L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire « Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique »  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

Extraits "The Nine Muses" (2010) de Johh Akomfrah
Extrait  « The Nine Muses » (2010) de John  Akomfrah (courtoisie)

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015 

Entrée libre

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?    

-> La chronique cinéma de Mariam Diop du mardi 27 janvier 2015 à 10h45 sur AFRICA N°1 – 107.5. sera consacrée à la journée d’étude.

  • PROGRAMME

Journée  salle CNRS 638-640 (190 avenue de France, 75013 Paris)

9h15 : Ouverture : Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici (Nouss)

Présidence de séance : Michèle Leclerc-Olive (IRIS, CNRS-EHESS)

9h30-10h00 : Introduction – Melissa Thackway  (Inalco)

10h00-11h00 Projection des courts métrages :

  •        Atlantiques (2009, 16’),de Mati Diop
  •       Tourbillons (1999, 12’) de/en présence d’Alain Gomis

11h-11h15 : Pause-café

11h15-12h30 : L’exil dans les films de Jean-Marie Teno, en présence du réalisateur et avec extraits de ses films : Clando (1996), Une feuille dans le vent (2013)…

Discussion avec  Dominique Malaquais (IMAF)

12h30-13h : débat dirigé Alexandra Galitzine-Loumpet

13h-14h : déjeuner

14h : Présidence de séance  Dominique Malaquais (IMAF)

14h-15h30 :   Projection d’extraits du film The Nine Muses de John Akomfrah (2010),

et d’extraits d’Imaginaires en exil, Cinq cinéastes africains se racontent  (2013) de/en présence de Daniela Ricci

15h30-15h45 : Pause café

15h45-17h15 : Projection  d’extraits de Djib (2000) de/en présence de Jean Odoutan

Projection La femme invisible (2008, 6’) de/en présence de Pascale Obolo

Projection d’extraits de Une Africaine dans l’espace (2007, 1.24′) et de Les choses et les mots de Mudimbe  (2014) de/en présence de Jean-Pierre Bekolo

17h15 – 18h : Conclusions – Michèle Leclerc-Olive (IRIS, CNRS-EHESS / RIAM) & Dominique Malaquais (IMAF)

Soirée : Auditorium INALCO (65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris)

Ouverture :  Jean Aimé Rakotoarisoa,  Département Afrique (INALCO)

des-e_toiles-de-dyana-gaye-affiche
Cliquer sur l’image pour accéder à une présentation du film

 19-21h : Projection Des étoiles, de Dyana Gueye (2013) (en sa présence – sous-réserve)

Débat coordonné par Melissa Thackway (Département Afrique, Inalco)

 Inscription recommandée (journée) :  marine.sam@cnrs.fr

Sauf mention contraire, la journée est susceptible d’être filmée.

Eléments biographiques

AKOMFRAH JOHN

Artiste, écrivain, et cinéaste né à Accra (Ghana), John Akomfrah est membre fondateur du Black Audio Film Collective et une figure clé du mouvement du Black British Cinema des années 1980. Il est l’auteur de nombreux long-métrages de fiction, de vidéo installations, de films expérimentaux et de documentaires de création. Entre essai et poésie, film et œuvre d’art, son travail explore notamment le vécu, les combats et l’histoire de la population noire britannique. Après  sa première réalisation cinématographique, le documentaire controversé Handsworth Songs en 1986, Akomfrah a notamment réalisé Testament (1988), Who Needs a Heart? (1991) Seven Songs for Malcolm X (1993), Speak Like a Child (2001), The Nine Muses (2010) et The Stuart Hall Project (2013). Ses films ont été montrés dans des festivals (Cannes, Toronto, Sundance…) et des musées et galeries internationaux (Documenta 11, Kassel; Centre Pompidou, Paris; Serpentine Gallery et Whitechapel Art Gallery, London; le Museum of Modern Art, New York).

BEKOLO JEAN-PIERRE 

Jean-Pierre Bekolo, né  au Cameroun  a été révélé par son premier film, Quartier Mozart, récompensé à plusieurs reprises, notamment à Cannes 1992  et par une nomination aux British Awards. Pour le British Film Institute, il a produit Le complot d’Aristote, dans le cadre d’une série à laquelle ont participé Scorsese , Bertolucci et Godard. Son thriller politique  Les Saignantes (2005), a été nominé pour deux catégories de César en 2009. Il a réalisé plusieurs autres films, parmi lesquels Le Président (2013) (interdit au Cameroun) et dernièrement Les mots et les choses de Mudimbe (2014), long portrait du philosophe V. Y. Mudimbe. Il réalise également des installations vidéo, à l’exemple d’Une Africaine dans l’espace présentée dans le cadre de l’exposition Diaspora au Musée du quai Branly.  Jean-Pierre Bekolo a enseigné à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill et Duke University. Il vit alternativement entre les États-Unis, la France et le Cameroun et réside en 2015 à Berlin dans le cadre d’une bourse de la DAAD .

GALITZINE-LOUMPET ALEXANDRA

Alexandra Galitzine-Loumpet est anthropologue. Elle travaille actuellement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme après avoir longtemps été enseignant-chercheur à l’Université de Yaoundé I (Cameroun). Ses champs de recherche portent sur la culture matérielle, les processus de patrimonialisations ainsi que les mises en scène (muséographiques, visuelles) de l’altérité, et depuis quelques années les objets de et en exil.  Elle a publié plusieurs travaux sur la circulation des œuvres et des images entre le Cameroun et l’Europe, les affiches et sites web de musées  et les objets dans l’exil. Elle coordonne l’ANR EsCA (Espaces de la culture chinoise en Afrique) et co-dirige l’initiative scientifique “Non-lieux de l’exil” (FMSH).

GAYE DYANA

Née à Paris, Dyana Gaye étudie le cinéma à l’Université Paris 8. En 1999, elle est lauréate de la bourse Louis Lumière – Villa Médicis Hors les murs pour son premier film, « Une femme pour Souleymane », qu’elle réalise l’année suivante. En 2004, elle réalise « J’ai deux amours », plan séquence musical, pour le projet « Paris la métisse ». Son film « Deweneti » réalisé en 2006 connaît une très large diffusion nationale et internationale, reçoit le prix du jury au festival international du court métrage de Clermont-Ferrand en 2007 et fait partie des cinq films nommés aux César 2008 du meilleur court métrage. En 2009, elle réalise « Un transport en commun », comédie musicale présentée au festival de Locarno et sélectionnée entre autres aux festivals de Sundance et de Toronto. Ce film est nommé aux César 2011 du meilleur court métrage. En 2013, elle reçoit le prix de la fondation Katrin Cartlidge lors du festival du film de Sarajevo. « Des étoiles » est son premier long métrage.

GOMIS ALAIN

Alain Gomis est un réalisateur franco – sénégalais né en France, titulaire d’un master d’études cinématographique de l’Université de Paris la Sorbonne, en 1993. Associé à Newton Aduaka (réalisateur nigérian d’Ezra) et Valérie Osouf (réalisatrice française), il travaille au sein de Granit Films ainsi qu’en collaboration avec Oumar Sall (Cinékap) dans un programme de formation de jeunes cinéastes et techniciens au Sénégal (Up Court-métrages), ainsi qu’à la réouverture d’un centre culturel à Dakar (projet El Mansour). En 2002, L’Afrance, son premier film gagnait le Léopard d’argent du festival de Locarno. En 2013, son troisième film Tey (Aujourd’hui)  est sélectionné en compétition au 62ème Festival de Berlin, puis gagne l’Etalon d’Or du Fespaco (festival panafricain du cinéma). En 2008, Andalucia, son deuxième film était présenté à la Mostra de Venise (Venice Days).

 LECLERC-OLIVE MICHELE

Michèle Leclerc-Olive, agrégée de mathématiques et docteur en sociologie, est membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS-CNRS-EHESS). « Penser et agir en situation d’incertitude » résume le thème général de ses recherches. Celles-ci se déclinent suivant  plusieurs axes  et portent en particulier sur le caractère fragmentaire de l’expérience biographique. Dans le cadre d’un séminaire du programme ELITAF (RIAM-FMSH), ses recherches sont consacrées à l’écriture cinématographique des expériences migratoires et aux figures temporelles qui les sous-tendent. Elle a publié en 2013 « Expériences migratoires et épistémologies sédentaires » in G. Ferréol et A. H. Berretima, Polarisation et enjeux des mouvements migratoires  entre les deux rives de la Méditerranée, Bruxelles, E. M. E. et « Un étudiant sahélien en URSS. Temporalités fragmentées et récits d’expérience » paraîtra en 2015 dans M. Baussant, I. Dos Santos, E. Ribert, I. Rivoal (dir), Logiques mémorielles et temporalités migratoires, Presses Universitaires de Paris Ouest.

MALAQUAIS DOMINIQUE

Historienne d’art et politiste, Dominique Malaquais est chargée de recherche à l’Institut des mondes africains (CNRS) et enseignante à SciencesPo. Auteur d’Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun (2002) et de nombreux articles sur les intersections entre violence politique et cultures urbaines au Cameroun, en République Démocratique du Congo et en Afrique du Sud, elle est fondatrice et co-directrice de la plateforme curatoriale SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation and Knowledge – Cape Town) et présidente d’ACASA (Arts Council of the African Studies Association).

 MATI DIOP 

Après un premier court-métrage, LastNight (2004), Mati Diop intègre le Pavillon (laboratoire de création du Palais de Tokyo) en 2006 et y réalise plusieurs vidéosEn 2008, elle intègre Le Fresnoy (Studio national des arts contemporains) où elle réalise Atlantiques, court-métrage programmé dans de nombreux festivals (Festival de Toronto, New York Film Festival, Festival Entrevues de Belfort, IndieLisboa, Festival Corsicadoc), et lauréat de plusieurs prix. En 2010 elle réalise Big in Vietnam, puis le moyen-métrage Snow Canon (2011), sélectionné à la 68e édition de la Mostra de Venise. Mille Soleils (2013, Grand Prix FID Marseille) est son hommage au film iconoclaste Touki Bouki, réalisé par son oncle Djibril Mambéty Diop. Mati Diop joue également le premier rôle dans 35 Rhums de Claire Denis et dans Simon Killer de Antonio Campos.

NUSELOVICI (NOUSS) ALEXIS

est actuellement professeur en littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille après avoir enseigné en Grande-Bretagne et au Canada. Professeur invité au Brésil, en Turquie et en Espagne, il est membre de plusieurs équipes de recherche internationales et a créé au Canada le groupe de recherche « POEXIL » ainsi qu’en Grande-Bretagne le « Cardiff Research Group on Politics of Translating ». Il dirige le groupe « Transpositions » au sein du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM) et  co-dirige l’initiative de recherche « Non-lieux de l’exil » au Collège d’études mondiales (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris).   Ses champs de recherche et de réflexion concernent notamment la traductologie, l’expérience exilique, la culture européenne, la littérature du témoignage, les problématiques du métissage, les esthétiques de la modernité. Parmi ses ouvrages : La modernité (PUF, « Que sais-je ? », 1995) ; Métissages. De Arcimboldo à Zombi (avec F. Laplantine, Pauvert, 2001) ; Plaidoyer pour un monde métis, (Textuel, 2005) ; Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Éditions Le Bord de l’Eau, 2010). Il est également traducteur et a écrit les livrets de plusieurs opéras.

 OBOLO PASCALE

Pascale Obolo est rédactrice en chef de la revue Afrikadaa et cinéaste. Née  au  Cameroun, elle   étudie   au   Conservatoire   Libre  du cinéma Français,  puis   obtient   un master de   cinéma  à l’université de Paris 8, section cinéma expérimental. Ses  premiers  films documentent   le   début   du   mouvement   Hip   Hop   et   la   scène   parisienne   graffiti .  Cinéaste   féministe,  elle   a  également   porté   son   regard   sur  le   mouvement   Hip   Hop   féminin   en banlieue,  ainsi   que   sur   la   place   de la   femme  dans   les   milieux   artistiques.  Ses films ont été montrés et primés dans de nombreux festivals et son dernier film Calypso Rose, The lioness of the jungle a remporté dans la section documentaire, le prix Yennega d’argent au FESPACO 2013.  Sa démarche artistique de cinéaste est souvent issue des arts plastiques et numériques, rompant délibérément avec les codes narratifs traditionnels, les codes visuels ou clichés  de l’Afrique et de ses cultures.  Elle est également formatrice (écriture du scénario, ateliers vidéo..).

ODOUTAN JEAN  

Né au Bénin, Jean Odoutan vit en région parisienne depuis 1980. Comédien,  il joue dans de nombreux films, notamment : Marche à l’ombre de Michel Blanc, Le Banquet de Marco Ferreri, L627 de Bertrand Tavernier, et Dien Bien Phu de Pierre Schoendorffer. Réalisateur, il passe de l’autre côté de la caméra, tout d’abord comme assistant réalisateur sur Dien Bien Phu, pour ensuite passer à la réalisation : Barbecue-Pejo (2000), Djib une « banlieuserie nègre » (2000), Mama Aloko  (2002), et La valse des gros derrières  (2004). Pour toutes ses œuvres, il est scénariste, réalisateur, producteur délégué, compositeur et comédien. Depuis 2003, Odoutan se consacre au festival qu’il a créé au Bénin : Quintessence, Festival International du Film de Ouidah.

RICCI DANIELA

Après avoir travaillé pour les Nations Unies pendant des années, dans divers pays d’Afrique et d’Amérique Latine, Daniela Ricci a obtenu un doctorat à l’Université Jean Moulin-Lyon 3 et Howard (Washington). Titre de la thèse : Cinémas transnationaux d’Afrique : identités, migrations et métissages culturels. Aujourd’hui elle est chargée de cours à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et Paris 10 – Nanterre. Elle collabore avec le Festival du cinéma africain, d’Asie et d’Amérique Latine de Milan et  depuis 2006 organise le Festival Uno sguardo all’Africa de Savone (Italie). En 2013 elle a réalisé le documentaire de 52 min, Imaginaires en exil. Cinq cinéastes d’Afrique se racontent.

THACKWAY MELISSA

Melissa Thackway vit en France depuis 1991, où elle travaille comme chargée du cours Cinémas d’Afrique à l’INALCO, chercheuse, documentaliste, et traductrice. Elle a obtenu un doctorat d’Etat (PhD) en Cinéma d’Afrique de l’Ouest à l’Université de Bath, GB en 1999. Auteur du livre Africa Shoots Back: Alternative Representations in Sub-Saharan Francophone African Film, elle a aussi publié de nombreux articles sur le sujet. Elle a écrit et réalisé les films Permis de Construire (doc, DVD, 11′, 2008) ; Permis de Démolir (doc, DVD, 7′, 2005) ; Myrha-Ville (doc, DV, 24′, 2003) ; et Cinéma en plein air: parole aux cinéastes africains (doc, Beta, 28′, 1996), et réalisé des documentaires radio pour France Culture.

TENO JEAN-MARIE

Né au Cameroun, Jean-Marie Teno arrive en France en 1978. Depuis 1985, il réalise et produit des films sur l’histoire coloniale et postcoloniale de l’Afrique. Au delà de la dénonciation, le cinéma de Jean-Marie Teno est un cinéma de l’énonciation, qui  pose un regard singulier sur le monde avec pour ambition de dénouer les fils d’une réalité complexe. Ensemble, les films de Jean-Marie Teno brossent un portrait cinématographique de l’Afrique. Ils proposent une lecture pertinente de la lutte des peuples africains pour se définir et restaurer une image acceptable d’eux-mêmes, loin des clichés coloniaux qui  perdurent. Primés dans de nombreux festivals internationaux, ses films incluent : Une feuille dans le vent (2013), Lieux Saints (2009), Le malentendu colonial (2005) et Afrique, je te plumerai (1991).

 muses

 

 

 

 

 


2 réflexions sur “ L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015 ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *