15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

NLE 15 octLe 15 octobre 2015, le programme Non-lieux de l’exil accueille le projet « Moving Matters Traveling Workshop » coordonné par Susan Ossman pour une séance de réflexions communes autour des notions d’exil, de migration,  d’expérience et de représentation en préparation du projet de colloque en deux temps en mars prochain : Los Angeles (University of California Riverside) et Paris.

Intervenants : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Alice Peinado, Eugenia Vilela .

Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici (Nouss)

Lieu et heures : 16h30-19h30 Immeuble France Salle 005 (rez de chaussée) 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

531924193_orig
Bucarest, Juillet 2015 (Cliché S. Ossman)

Présentation des intervenants :

Susan Ossman est à la fois artiste et anthropologue. Depuis 20 ans, elle a mené des recherches sur les questions des médias et des communications. Elle a occupé des postes de chercheur et de Professeur en Europe, aux Etats-Unis et au Maroc.

Depuis 2005, elle a concentré ses recherches sur les « serial migrants » ou migrants multiples. Son ouvrage Moving Matters : Paths of Serial Migration (Stanford University Press, 2012) restitue une partie de ces observations et analyses. L’identité des migrants est souvent pensée en terme de culture et des communautés: l’étude de Susan suggère de devenir plus attentif  aux  diverses expériences de migration des individus, et à leurs influences sur les modes d’identification : dans  un monde en mouvement, la politique sera de plus en plus « chorégraphique. »

En vue d’apporter une réponse créative et sensible à cet ouvrage, elle a développé des ateliers réunissant artistes, danseurs, musiciens et écrivains issus de la migration multiple. Ces ateliers ont d’abord eu lieu au Culver Center of the Arts de Riverside aux Etats-Unis, où elle enseigne actuellement (Arts of Migration), puis au Pavillon Vendôme (Clichy –  exposition « Au delà de cette frontière, votre ticket n’est plus valable »/ Borders Crossing), à Amsterdam (Objects in / of Migration) et Bucharest (My Memory / Your History). Le projet MMTW developpe une collaboration musicale avec l’ensemble Son of Semele (Los Angeles) et plusieurs artistes visuels qui ont participé au projet développent des expositions individuelles inspirées par leurs contributions.

 Blanca Casas-Brullet probes the relationship between the body and the social and cultural environment and shifts between language and visual signs in photographs, video, drawing, sculpture and performance. She is particularly interested in the poetic charge of translation and the strangeness that results from literal translations of metaphors into images. Her three “homelands” are languages: Catalan, Spanish and French. Her work has been exhibited throughout Europe, in Latin America, South Africa, Taiwan, South Korea and Canada.

Claire Fontaine  est une artiste collective qui a été fondé en 2004 et vit à Paris. Après avoir tiré son nom d’une marque populaire de cahiers pour écoliers, Claire Fontaine s’est auto-déclarée une « artiste ready-made » et a commencé à élaborer une version d’art néo-conceptuel qui souvent ressemble au travail d’autres gens. Elle utilise le néon, la vidéo, la sculpture, la peinture et l’écriture, sa pratique peut être décrite comme un questionnement ouvert de l’impuissance politique et de la crise de la singularité qui semblent caractériser l’art contemporain aujourd’hui. Mais si l’artiste elle-même est l’équivalent subjectif d’un urinoir ou d’une boîte Brillo – aussi déplacée, privée de sa valeur d’usage et interchangeable que les produits qu’elle crée – il reste toujours la possibilité de ce qu’elle appelle la « grève humaine ».

Parmi ses expositions, Arbeit Macht Kapital, Kubus, Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München, They Hate Us For Our Freedom, Contemporary Art Museum St. Louis, Lucky In The Misfortune, Masion Descartes, Institut Français des Pays-Bas, Amsterdam, Feux de Détresse, Galerie Chantal Crousel, Paris et Claire Fontaine, The Exhibition Formerly Known as Passengers, 2.10, CCA Wattis Institute for Contemporary Arts, San Franscisco, Foreigners Everywhere, Paris, Marseille.

Nadine de Koenigswarter is an artist for whom music is an important influence. She has long frequented the milieu of free jazz. From 2003 and 2008, she spent long periods of time in Senegal where she lived amongst a group of migrant musicians of Guinean origin. Among these economic migrants who make traditional instruments time took on different forms than in the West, the rhythms of the days and language and music entered into Nadine’s manner of drawing and led her to develop a technique for producing rhythmic perforations to fashion large, mesmerizing works on paper. Nadine’s work has been displayed throughout Europe and in the USA.

Guillaume Lasserre is an art historian and curator. He trained in France and the USA before participating in the transformation of the Domaine de Chaumont-sur-Loire and working in the direction of the cultural office of the French Central region. He is the founding director of the Pavillon Vendome,  a contemporary visual arts and of heritage project in Clichy, France that opened in 2013. He is currently Chargé de mission pour les arts visuels au Département des Hauts-de-Seine.

Alice D. Peinado is an Italian-Venezuelan who settled in Paris, France, after having traveled the world over.  She is an anthropologists specializing in globalization issues, design and contemporary crossovers between art and anthropology.  Alice is the Chair of the Design Management Department at Paris College of Art.  Her research and practice deal with issues related to design theory and practice and the role of anthropologists within design lead projects, as well as explorations of the links between ethnographic research and artistic practices.  Alice is a co-founder of the Organe de Concretisation de Recherche, a collective bringing together two artists, a curator and  an anthropologist, devoted to exploring how research translates into artistic practice.

Eugenia Vilela, est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a notamment publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres “Du corps équivoque” (1998) et “Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon” (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art. Elle est membre de l’équipe des Non-lieux de l’exil.

Les séances sont susceptibles d’être filmées.

Entrée libre mais inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

 


Une réflexion sur « 15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *