Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Esthétique & Politique 3 : la question de la photographie. 02 février 2017

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 3

Esthétique & Politique,  la question de la photographie.

sacro-cuore-1
Marianna Capuano (c)

Jeudi 2 février 2017 de 17 à 20h,  salle 3, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

(entrée libre)

Introduction  : Philippe Bazin

avec : Joerg BADER  (Responsable du Centre de la Photographie de Genève),  Marianna CAPUANO (Photographe),   Sébastien FEVRY (Historien, Université de Louvain),  Anne-Marie FILAIRE (Photographe,  Enseignante à l’Institut d’études politiques de Paris, Sciences Po)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE)(Descriptif et informations ici). En collaboration avec Philippe Bazin (Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon) pour la thématique Esthétique & Politique.

Deux thématiques seront en effet  abordées : Esthétique & politique (1er déc. 2016, 5 janv. 2017,  2 fév. 2017 ) et Murs 2 mars, 4 mai, 2 juin 2017)

Présentation des intervenants :

Joerg  BADER, né à Zurich, vit et travaille à Genève et Belo Horizonte. Artiste, critique d’art, auteur, éditeur, enseignant et commissaire d’exposition, Joerg Bader est directeur du Centre de la Photographie Genève depuis 2001. Il comprend son travail d’artiste comme une critique qui trouve des formes plastiques, écrites, radiophoniques, éditoriales et curatoriales. Il a monté plus que 80 expositions individuelles et signé une vingtaine d’expositions thématiques dont DE CORAZ(Ò) en 1999 à Tecla Sala à Barcelone,  REPRÉSENTATION DU TRAVAIL/TRAVAIL DE REPRÉSENTATION en 2003 et PHOTO-TRAFIC en 2006 au Centre d’art Contemporain et au Centre de la photographie à Genève, LA REVANCHE DE L’ARCHIVE PHOTOGRAPHIQUE  en 2010 et fALSEfAKES en 2013 au Centre de la Photographie Genève, OPEN FRAME I & II au C.R.A.C. à Sète en 2011 et SEGUE-SE VER O QUE QUISESSE en 2012 au Palácio das Artes à Belo Horizonte, fALSEfAKES en 2013 et CAMÉRA(AUTO)CONTRÔLE en 2016 au Centre de la photographie Genève. Ses essais portent sur Balthasar Burkhard, Philippe Durand, Anton Henning, Michel François, Anish Kapoor, Gianni Motti, Orlan, Peter Piller, Gerhard Richter, Jules Spinatsch, Bruno Serralongue, Elaine Sturtevant, Jeff Wall.

Marianna CAPUANO, née en Italie, vit et travaille entre Paris et Naples. Après une formation supérieure à l’école des Beaux-arts de Naples en photographie et cinéma, elle a poursuivi celle-ci en France à Dijon. Elle mène un projet de création photographique entre l’Italie et la France, mettant en relation les lieux de ses origines familiales et un séjour dans un squat à Paris-La Défense où elle a réalisé un projet en collaboration avec les clandestins vivant là. De retour en Italie, elle redéployé son travail sur les lieux de tournage de Pasolini sur la côte Almafitaine. Elle revient d’une résidence d’artiste au Benin, après avoir montré son travail photographique et vidéographique à plusieurs occasions, à NoPlace.Space 49°Premio Suzzara, Suzzara, Italie ; Gironz’Aliano, festival «La luna e i calanchi», Aliano, Italie ; dans Disjonctés, espace Le 18 à Dijon ; Attention, les voilà!, Galerie Interface à Dijon ; et Tenir/Trouer les murs,Galerie Interface, Dijon également ; Linea Contemporanea, Castello di Agropoli, Agropoli, Naples.

Sébastien FEVRY  est professeur à l’Ecole de Communication de l’Université catholique de Louvain (UCL) et coordinateur du GIRCAM (Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement). Il travaille dans le champ des Memory Studies en se focalisant sur les processus de représentation des groupes minoritaires, principalement à travers le cinéma et la photographie. Il a notamment coédité un recueil d’articles sur l’imaginaire de l’apocalypse au cinéma (2012). En 2016, il a coordonné l’édition d’un ouvrage intitulé Regards croisés sur Incendies. Du théâtre de Mouawad au cinéma de Villeneuve. Il est aussi l’auteur de nombreux articles dans des revues comme Image & Narrative, Cahiers Mémoire et Politique, Espacetemps.net, Studies in French Cinema

Anne-Marie FILAIRE vit et travaille à Paris. Son travail photographique est tourné vers les paysages, particulièrement dans les zones dites « frontières »  ou « zones-tampons » au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, en Afrique de l’Est et en Europe. Après un travail sur les paysages auvergnats, elle entreprend entre 1997 et 2004 un observatoire national du paysage à la demande du Ministère de l’environnement. En 1999, elle entame parallèlement un travail au Proche-Orient (Israël, Palestine). Durant près de dix ans, elle arpente ces paysages à la manière d’une géographe, prélevant les indices du temps dans les paysages politiques en mouvement. Ses recherches se poursuivent dans d’autres pays marqués par les conflits : Liban, Yémen,  Érythrée, Cambodge. Elle s’oriente en 2007 vers l’environnement d’adolescentes et leurs espaces intimes (Emirats Arabes Unis, Gaza), et peu à peu sous forme d’entretiens filmés, avec la jeunesse au Moyen-Orient (Egypte, Algérie) en contextes de révolutions. En 2012, cette recherche abouti à une série sur les portes blindées à Alger. Elle réalise également un travail sur le camp de réfugiés syriens d’Azraq. Ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées et festivals en France et à l’étranger. Une exposition rétrospective de son travail au Moyen-Orient sera présentée au MUCEM du 4 mars au 29 mai 2017.  Elle enseigne la photographie à Sciences Po Paris et le Havre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *