Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales, 20 février 2013, séance inaugurale. Alexis Nuselovici (Nouss), Michel Wieviorka.

Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales (FMSH)

Ce séminaire  dont l’objectif est de conceptualiser l’expérience de l’exil, prolonge et complète les réflexions menées dans le cadre des rencontres du programme scientifique FMSH Non-lieux de l’exil.

La séance inaugurale du séminaire « L’expérience de l’exil » dirigé par Alexis Nuselovici au Collège d’études mondiales aura lieu le 20 février 2013. Il y présentera une communication intitulée « L’exil comme expérience » et accueillera son premier invité, Michel Wieviorka, dont l’intervention portera sur« Pour un concept de l’exil ».

Les séances ont lieu une fois par mois, de 15h à 18h30, salle 638, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la gare, bus 89)

Présentation du séminaire : 

NAPLES, Italy (Jan. 15, 2012) The crew of a U.S. Navy P3 maritime patrol aircraft, assisted approximately 68 Somali migrants off the Maltese coast. (U.S. Navy photo/Released)

Qu’ont en commun Ovide sur le rivage de la Mer Noire, Victor Hugo sur son rocher de Guernesey, l’artiste juif ayant fui l’Allemagne nazie ou la Russie stalinienne au siècle dernier et, de nos jours, l’ouvrière mexicaine de Los Angeles, le demandeur d’asile africain à Rome ou le clandestin kurde de Calais ? Les causes sont diverses et les circonstances différentes mais ils partagent tous une même expérience, celle de l’exil, et la penser permettrait de mieux appréhender les phénomènes migratoires contemporains – le migrant est d’abord un exilé.

On compte actuellement plus de 200 millions de migrants dans le monde, ce qui constituerait le 5e pays le plus peuplé de la planète. Cette mobilité et cette extension d’une ampleur inédite, soulignée par les nouvelles technologies de communication, occasionnent des rencontres de cultures bien plus intensifiées qu’auparavant mais aussi des tensions sociales extrêmement graves.
L’expérience exilique, à la fois condition et conscience, déploie une potentialité heuristique unique, et pourtant négligée, face à ces réalités migratoires car elle rend compte de spatialités et de temporalités singulières tandis qu’elle suscite une dynamique de multi-appartenance dont les logiques citoyennes des Etats-nations peinent à intégrer la complexité. À désigner comme exilience et marquant plusieurs générations, elle pourra être revendiquée telle une construction identitaire ou opérer tel un travail de mémoire.
Donnée majeure à considérer ainsi dans toute analyse du lieu et du lien aujourd’hui, l’exil n’est pas réductible à ses aspects historiques et sociaux mais doit être pleinement pensé comme expérience, c’est-à-dire partageable par tous.

Les séances prochaines auront lieu les 20 mars, 24 avril, 23 mai, 20 juin 2013. Le programme complet des séances du séminaire sera prochainement affiché sur ce site et sur celui du Collège d’études mondiales.

NUSELOVICI (NOUSS) Alexis  est professeur à la School of European languages, Translation and Politics de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), où il occupe le poste de Chair of Modern Cultural Studies et est également responsable du MA Translation Studies. Il est aussi professeur associé au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal, où il a enseigné pendant une quinzaine d’années. Il a également été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il a en outre créé et dirige le groupe de recherche montréalais « POexil » (http://www.poexil.umontreal.ca) qui se consacre aux manifestations culturelles des expériences de l’exil et de la diaspora ainsi que le « Cardiff Research Group on Politics of Translating » qui étudie l’acte traductif sous ses aspects éthiques et politiques. Il est directeur du programme scientifique « Non-lieux de l’exil » à la FMSH. Il a publié une dizaine de livres dont La modernité (Paris, PUF, collection « Que sais-je? », 1995), Dire l’événement, est-ce possible? (avec Jacques Derrida et Gad Soussana, Paris, L’Harmattan, 1997), Métissages. De Arcimboldo à Zombi (avec François Laplantine, Paris, Pauvert, 2001), Plaidoyer pour un monde métis (Paris, Editions Textuel, 2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, 2010). Il est également traducteur et a écrit les livrets de plusieurs opéras

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *