Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Aesthetics, Politics and Knowledge RG, IF/FCT, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 115 , bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS-CERI) A l’ombre du mur et de la séparation : régime de mobilité et enfermement en Israël/Palestine Damien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-huit ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisés par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Murs-frontières, barrières de sécurité, fortifications, remparts, murs virtuels : la prolifération des murs nous invite à questionner ces objets de mise en scène des politiques, aussi bien que du politique, qui saturent aujourd’hui les cartographies et les discours. Spectacles du pouvoir aussi bien qu’instruments différentiels de gouvernement des circulations et des espaces, les murs interrogent les métamorphoses des liens entre territoire et frontières.  Ils interrogent aussi les reconfigurations du même et de l’étranger (réfugiés, migrants, clandestins), en instituant l’espace sédentaire par rapport auquel ces figures sont signifiantes.

Barbelés, béton, mur « végétal » comme à Calais, mur d’acier entre le Mexique et les Etats-Unis qui plonge dans la mer, mais s’arrête soudain sur le flanc d’une montagne quand il n’y a plus de témoin pour assister au spectacle de la frontière : les murs s’immatérialisent mais se construisent aussi à travers de nouveaux matériaux, une nouvelle temporalité. Qu’est-ce que cette reconfiguration matérielle du mur comme technique et projet de gouvernement nous dit du pouvoir qui le pense et l’implante ?

Le cycle « Murs » interroge dans une perspective sensible et théorique l’impensé d’une politique migratoire à travers la problématisation du paradigme du mur comme dispositif politique et théorique contemporain.

Présentation des intervenants de la séance 1 :

Stéphanie Latte Abdallah est historienne et politiste spécialiste du Proche-Orient, chercheuse au CNRS. Elle a publié sur les réfugiés palestiniens, le genre, les féminismes (séculier, islamique), les mobilisations de la société civile. Elle travaille sur les frontières, les mobilités, l’enfermement et l’incarcération en Palestine, et sur le lien entre images et politique dans le conflit israélo-palestinien. Elle a notamment publié avec Cédric Parizot, À l’ombre du Mur. Israéliens et Palestiniens entre occupation et séparation, (Actes Sud, 2011). Elle est également l’auteure d’une recherche sur les Femmes réfugiées palestiniennes, (Paris, Presses Universitaires de France,2006). Ses travaux ont été distingués par la médaille de bronze du CNRS en 2008.

Damien Simonneau est politiste, docteur de l’IEP de Bordeaux et ATER à Paris 13. Il est l’auteur d’une thèse sur les mobilisations en faveur des murs de sépa­ration aux États-Unis et en Israël. Plus largement, ces recherches s’inscrivent dans un travail de comparaison des politiques de sécurité frontalière : problématisation des mobilités, militarisme, rôle d’une expertise sécuritaire, rapports à l’Etat, oppositions économiques, environnementales et juridiques. Il a été chercheur invité au Centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ) et Visiting Fulbright Fellow à l’Arizona State University.

Les prochaines séances auront lieu le  04 mai (Murs, corps et Art) et le 01 juin 2017 ((Im)matérialité des murs)

crédits photo : (cc) Tom Giebel, creative commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *