Panthéon-Sorbonne), au sein du laboratoire du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle. Dans le cadre du projet de recherche franco-américain Memory and Memoralization (CNRS/NYU), il a été en avril-juin 2012 junior fellow à New-York University. Sébastien Ledoux a récemment publié différents travaux sur son sujet de recherche dont l’ouvrage Le « devoir de mémoire » à l’école. Essai d’écriture d’un nouveau roman national aux Éditions Universitaires Européennes (2011), et plusieurs articles : « Pour une généalogie du “devoir de mémoire“ en France » (2009), « Le “devoir de mémoireˮ : fabrique du postcolonial ? Retour sur la genèse de la loi Taubira », Cahiers d’histoire (118), janvier-mars 2012, et « Écrire une histoire du “devoir de mémoireˮ, Le Débat (170), mai-août 2012.

Journée d’étude du 29 mars 2013. Le théâtre et l’exil (NLE/Paris 3/Théâtre aux mains nues/Médiathèque M. Duras)

Journée d’étude

Vendredi 29 mars 2013
14h-18h

Médiathèque Marguerite Duras
75020 Paris (Entrée libre)

Le théâtre et l’exil, argumentaire

A l’occasion de la création au Théâtre aux Mains Nues de « Käthchen, mon amour », dans une mise en scène d’Eloi Recoing, d’après l’œuvre de Heinrich Von Kleist, il nous a semblé propice, dans le cadre des rencontres Non-lieux de l’exil, d’interroger par le prisme de Kleist cette relation entre le théâtre et l’exil.

L’œuvre de Kleist est inséparable de son auteur et de la solitude qui fut la sienne. Exilé dans son époque, trop fragile pour être au monde, dans un monde contraire à tout son être, Kleist s’exila dans son théâtre dans un geste de survie. Cet être inexprimable trouva dans la fiction et le simulacre une réponse provisoire à la crise éthique profonde qu’il traversait.

Il s’est fait le sismographe de sa vie psychique et il a produit un théâtre fantasmatique fort inquiétant. Pouvoir d’inquiétude en effet de ces drames où chaque personnage semble rêver la scène qu’il est en train de jouer. C’est un théâtre de la nuit, écrin de l’exilé, où la langue s’écorche et se blesse à dire l’innommable.
Un théâtre en lisière du rêve, dans l’entre-deux de la conscience, et qui pourtant ne bascule jamais dans l’onirisme. Un théâtre tout en tension, faisant surgir dans le réel un niveau de conscience exacerbé. 

Le cas Kleist est sans doute exemplaire. Son théâtre est le lieu d’une expérience exilique. Et la cage de scène : un laboratoire de la conscience, un lieu de solitude où le sujet, dans un combat de soi avec soi, tente d’échapper à ses propres affects, cherche obscurément l’accès à la vérité de son histoire.

Comme il le rappelle dans son célèbre essai sur le théâtre de marionnette, l’homme est condamné à cette solitude, égaré qu’il est entre deux infinis : le pantin articulé et le dieu.

Au-delà de Kleist, cette dimension « exilante » de la scène, pour celui qui s’y expose, mérite d’être questionnée. Le traducteur, l’acteur, le metteur en scène, sont autant de figures exposées à l’exil : dans leur propre langue, dans les coulisses de leur rôle ou, dans le cas du metteur en scène, condamné à se tenir sur le seuil, entre la scène et la salle, dans ce va-et-vient permanent de projection de soi dans l’autre et de retrait, dans cette distance nécessaire qu’il faut construire avec son sujet, afin que le théâtre soit pour le spectateur une expérience exilique « réussie ».

Programme

Table ronde n°1 La scène comme exil

13h45 Accueil des participants

14h Introduction/présentation

14h15 Première table ronde
Coordination : Eloi Recoing
Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

15h15 Discussion

15h45 Pause café 

Table ronde n°2 Solitude de Kleist

16h15 Introduction/présentation

16h30 Seconde table ronde
Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing,Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

17h30 Echange final

18h Clôture de la journée

20h : Représentation de Käthchen, mon amour
adaptation d’après La petite Catherine de Heilbronn de Kleist
Mise en scène : Eloi Recoing
Marionnettes et théâtre d’acteurs, tout public dès 10 ans.

Au Théâtre aux Mains Nues
Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79
rp.mediation.tmn@wanadoo.fr
Tarifs 5€ / 7€ / 12 €

Théâtre aux Mains Nues 7 square des Cardeurs 75020 Paris
www.theatre-aux-mains-nues.fr
Métro Porte de Montreuil ou Maraîchers, Ligne 9 (10 min à pied)
Porte de Bagnolet, Ligne 3 (10 min à pied)

Partenaires 

  • Programme Non-lieux de l’exil (Fondation Maison des Sciences de l’Homme )
  • Laboratoire International de Recherche sur les Arts (LIRA), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Théâtre aux Mains Nues (7 square des Cardeurs 75020 Paris)

Organisation

  • Alexis Nuselovici (Nouss) (Non-lieux de l’exil/Cardiff University)
  • Eloi Recoing (LIRA/Sorbonne Nouvelle/Théâtre aux Mains Nues)

 

Lieu de la journée
Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet 75020 Paris
Bus : 26, 64, 76, Traverse de Charonne et PC2
Métro Porte de Bagnolet, ligne 3

Réservation auprès du Théâtre aux Mains Nues 01 43 72 19 79