ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

exil1-300x199 (2)

  • Etudier l’exil
  •  L’exil comme expérience
  • Exiliance : condition et conscience
  • Exil et post exil – par Alexis Nuselovici (Nouss)
  • Pour une typologie des objets de l’exil par A. Galitzine-Loumpet

Logo FMS-PS-CEM pngLe séminaire « L’expérience de l’exil » associé au programme scientifique « Non-lieux de l’exil »  publie ses premières réflexions, sous forme de 5 Working Papers de la FMSH sur HAL-SHS , ouvrant une série de publications.

Les différentes publications sont introduites par  le Position paper  d’Alexis Nuselovici intitulé « Etudier l’exil ».

Elles sont disponibles sur le carnet scientifique des Working papers de la FMSH , notamment sur la page dédiée au séminaire (ici) et le seront également sur le site du Collège d’études mondiales, et téléchargeables en pdf sur le site HalSHS.

Les contributions sont les suivantes : 

  • Etudier l’exil –  Alexis Nuselovici (Nouss)

Résumé : L’expérience  » exilique « , à la fois condition et conscience, déploie une potentialité heuristique unique, et pourtant négligée, face aux nouvelles réalités migratoires incluant des catégories aussi variées que, entre autres, le migrant, le réfugié, le clandestin, catégories qu’il importerait toutefois de penser ensemble. Étudier les manifestations de l’exil en tant qu’expérience recentre sur l’humain les discours traitant de la migration et permet de réfléchir à une société plus inclusive dans une perspective tant éthique que politique. Ces constats invitent à créer un champ scientifique interdisciplinaire à nommer  » études exiliques « , représenté dans le domaine anglo-saxon mais inexistant dans la francophonie.  http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00861243

  • L’exil comme expérience–  Alexis Nuselovici (Nouss)

Résumé : Dans le monde contemporain où les phénomènes migratoires ont atteint une ampleur inédite et connaissent de nombreuses formes, il est possible de distinguer un noyau existentiel commun à toutes ces réalités et transmissible sur plusieurs générations. Nous le nommons « exiliance » et en distinguons comme trait spécifique l’articulation posée entre l’identité de départ et l’identité d’arrivée du sujet migrant, suscitant une dynamique de multi-appartenance. Les pensées de Edward Said et de Emmanuel Lévinas nous permettent de définir cette catégorie existentielle qui doit être distinguée de celle de l’étranger.http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00861245

  • Exiliance, condition et conscience –  Alexis Nuselovici (Nouss)

Résumé : Noyau existentiel commun à toutes les expériences de sujets migrants, quelles que soient les époques, les cultures et les circonstances qui les accueillent ou les suscitent, l’exiliance se décline en condition et conscience, les deux pouvant ne pas coïncider : se sentir en exil sans l’être concrètement ; l’être concrètement sans se sentir en exil. L’analyse de ce phénomène dans sa dimension éthique est menée, entre autres, à partir du roman L’Amérique de Kafka avant d’être poursuivie quant à la question de la représentation de l’expérience exilique ainsi que de son rapport à la mort. http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00861246

  • Exil et post-exil –  Alexis Nuselovici (Nouss) 

Résumé : Les expériences et identités exiliques aujourd’hui ne répondent pas aux critères connus. On peut avoir la nostalgie d’un pays que l’on n’a jamais connu, éprouver le manque d’une langue que l’on n’a jamais parlée. Le concept de post-exil veut rendre compte du phénomène en recevant trois compréhensions : le post-exil comme l’après-exil, le retour d’exil, le terme de l’épreuve ; exil et post-exil comme deux expériences distinctes et successives au sein d’un parcours individuel ou au gré d’un passage générationnel ; exil et post-exil comme deux modes de manifestation ou d’expression de l’exiliance dans un rapport dialectique de concomitancehttp://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00861334

  • Pour une typologie des objets de l’exil: Alexandra Galitzine-Loumpet

Résumé : Les études sur le phénomène migratoire ont jusqu’à présent accordé peu de place aux objets, pourtant seules traces tangibles de l’hypermobilité contemporaine. Mais les objets de l’exil ne sont pas réductibles aux objets de la migration. Articulés par la notion de coexistence, les objets de l’exil intègrent artefacts et représentations (littéraires, artistiques), espaces, temporalités et identités multiples. Cette contribution propose de définir une culture matérielle de l’exil et d’en dresser une première typologie autour de trois critères principaux : l’état instable du sujet en exil, l’emboitement matériel/immatériel, la métamorphose des usages. http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00862480

 

 

 

 


2 réflexions au sujet de « ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *