Archives par mot-clé : politique

15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

NLE 15 octLe 15 octobre 2015, le programme Non-lieux de l’exil accueille le projet « Moving Matters Traveling Workshop » coordonné par Susan Ossman pour une séance de réflexions communes autour des notions d’exil, de migration,  d’expérience et de représentation en préparation du projet de colloque en deux temps en mars prochain : Los Angeles (University of California Riverside) et Paris.

Intervenants : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Alice Peinado, Eugenia Vilela .

Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici (Nouss)

Lieu et heures : 16h30-19h30 Immeuble France Salle 005 (rez de chaussée) 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

531924193_orig
Bucarest, Juillet 2015 (Cliché S. Ossman)

Présentation des intervenants :

Susan Ossman est à la fois artiste et anthropologue. Depuis 20 ans, elle a mené des recherches sur les questions des médias et des communications. Elle a occupé des postes de chercheur et de Professeur en Europe, aux Etats-Unis et au Maroc.

Depuis 2005, elle a concentré ses recherches sur les « serial migrants » ou migrants multiples. Son ouvrage Moving Matters : Paths of Serial Migration (Stanford University Press, 2012) restitue une partie de ces observations et analyses. L’identité des migrants est souvent pensée en terme de culture et des communautés: l’étude de Susan suggère de devenir plus attentif  aux  diverses expériences de migration des individus, et à leurs influences sur les modes d’identification : dans  un monde en mouvement, la politique sera de plus en plus « chorégraphique. »

Continuer la lecture de 15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

La position documentaire face à l’exil. Texte de Christiane Vollaire

LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL

http://www.philippebazin.fr/
Ph. Bazin. « Antichambres » (2008) Courtoisie de l’artiste. http://www.philippebazin.fr/

Contribution de Christiane Vollaire,  philosophe, pour la séance « La position documentaire face à l’exil », 11 juin 2015

      C’est d’abord le terme de position qu’il nous faut réfléchir ici, car il relève du vocabulaire guerrier. La position désigne la place à partir de laquelle on va pouvoir combattre, ou sur laquelle on va amener l’adversaire pour le tenir à sa disposition. Elle ne signifie donc pas seulement un espace, mais une posture nécessaire à l’affrontement. On prend position dans l’effort dynamique d’une tension. Et la position est ce qui donne une assise au corps en vue d’exercer une force, de produire un mouvement à partir d’une fondation intérieure, comme le montre à l’évidence la pratique des arts martiaux. L’attitude documentaire est donc bien une position, un choix postural en vue d’un impact spécifique. Et c’est une posture esthétique : celle du refus de l’esthétisation.

Il n’y a positionnement que relativement à un contexte : à qui s’adresse-t-on ? Au nom de quoi parle-t-on ? Que veut-on mettre en évidence ? Que veut-on refuser ? À qui veut-on s’opposer ? Quels objectifs poursuit-on ? À quels risques d’instrumentalisation s’expose-t-on ? À quelle demande répond-on ? À quelle commande a-t-on affaire ? Ces questions ne sont pas seulement résolues par la réflexion, mais très largement par des intuitions qui vont aussi la nourrir. Et d’ailleurs, elles ne sont pas nécessairement résolues. Elles sont aussi négociées ou laissées en suspens. Mais elles doivent être posées.

Continuer la lecture de La position documentaire face à l’exil. Texte de Christiane Vollaire