Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014

IonTheodorescu Ovidius in exile
Ion Theodorescu-Sion « Ovidiu în exil » (1915)

Les îles et l’exil, sinon l’exil en ses îles, trament une longue histoire commune,  de bannissement en refuge.  Etape vers une terre désirée ou destination finale, les îles peuvent être miettes de pays ou Etats souverains. Elles n’en constituent pas moins,  de Chypre à Lampedusa, des Marquises à l’Irlande, des territoires singuliers, laboratoires où se condensent et s’inventent de communautés et nouvelles frontières, géographiques, socio-politiques et culturelles;  où s’accommodent des cohabitations entre insulaires anciens et néophytes, visiteurs et migrants en transit, désir de rester et obligation de partir. L’île est un espace d’où questionner le reste du monde, mais aussi le moyen d’interroger l’altérité et la localité. De penser la place en pensant l’écart et le passage.

vign-Affiche_2014En choisissant d’aborder le monde insulaire par les îles grecques la 14e édition du Festival international du film insulaire de Groix (20-24 aout 2014), dont l’affiche reprend une oeuvre du street-artiste grec Bleeps, a offert l’opportunité d’aborder plusieurs formes d’exil, et de laisser place à une table-ronde sur l’immigration dans les îles[1]. Riche débat qui, en croisant compétences et approches diversifiées, a notamment permis de souligner une fois encore la nécessité de repenser terminologies et rhétoriques utilisées. De remplacer, par exemple, le terme de migrant par celui d’exilé pour restituer une dignité, sinon une humanité, que les notions de flux migratoire, de vagues de migration et autres ‘raz-de-marée’ de l’actualité récente masquent en grande partie. L’exil est une expérience commune, à la fois spatiale et historique, qui inclue le « migrant » dans une communauté plus large nous engageant (presque) tous. A le dire autrement, dans un déplacement sémantique à l’enjeu crucial : il n’y a pas d’exilé clandestin.

Hasard heureux ou volonté délibérée d’une programmation ouverte à la diversité des insularités, nombre de films consacrés ou non à la Grèce sont traversés par la thématique de l’exil et en abordent les différentes expériences, en commençant par la plus ultime, l’expérience de la disparition, dans « Cendres » de Mélanie Pavy et Idrissa Guiro (2013), Ile d’or de cette édition.  D’autres films sont à recommander dans cette perspective :

« Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit » (Olivier Zuchuat, 2012) évoque la déportation politique de près de 80.000 grecs, résistants à l’occupation nazie présumés communistes, exilés sur l’île de Makronissos de 1947 à 1951. Le film interroge conjointement les modalités de résistance par les nombreux poètes internés (Yannis Ritsos, Tassos Livaditis, Maneleos Loudemi…), à l’effrayante imbécillité, la torture psychologique et physique, l’isolement, le vent incessant érigé en outil de coercition; de même que le rôle du documentaire comme témoignage (Mention spéciale du jury).

– « Evaporating Borders » (Iva Radivojevic, 2014) traite du destin d’exilés à Chypre. Subjectif, fondé sur la propre expérience d’exilée  de la réalisatrice – la  Yougoslavie, un monde englouti -, mais aussi sur la singularité d’une île divisée, ayant ses propres réfugiés intérieurs et traversée par les tensions identitaires (la langue, la religion…), le film interroge la complexité, les niveaux superposés, les instrumentalisations et les regards de situations exiliques multiples. Sa grande qualité vient de l’absence d’esquive, de la confrontation avec les ambiguïtés, à commencer par la sienne propre et celle de sa caméra. Que voit-on en effet et pourquoi ? Comment rendre compte, prendre position ?  Jusqu’à quel point peut-on se mettre à la place de l’autre ? (Coup de coeur du jury).

– « The Island Bus » (Sybille Meder, 2013) évoque, à travers le destin des voyageurs assis dans le seul bus de l’île, et notamment de Saeed, 15 ans, réfugié d’Afghanistan, les capacités d’accueil et d’intégration de migrants venus de différentes contrées. L’hospitalité des quelques 400 habitants de Tilos suffit à cette heure à faire bonne place –   jusqu’à quand ? La question doit être posée, car l’hospitalité n’est pas jamais chose donnée de façon définitive et il arrive qu’elle trouve ses limites. De récentes arrivées accroissent en effet considérablement le nombre de demandeurs d’asile.

– « Deported » (Chantal Regnault et Rachèle Magloire, 2013) évoque une autre forme de bannissement, celle de délinquants américains – où se croyant tels -, vers leur île d’origine – où présumée telle sur la base de leurs noms -, Haïti. Double peine, de ghetto en ghetto, qui mène des individus entre impossibilité d’appartenir, détresse et folie, et interroge les  modalités de déracinement et de citoyenneté. Les portraits montrent des destins en ré-exil, écrasés entre un incoercible désir de retour et une société fragile, incapable de les intégrer et prête à les accuser. Le film évoque également les bouleversements familiaux provoqués, dommages collatéraux du bannissement : mères, enfants, parents et amis face à une sorte de demi-deuil. « Il n’est pas mort » dit une mère de son fils expulsé vers Haïti,  « mais c’est comme s’il était enterré ».

« Les horizons chimériques » (Gilles Dagneau 2014), présente le destin d’exilés volontaires vers des suds mythifiés et irréels, souvent augmentés par les ravages de la drogue et de l’alcool. Fréquemment marginalisés, sinon perdus, certains individus trouvent cependant les voies  imprédictibles d’une nouvelle vie.

Cette liste n’est pas exhaustive – je n’ai pas vu tous les films. Elle dessine toutefois les différents aspects d’une thématique qui, en s’appuyant sur l’actualité, contribue à repenser le rôle du film documentaire.
Programme et palmarès du festival ici

[1] Vendredi 22 août. Avec Colette David (Amnesty International, Lorient) ; Alexandra Galitzine-Loumpet (Non-lieux de l’exil/ FMSH) ; Sybille Meder (réalisatrice), Mathilde Woillez (Université de Corse) et la participation de Manolis Kritsotakis  (Réalisateur) et d’Estelle Even-Jones (traductrice)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *