Archives par mot-clé : traduction

« Traduire sans papiers », colloque international ENS Lyon, 10-12 octobre 2012

Cliquer sur l’image pour le programme complet

 

  En devenant programme de la Fondation Maison des sciences de l’homme, les Non-lieux de l’exil ont renouvelé  comité scientifique, équipe et axes de recherche. Trois de ses membres participent ainsi au colloque international « Traduire sans papiers, Poétiques de la traduction, politiques de la traductologie » (Illegal translation), organisé par le Centre d’Études et de Recherches Comparées sur la Création (CERCC) qui aura lieu le 10-12 octobre prochain à l’ENS Lyon, Site Descartes, proche par sa thématique et sa volonté d’ouverture vers un au-delà du monde universitaire ou de la recherche de l’esprit des NLE.

Argumentaire   :

  » Ce colloque invite à interroger le présupposé selon lequel « la traduction favorise la compréhension entre les peuples et la coopération entre les nations » (Unesco, Nairobi, 1976), car il masque la réalité du processus de traduction comme acte énonciatif historiquement situé. Ce fonctionnement n’est pas davantage pris en compte par le paradigme traductif qui s’impose dans les Humanités. Dans un contexte où l’on constate un repli frileux sur les frontières et les identités nationales, il y a une certaine urgence à rendre à la traduction sa force de subversion : questionner les identités instituées loin des pensées binaires et de leurs dichotomies.Les cinq conférenciers qui interviendront comme keynotes ont critiqué la réduction de l’acte de traduire à un passage qui mènerait d’une « langue source» à une « langue cible» aussi opposées que les deux rives d’un fleuve. Les différents intervenants discutent les enjeux de la traduction à partir de perspectives complémentaires (sociologiques, anthropologiques, éthiques, etc.), même si la poétique reste au cœur de la réflexion. La littérature n’est pas seulement repensée à partir de la traduction : elle constitue également un terrain privilégié pour observer en acte le processus traductif. Nous avons voulu lier la poétique au politique aussi directement que possible. C’est pour cette raison que nous sommes particulièrement heureux d’accueillir des artistes, des militants et des représentants d’associations qui nous aideront à ouvrir le débat par-delà l’institution universitaire. »

Si tous les interventions promettent d’être intéressantes, les contributions des membres des Non-lieux de l’exil seront les suivantes (par ordre de passage)  :

– Isabelle Poulin : « La traduction comme geste. À partir de Vladimir Nabokov » (11 octobre, 11h-12h)

– Alexis Nuselovici (Nouss)  Keynote  » Traduire ou L’expérience du seuil » (12 octobre 9h30-10h30)

– Arno Renken, « La traduction hors la loi » (12 octobre 11h-12h30)

Les organisateurs ouvrent largement leur porte et convient tous les publics  intéressés.

Rencontre du 21 novembre 2012. Langages de l’exil III « Les paradigmes du déplacement »

Thierry Vernet, encre de chine, dessin réalisé pour « L’usage du monde » (N.Bouvier/Th.Vernet, 1963) non publié. Tous droits réservés Héritiers de Th. Vernet, avec leur aimable autorisation. (http://www.thierry-vernet.org/)

 

« Les paradigmes du déplacement » 

(14h-18h30, salles 640-641, noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris, M°Quai de la Gare, bus 89)

Le 21 novembre prochain, la rencontre des Non-lieux de l’exil s’associe avec  le séminaire “Décolonisation et géopolitique de la connaissance” (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) pour une longue rencontre (14h-18h30)  spécifiquement dévolue à l’analyse critique des paradigmes du déplacement.

Continuer la lecture de Rencontre du 21 novembre 2012. Langages de l’exil III « Les paradigmes du déplacement »

Actualité des parutions : André Markowicz, Arno Renken, Serpilekin Adeline Terlemez, Janine Altounian

Riche actualité de parutions des membres de l’équipe, d’intervenants et de participants à des rencontres du programme scientifique « Non-lieux de l’exil ».

A signaler, ainsi   :

Janine Altounian

De la cure à l’écriture, l’élaboration d’un héritage traumatique  PUF, juin 2012  

 

 

 

 

André Markowicz :

 

A. Markowicz, Les gens de cendre

 

 Les gens de cendre, juillet 2012

téléchargeable sur  Publie.net 

 

 

 

 

 

Arno Renken (Université de Lausanne)

Babel heureuse, pour lire la traduction, 2012

   Babel heureuse. Pour lire la traduction, Van Dieren Éditeur, Paris, octobre 2012

Un vernissage du livre  aura lieu le samedi 6 octobre 2012, à 18 h à la librairie de la Louve, Place de la Louve 3, à Lausanne (www.librairiedelalouve.ch).

 

Serpilekin Adeline Terlemez

Le théâtre innommable de Samuel Beckett, L’harmattan, mai 2012

S.A. Terlemez

Langues nationales, langages d’exil : journées d’étude 9-10 mai 2012 (NLE/ IEA-Paris)

 

Depuis octobre 2011, le séminaire mensuel Non-lieux de l’exil  s’est proposé d’interroger les expressions de l’exil dans une perspective transversale et pluridisciplinaire. Il s’associe aujourd’hui avec l’Institut d’études avancées (IEA) de Paris dans le cadre de deux journées d’études consacrées à l’analyse, au travers de l’expérience exilique, des limites du pacte liant Langue et Nation. 

DESCRIPTIF

Si l’exil est communément perçu comme la conséquence d’une sanction ou d’une contrainte idéologique ou économique, il peut également résulter d’un choix délibéré. Quelles qu’en soient les circonstances, il apparait au fondement de nouvelles formes d’expression. Qu’il s’agisse d’inventer, par le biais du fait littéraire, des espaces éphémères de l’ailleurs, des récits renouvelés de la mémoire et de l’appartenance, l’exil s’est en effet imposé, tout au long du XXe siècle, comme un phénomène qui n’a cessé de nourrir la création littéraire et artistique contemporaine.
Dans cet espace particulier de l’entre-deux, du seuil, du déséquilibre identitaire, l’éloignement plus ou moins consenti de la langue maternelle peut constituer le point de départ de la recherche d’une lingua franca, d’un multilinguisme littéraire, d’un idiolecte ou encore d’une « minorisation » de la langue (Deleuze). Ainsi, la figure de l’écrivain, de l’intellectuel ou de l’artiste exilé, historiquement associée à une position juridique indéterminée et à des idées potentiellement subversives, interroge la notion de culture nationale et sa formation, la représentation de la langue comme vecteur de rassemblement identitaire, et exige la perception de filiations complexes et non-linéaires. Le purgatoire dans lesquels les oeuvres sont souvent longtemps tenues, les formes parfois paradoxales de leur assimilation progressive, sinon de leur canonisation, tendent en effet à limiter la compréhension de phénomènes esthétiques singuliers. Ils invitent à réfléchir à la manière dont un auteur en exil, sujet décentré et marginalisé, tisse ses relations à une tradition et à une langue devenues multiples pour aboutir à des productions esthétiques fondées sur le transfert ou encore à une pratique littéraire qui passe par la déterritorialisation des langues.
Nombreux sont les cas qui permettent de questionner la construction nationale de l’histoire culturelle, et d’engager la réflexion sur la dimension transnationale des oeuvres à l’époque contemporaine. Cette réflexion sur les limites du « national » touche donc aussi à la question d’une construction de l’histoire de la littérature qui, autant que l’histoire de la dramaturgie, se révèle défaillante face aux pratiques d’écriture en exil. L’étude des figures littéraires, linguistiques et plus largement artistiques du déplacement, pose par ailleurs une question de méthode et réclame un regard critique capable de saisir la relation entre les langues, le passage de l’une à l’autre qu’elle conditionne éventuellement, ainsi que la spécificité du travail qui est engagé. Enfin, le réseau de circulation qui relie les oeuvres et les savoirs, au sein de cette géographie mouvante de l’exil, peut permettre d’en observer la trajectoire et la construction, les modalités de leur traduction, pour interroger ainsi l’effet du déplacement des sujets sur les formes du langage

PROGRAMME  programme Langues Exil (avec bio-bibliographies des intervenants)

MERCREDI 9 MAI

Réseau Asie & Pacifique, Bâtiment France, noyau A, Salles 640-641, 190 av. de France 75013 Paris (Bus 89, Métro Quai de la Gare)
9 h : Accueil
9 h 30 – 10 h 30 Présidence : Alexandra Galitzine-Loumpet (Réseau Asie et Pacifique, CNRS-FMSH)
Javier Vargas (Université Laval/IEA) : L’espagnol en Amérique : la littérature au risque de la grammaire
Pour l’historien de la littérature latino-américaine, la fin du XIX siècle représente l’arrivée à l’âge de majorité d’une imagination qui ose faire parler ses personnages comme des individus « natifs » plutôt que comme des « sujets grammaticaux ». Après les débats entre classicisme et modernité, la fin du siècle met en évidence un usage de la langue espagnole qui commence à réclamer une spécificité nationale, voire une identité trans-hispanique. Les « régionalismes », les « colloquialismes » et les expressions ancrées dans leur statut « amérindien » – même quelques « barbarismes » -, sont autant d’éléments qui, à travers la fiction, s’offrent comme des pièces à conviction identitaire. Si les romans latino-américains commencent à parler différemment, c’est que, au sein de leur réalité historique, il y a déjà une vérité sociale qui se veut « propriétaire » du dictionnaire hispanique, et jamais plus « locataire ».


Régine Robin (Université du Québec à Montréal) : L’exil dans sa propre langue (empéchée) 
C’est peut-être quand on partage le même code linguistique au niveau formel – mais rien d’autre – que l’exil se fait sentir plus encore que lorsqu’on s’inscrit dans une autre langue. Ma communication voudrait aborder les problèmes de la langue de migrance quand on aborde en Amérique – au Canada dans mon cas. C’est la migrance qu’on écrit avec son passé et sa culture qui vous colle aux semelles. Que le nouvel espace parle aussi français (le Québec) n’arrange rien.

 Ephrain KRISTAL (UCLA) : « La tache du traducteur selon Jorge Luis Borges ».

Efrain Kristal est spécialiste de littérature latino-américaine dans des contextes comparatistes ; des études de traduction ; et d’esthétique. Il est auteur de plus de 80 articles ainsi que plusieurs livres y compris Invisible Work. Borges and Translation (2002) et le Cambridge Companion to the Latin American Novel (2005). Il a édité l’édition bilingue des Penguin Books des Poems of the Night (2010) de Jorge Luis Borges. Il est aussi un des trois éditeurs associés du Blackwell Encyclopedia of the Novel (2010). Il est en France ce semestre comme professeur invité de l’institut de langues et des études internationales (ILEI) à l’Université de Versailles, St. Quentin en Yvelines où il a enseigné un cours sur les littératures des Amériques.

 

10 h 30 – 10 h45 : Pause
10 h 45 – 11 h 45 Présidence : Alexandra Galitzine-Loumpet (Réseau Asie et Pacifique, CNRS-FMSH)

Julie Brock (Kyôto Institute of Technology) : L’intersubjectivité dans la langue japonaise et l’exil du sujet dans la littérature en kanbun – L’exemple d’un poème de Tôshô Shûgen (1391-1462)

Visioconférence avec la collaboration de l’Institut Français du Kansaï, Kyoto
La langue japonaise possède deux systèmes d’écriture, les kanji et les kana, et deux systèmes de langue, le japonais et le kanbun. Le kanbun (qui s’employait jusqu’au début du XXe siècle) s’écrit exclusivement avec des idéogrammes empruntés au chinois (kanji), le japonais avec des kanji et des signes phonétiques (kana). En kanbun aussi bien qu’en japonais, les kanji servent à indiquer le sens sémantique des mots. Il s’y ajoute en japonais les kana, qui servent à indiquer notamment les désinences grammaticales, les mots de politesse, et à transcrire, d’une manière générale, les marques de l’oralité et de la subjectivité. Traditionnellement, le kanbun servait à la rédaction des ouvrages de la pensée intellectuelle (politique, religieuse, philosophique, etc.), le japonais aux ouvrages de littérature (théâtre, poésie, correspondances, narrations ou fictions, etc.). Mais il existe au moins deux moments dans l’histoire de la pensée japonaise, lors de l’introduction du zen à l’époque des Cinq-Montagne (XIV-XVIe siècles) et celle de l’introduction du confucianisme à l’époque d’Edo (XVII-XIXe siècles), où se développa une littérature poétique en kanbun, et même une littérature poétique de l’amour. Etant donné que le kanbun est une langue qui évacue les marques de la subjectivité et de l’oralité, on peut se demander quelle conception de l’amour se développe dans cette « langue de l’exil », et par quelle nécessité les poètes japonais ont cultivé dans cette langue l’une des thématiques les plus représentatives de la littérature japonaise. Tel est le propos du questionnement que nous illustrerons par un poème d’amour composé en kanbun par le moine japonais Tôshô Shûgen (1391-1462).


Sylvie Courtine-Denamy (Cevipof/Item) : “Une seule langue, un seul peuple ?” De Babel à Ben Gourion
En Genèse 11, 1-9, alors que “tout le monde se servait d’une même langue et des mêmes mots”, Dieu punit l’audace des hommes qui avaient entrepris de se bâtir une tour dont le sommet s’élèverait jusqu’au ciel et de se faire un nom, en confondant leurs langues et en les dispersant sur la surface de la terre. Le 5 Iyar 5708, était proclamée l’indépendance de l’État d’Israël et le premier ministre David Ben Gourion lançait le slogan Am ekhad, safa akhat (une langue, un peuple !), événement qu’Emmanuel Levinas salua comme le retour d’exil de l’hébreu.

11 h 45 – 12 h 30 : Discussion générale
12 h 30 – 14 h 30 : Déjeuner

14 h 30 – 15 h 30 Présidence : Patrice Duran (ENS-Cachan, IEA)

Virginie Symaniec (Réseau Asie & Pacifique, CNRS – FMSH) : Boulgakov, l’Occitan : traduire « la langue » ou « la question de la langue »?
En 1971, Paul Kalinine présente sa traduction des Journées des Tourbine de Mikhaïl Boulgakov aux éditions Robert Laffont. Les parties russes du texte sont traduites en français, tandis que ses parties ukrainiennes sont traduites en occitan. Le traducteur traduit-il « la langue » ou « la question de la langue » ? Paul Kalinine explicite son parti pris en produisant un discours sur la langue qui nous en apprend autant sur la manière dont il cautionne l’existence d’une hiérarchie entre idiomes que sur sa représentation de la langue comme vecteur de la lutte des classes. Il conviendra donc d’analyser ce discours au miroir du pacte langue/nation pour comprendre ce que cette transposition de l’histoire de la langue ukrainienne à celle de la langue occitane entre la Russie des années 1920 et la France des années 1970 nous apprend de la relation difficile que le théâtre entretient toujours à la notion de bilinguisme lorsque les langues ne sont pas considérées comme équivalentes par ceux qui les traduisent.

Isabelle Poulin (Bordeaux 3) : Écrire à la limite : le corps fou de la langue dans l’oeuvre de Vladimir Nabokov
Il s’agira d’analyser la façon dont l’écrivain Vladimir Nabokov, tout autant que le traducteur ou le professeur de littératures qu’il fut aussi, a inscrit sa pratique de la langue anglaise à la limite : folie, scandale, tragédie, tyrannie sont autant de termes qui ont servi à qualifier une pratique de l’écriture ostensiblement sortie de ses gonds. « La langue est une chose physique », fait dire l’écrivain exilé au protagoniste de son premier roman écrit en anglais, et c’est bien à la petite échelle des corps que s’aperçoivent les enjeux politiques d’une oeuvre réputée trop esthète pour être engagée. Elle a pourtant donné naissance à une véritable dramaturgie de la lecture, espace sans lieu, certes, mais violemment incarné.


15 h 30 – 15 h 45 : Pause
15 h 45 – 16 h 45 Présidence : Patrice Duran (ENS-Cachan, IEA)
Emilio Sciarrino (ENS) : La genèse des langues dans la poésie d’Amelia Rosselli
La poésie d’Amelia Rosselli (1930-1996) se situe d’emblée entre les langues. Le français, l’anglais et l’italien sont tour à tour convoqués et fusionnés. Afin de retracer la genèse de cette poétique, nous interrogerons les archives de l’auteure. Si la bibliothèque montre une conscience théorique des enjeux linguistiques, les brouillons révèlent que les langues sont concrètement toujours à l’oeuvre dans son écriture. Nous verrons ainsi les origines d’un tel multilinguisme littéraire, ses évolutions au fil du temps et ses manifestations formelles.


Susanna Spero (Université de Sienne/IEA) : La « no man’s langue » de Gherasim Luca
Gherasim Luca, d’origine roumaine, quitte son pays pour la France en 1952 et adopte très tôt le français comme langue d’écriture. Il est l’inventeur d’une poésie qui brise le mot et fait résonner le sens. Une poésie de la pensée qui, par le recours aux valeurs plastiques et sonores de la langue, oeuvre à la transmutation du réel. Mais ni la pratique du roumain d’origine, ni celle du français, langue d’adoption, ne correspondent chez lui à la volonté d’enraciner sa poésie dans un patrimoine national. Gherasim Luca revendique un statut d’apatride qui se prolonge dans son écriture et il crée au contraire une langue interstitielle qui cherche à « bâtir le non-lieu de la poésie ». Il s’agira donc d’analyser, à travers son oeuvre mais également grâce aux archives de l’auteur, la construction de cette langue excentrée et son pouvoir de subversion.
16 h 45 – 17h 30 : Discussion générale

JEUDI 10 MAI
IEA Paris, Maison Suger 16-18 rue Suger 75006 Paris (bus 21, 27, 38, M° Odéon, Saint Michel)
9h 30 – 10 h 30 Présidence : Catherine Bouthors-Paillart (LPS Sèvres)

Boris Chukhovich (Celat/Université Laval) : Lingua franca : de l’imposition à la quête (à partir d’une exposition présentée à la 54e Biennale de Venise)
Dans ma communication, j’examinerai des moyens de communication exiliques et post-exiliques propres à un domaine d’expression non-verbale, tel que l’art visuel. Mon exposé portera sur les questionnements suivants : quels sont les rapports de force entre les langages visuels vernaculaires et ceux qui conviennent à la scène internationale? Quelles stratégies sont privilégiées par les artistes qui se présentent sur un terrain éloigné de leur lieu d’origine et/ou de leur aire culturelle? Quels sont les rapports entre les langues parlées et les enjeux qui conditionnent aujourd’hui la vie de l’artiste?

10h 30 – 11h : Pause
11 h – 13h Présidence : Catherine Bouthors-Paillart (LPS Sèvres)
Table ronde : « Transnational/Translational : la traduction comme acte éthique et politique »
Avec Galia Ackerman, Isabelle Kalinowski (ENS), Alexis Nouss (Cardiff University), Eloi Recoing (Paris 3)

 

 

 

 

 

13h-14h : Buffet

 

 

 

Rencontre du 02 mai 2012 « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte ».Janine Altounian, Boris Chukhovich, Anouche Kunth.


 Janine Altounian : « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte »

J’apporterai un exemple qui cherche à montrer comment, chez un héritier de survivants exilés,  la « pulsion à traduire » peut promouvoir aussi bien le travail de la cure et de l’écriture que l’activité de traduction. Dans les postures à l’œuvre dans ces deux modes d’activités linguistiques, ce besoin de traduire naît d’une nécessité à défier paradoxalement l’impossibilité de la traduction, soit d’un plaisir, soit d’une perte.

Discutants : Boris Chukhovich et Anouche Kunth 


 

 

 

 

 

 

 

Bio-bibliographies

ALTOUNIAN Janine  essayiste et traductrice, un des membres fondateurs d’AIRCRIGE, est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l’harmonisation dans l’équipe éditoriale des œuvres complètes de Freud aux Presses Universitaires de France sous la direction de Jean Laplanche. Née à Paris de parents arméniens rescapés du génocide de 1915, elle travaille par ailleurs sur la « traduction » de ce qui se transmet d’un trauma collectif aux héritiers des survivants. Elle a publié de nombreux articles sur la langue de Freud, la transmission traumatique et les ouvrages suivants: Ouvrez-moi seulement les chemins d’Arménie  / Un génocide aux déserts de l’inconscient (Préface de René Kaës), Les Belles Lettres/ Confluents psychanalytiques, 1990, 2003 (2° éd.). ; La Survivance / Traduire le trauma collectif (Préface de Pierre Fédida, Postface de René Kaës), Dunod ; Inconscient et Culture, 2000, 2003 (réimp.) ; L’écriture de Freud/ Traversée traumatique et traduction, PUF, bibliothèque de psychanalyse, 2003 ; Mémoires du Génocide arménien. Héritage traumatique et travail analytique, Vahram et Janine Altounian, avec la contribution de K. Beledian, J.F. Chiantaretto, M. Fraire, Y. Gampel, R. Kaës, R. Waintrater, PUF, 2009.

CHUKHOVICH Boris  est un historien de l’art dont les intérêts sont particulièrement liés à l’art moderne et contemporain de l’Asie centrale, de la Russie et de l’Amérique du Nord. Sa carrière débute dans son pays d’origine, l’Ouzbékistan. Il complète sa formation avec un stage post-doctoral à la Maison des Sciences de l’Homme à Paris en 2000, puis, en 2002, un stage post-doctoral à l’UQAM. Depuis 2003, Boris Chukhovich travaille aussi dans le domaine de la muséologie. Il est conservateur et commissaire de plusieurs projets dont l’exposition Lingua franca (Biennale de Venise 2011),  Retour de la Métaphore (Biennale de Montréal 2007),  Après Babel  (Université d’Ottawa, 2004),  Musée virtuel d’art centre-asiatique . Membre du groupe Poexil depuis 2004, il a participé à plusieurs événements organisés par ce collectif international de chercheurs et de créateurs. Concepteur du site Internet de POexil, il vit et travaille à Montréal.

KUNTH Anouche , Chercheur en histoire (CERCEC-EHESS). À travers l’étude de la diaspora arménienne en France (XXe siècle), Anouche Kunth interroge les notions d’exil, de dispersion et de refuge. Elle est l’auteur, avec Claire Mouradian, d’un ouvrage intitulé Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance, paru à Toulouse, aux Éditions de l’Attribut, 2010. Suite à un colloque organisé par le groupe Poexil à Montréal (2008) sur les objets de l’exil, elle a publié « Le portrait confisqué de Joseph Mantachev. Histoire d’exils et de spoliations », L’Homme. Revue française d’anthropologie, 2010. Elle a en outre consacré plusieurs documentaires radiophoniques à l’errance, l’exil et l’exclusion (France culture, émission Atelier de création radiophonique).

 

Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.

Langues de l’exil et exil des langues II  : André Markowicz : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites »

Cliquer sur l’image pour accéder à France Culture

 

Que signifie traduire le rythme ? — dans quelle mesure la perception du rythme est-elle transmissible ? quand pouvons-nous parler d’équivalence rythmique ? et que faire pour ce qui reste en dehors de toute équivalence ? — de cet en-dehors que j’appelle « figures », pas même des présences, pas même des contours, — comment faire sentir ces existences non verbales sans lesquelles rien du texte n’a de sens, sans lesquelles le sens et l’auteur se trouvent en exil ?

Continuer la lecture de Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.