L’expérience de l’exil, 23 mai 2013. Exil, Art, Ecriture. Alexis Nuselovici / Svetlana Boym

  P1100882 salles 638-641 / 190 avenue de France, 75013 Paris.

15h- Alexis Nouss Exil et écriture

17h – Svetlana Boym  Immigrant Arts and Cosmopolitan Solidarities

[Conférence en anglais avec traduction]

Svetlana Boym est professeur au Département de littérature comparée de l’Université Harvard où elle enseigne également à l’Ecole de design et d’architecture. Ecrivain, théoricienne et artiste, elle est l’auteur de The Future of Nostalgia (2001), Architecture of the Off-Modern (2008), le roman Ninochka (2003) et, plus récemment,  Another Freedom: The Alternative History of an Idea (2011). Elle a donné des conférences et des performances au Kunsthalle de Vienne, au Freud Museum de Londres, au Centre Pompidou, au Centro de Arte Contemporaneo de Madrid, au Théâtre Royal de Copenhague et dans les grandes universités américaines. Les trois projets artistiques sur lesquelles elle travaille actuellement s’intitulent « Nostalgic Technologies »,  « Phantasmagorias » et « Phantom Limbs ». Elle a pris part à la Biennale d’architecture de Venise en 2010 et prépare l’exposition « Off-Modern » qui s’ouvrira au Ludwig Múzeum de Budapest en 2013 (www.svetlanaboym.com).

Née à Saint-Petersbourg, elle vit et travaille maintenant à Cambridge (Etats-Unis)

Le migrant/l’étranger se révèle une figure centrale dans la modernité du XXe et du XIXe siècle alors que son expérience vient brouiller nos métaphores théoriques en apportant d’encombrantes histoires politiques et personnelles.

Il demeure central dans la recherche universitaire autant que dans l’œuvre artistique de Svetlana Boym. Son traitement de la question a évolué d’une réflexion sur la nostalgie et ses interprétations à une approche  transculturelle de la liberté comme expérience de création collective dans l’espace public.

Dans sa conférence, elle abordera diverses théorisations de la nostalgie en rapport avec l’expérience du migrant avant de présenter sa recherche actuelle et le travail artistique qu’elle mène sur un camp de transit oublié qui accueillait des immigrants d’Europe de l’Est et dont l’emplacement dans la banlieue de Vienne demeurait secret. C’est en 2012 que des consultations d’archives lui ont fait découvrir où était situé ce camp, lieu d’extraterritorialité et d’histoires dérangeantes dans lequel elle séjourna dans les années 1980.

Image

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *