Rencontre en partenariat avec l’IRIS du 21 mars 2013. Objets de l’exil III. « Culture matérielle et exil: une autre vie des objets »

Les Sables d’Olonne (cliché M. Gorboff)

Les rencontres Non-lieux de l’exil (FMSH) s’associent pour cette séance avec le séminaire « La deuxième vie des objets » coordonné par Elisabeth Anstett et Nathalie Ortar (IRIS, EHESS et LET/ ENTPE) et avec l’IRIS.

11309287931129112624retr-becair-gdcouv (1)

À la fois objets disjoints de leurs contextes d’origine et objets acquis/inventés au cours d’un déplacement volontaire ou imposé, les objets de l’exil en viennent à incarner l’expérience même du déracinement. Ressortant de l’ordinaire, de l’identitaire et du mémoriel, ils sont à la fois traces et supports et peuvent être tour à tour chéris, perdus, fantasmés, hérités, patrimonialisés. C’est dire la singularité et la pluralité des régimes de valeur que cette culture matérielle en déplacement convoque dans l’analyse, sinon son potentiel heuristique pour penser les vies de l’objet et les modalités de ses recyclages, symboliques ou matériels.

14h-18h30, salles 638-640, Plateau CNRS, Noyau A, bâtiment « Le France », 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris EHESS-CNRS) , Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Alexis Nuselovici (NLE)

Intervenants :
Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » (et Françoise Vergès – empêchée)

Pause café

– Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » (2009) de Manuela Frésil, en présence de la réalisatrice.

 Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH) « Le musée-valise »

Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) &

2013-03-21 16.34.10

2013-03-21 16.40.16

Eléments bio-bibliographiques

ANSTETT  Elisabeth est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre de l’IRIS (Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux). Ses travaux portent sur la postérité de l’expérience concentrationnaire en Europe de l’Est, et plus particulièrement sur les usages sociaux des traces matérielles laissées par le Goulag. Elle a notamment publié Une Atlantide russe, anthropologie de la mémoire en Russie postsoviétique (Paris, La découverte, 2007), Un patrimoine sous influence, usages politiques, religieux et identitaires de l’image dans le monde slave (Paris, Pétra, 2009) et (avec Luba Jurgenson) Le Goulag en héritage, pour une anthropologie de la trace (Paris, Pétra, 2009) et récemment1 Les objets ont-ils un genre, culture matérielle et production des identités sexuées (Armand Colin, 2012).

GALITZINE-LOUMPET Alexandra, est archéologue et anthropologue. Elle travaille actuellement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (ANR Esca, Programme Non-lieux de l’exil) et est chargée de cours à Paris I. Spécialiste de la culture matérielle et des patrimonialisations, des représentations (épistémologiques, muséographiques) de l’altérité, elle s’intéresse autant à des terrains et objets africains, qu’aux objets de et en exil. Parmi ses publications Njoya et le royaume bamoun (Karthala, 2006), « The Bekom Mask and the White Star: The fate of Others’ objects at the Musée du quai Branly (Paris)” in S. Byrne, A. Clarke, R. Harrison and R. Torrence (eds)   Unpacking the Collection: Museums, Identity and Agency, One World Archeological Series, Springler, USA ,2011, pp. 141-163, et plus récemment « L’embarras patrimonial. Mémoires croisées Galitzine/Pouchkine dans l’oussad’ba Viaziomy (Moscou) » à paraitre dans Architecture et patrimoine dans les Etats post-soviétiques, sous la dir. de Taline Ter Minassian, Presses Universitaires de Rennes,  (2013). Elle coordonne aux mêmes éditions un ouvrage sur les patrimonialisations coloniales (à paraitre en 2013).  Elle  dirige la collection « Displaced Objects » (D.O.), et est coordinatrice  du programme Non-lieux de l’exil (FMSH).

GROGNET Fabrice, Ethnologue et commissaire d’expositions. Responsable des collections ethnographiques et de la « Galerie des dons » du musée de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration de 2006 à 2011. Actuellement, concepteur muséographique dans le cadre de la rénovation du Musée de l’Homme. Il est également l’auteur de nombreux articles, parmi lesquels « Ethnology : a science on display », in Bettina Carbonell (dir), Museum Studies, an Anthology of Contexts, Blackwell Publishing,2012, pp : 163-169., « Une mémoire gommée en héritage », Hommes & Migrations n°1293, 2011, pp : 120-124.,  Allez la France ! Football et immigration, Claude Boli, Yvan Gastaut et Fabrice Grognet (dir.), Paris, Gallimard, 2010,192p.,   « Un phœnix de l’imaginaire : le concept anthropologique de « race » et son éternel succès », in Mariane Amar, Yvan Gastaut et Olivier Dornel (dir.), A chacun ses étrangers, Paris, Gallimard,2009,  pp : 73-79., « Quand une mémoire familiale devient patrimoine national », Hommes & Migrations n°1277,2009, pp : 116-120.,   « Du sens perdu de l’Autre et du Semblable », L’Homme n° 185-186, 2008, , pp : 455-477.,  « Les objets témoins d’un exil », Hommes & Migrations n°1271, 2008,  pp : 132-136.

FRESIL Manuela, est réalisatrice. Diplômée de la Fémis, elle a collaboré avec Jean Rouch, réalisé différents documentaires pour la télévision et collaboré à l’écriture de scénarios (« Traverser le jardin » de D. Cabrera 1992). Son travail s’oriente ces dernières années sur la création d’une écriture cinématographique qui mêle le documentaire et la fiction Parmi ses réalisations : « Terras-Neuvas » (en co-réalisation avec Ariane Doublet, Juliette Cahen, Francoise Bernard, Pascal Goblot, 1993, prix du public Vision du réel à Nyon et Grand prix du Festival de Douarnenez en1994), « La femme de mon mari » (Canal +, 1992) , « Par chance, la terre est ronde » (Arte, 1996), « Notre campagne » (1999), « Pour de vrai » (1999), « Si loin des bêtes » (2003), « Nuits de la préfecture » (2010). Elle a animé différents ateliers d’écriture cinématographique et vidéos en direction de publics fragilisés, notamment avec des patients de l’hopital psychiatrique de Reims (« 7+ un épilogue », 2005/2006, Festival du Réel),  des femmes africaines (projet « Voisines », 2008-2009). Elle a remporté le prix du scénario Genève-Europe pour « Seconde épouse » (1993). Son dernier film « Entrée du personnel » (2011) a reçu le Grand prix de la compétition nationale du FID Marseille, une mention spéciale du jury au festival Crossing Europe de Linz et le prix du meilleur moyen métrage du Cinemambiente Turin.

ORTAR Nathalieanthropologue, est chargée de recherche (UMR n°5593). L’anthropologie de l’habiter est au cœur de ses recherches passées et actuelles. Ses terrains d’enquête en cours se situent en France et aux Etats-Unis où elle aborde la question du quotidien du développement durable au travers d’une anthropologie du quotidien et de la culture matérielle.

TABOIS Stéphanie, sociologue et anthropologue, est maître de conférences à l’Université de Savoie. Ses recherches portent sur la mémoire, les objets, la famille et la territorialisation (migration, sentiment d’appartenance et espaces du quotidien). Elles concernent plus précisément les ressorts les plus ordinaires de la production mnésique, examinés en tenant compte du rôle des environnements matériels les plus banals (objets, espaces domestiques). Cette perspective a d’abord été adoptée dans le cadre d’une enquête consacrée à la « petite production mnésique » d’une population exilée (les Pieds-Noirs). Elle trouve aujourd’hui ses prolongements dans des travaux dédiés aux effets des espaces domestiques sur la catégorisation, le « droit de cité » et le « devenir-déchet » des biens qui peuplent le foyer.

VERGES Françoise, politologue (Yale University), a enseigné aux Etats-Unis et en Angleterre (Goldsmiths College ) et est la présidente du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage depuis mai 2009. Outre ses activités de recherche, et ses nombreuses publications, elle collabore à des événements culturels et d’art contemporain : Latitudes (2003), Une agora réunionnaise (2003), Documenta 11 (2002) ; aux films  Frantz Fanon, Black Skin, White Mask (1996) et Noirs (2006), au projet de la Maison des Civilisations et de l’Unité réunionaise (MCUR). Elle a dirigé des programmes de recherches financés par des fondations américaines dont A Corridor of Cities (2002-2004) et Cartographie d’une zone de contacts sur les migrations et diasporas sud-sud dans l’océan Indien(1999-2001). Parmi ses nombreuses publications : La République coloniale. Essai sur une utopie, avec Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, Édition de poche, Hachette Littérature, collection Pluriel, 2006., Nègre, je suis, Nègre je resterai. Entretiens avec Aimé Césaire, Albin Michel 2007, Fractures postcoloniales, avec Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Achille Mbembe. La Découverte, 2010,  L’homme prédateur, ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps. Albin Michel Bibliothèque Idées, 2011, et « Archéologie de l’esclavage, archéologie de l’absence », Jean-Paul Demoule et Bernard Stiegler, eds., L’Avenir du passé. Modernité de l’archéologie. Paris : La Découverte-INRAP, 2008, 105-113.

 inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

  1. avec Marie-Luce Gélard []

2 réflexions sur « Rencontre en partenariat avec l’IRIS du 21 mars 2013. Objets de l’exil III. « Culture matérielle et exil: une autre vie des objets » »

  1. Cher Monsieur. Merci pour votre commentaire et vos encouragements. Si la mémoire des Pieds-noirs et plus largement les objets en exil vous intéressent, vous trouverez sans doute intérêt à la lecture de cette contribution de Stéphanie Tabois « La mémoire des fantômes. Peut-on tirer un profit mnésique de l’absence d’un objet ? », Terrain, 2008, n° 50, pp. 158-169; parmi d’autres.

  2. Quel merveilleux programme. Si je pouvais rajeunir comme Faust, j’aimerais venir à cette rencontre. Je me souviens d’une vieille dame transplantée d’Algérie en France qui avait été amoureuse, longtemps auparavant, d’un fils de cafetier parti à la guerre de 39-45 et qu’elle avait perdu de vue. Elle voulait toujours une nouvelle cafetière pour la Fête des mères, dont elle ne se servait pas et qu’elle collectionnait dans son armoire. S.Tisseron a fait un beau petit livre sur les objets. « objets inanimés,avez vous donc une âme, qui s’attache à notre âme et la force d’aimer »
    Bien sûr, votre programme est bien plus fouillé et divers.
    Tous mes voeux pour vos travaux. C.Nachin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *