Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions / 26 avril 2017

Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

 

« Chez Sami, avec l’anglais » Anne Gorouben, Dessiner Calais 2015-2016, Mine de plomb sur papier, 21/28

En partenariat avec le COMEDE, Comité pour la santé des exilé.e.s et le programme Migrobjets / Inalco

(coordination : Laure Wolmark, avec la participation d’Alexandra Galitzine-Loumpet)

26 avril 2017 – 14h-17h30, – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salons d’honneur. Entrée libre

Avec : Elodie BOUBLIL (philosophe), Evangéline MASSON-DIEZ (militante, chercheure), François LEMORE (Emmaüs, ancien directeur de Awel), et la participation d’Anne GOROUBEN (artiste).

Introduction : Laure WOLMARK (Psychologue, Comede)

Discutante : Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY (Anthropologue, Inalco)

présentation des intervenants : ci-dessous

Argumentaire

Soignants, chercheurs, accompagnants bénévoles, militants, journalistes, artistes, dans la diversité de leurs exercices et des conditions de leur rencontre avec des personnes exilées sont parfois, à leur corps défendant,  pris dans une passion de l’exil.

Cette passion, si elle est une forme d’amour, est à la fois source d’aveuglement et de lucidité épistémologique, puissant aiguillon pour agir, et risque d’immobilisation dans les illusions de la philanthropie/du caritatif.

L’objectif de cette demi-journée d’étude est de croiser les discours et les regards que nous portons sur notre relation avec celles et ceux qui viennent chercher un refuge en Europe.  Il s’agit d’opérer ensemble un retour sur soi,  de penser notre position – dans la diversité des engagements thérapeutiques, académiques, militants, humanitaires, associatifs, bénévoles ou salariés – et de pouvoir faire état de ce qui nous émeut et nous met en mouvement vers celles et ceux qui vivent l’exil. Ce travail sur celles et ceux qui s’engagent auprès des exilés devraient offrir l’opportunité de déconstruire les effets d’illusion, de projection, et de domination que ces rencontres sont susceptibles d’induire.

Présentation des intervenants : 

Elodie BOUBLIL est docteure en philosophie et diplômée de Sciences Po en relations internationales. Lauréate d’une bourse Marie Curie, elle achève actuellement un projet de recherche consacré aux théories phénoménologiques de l’empathie et à l’éthique de la vulnérabilité. Dans ce contexte, elle a réalisé en 2016 une enquête portant sur la perception de la vulnérabilité chez les soignants et les aidants qui travaillent auprès de demandeurs d’asile.Elle a publié sa thèse en 2014 (Individuation et vision du monde: enquête sur l’héritage ontologique de la phénoménologie, Zeta Books) et des articles consacrés aux auteurs de la tradition phénoménologique (Husserl, Merleau-Ponty, Henry, Ricoeur) et aux théories contemporaines du soin et de la subjectivité..

Anne GOROUBEN est peintre. Elle expose en France et à l’étranger et a publié deux livres dessinés. Son œuvre s’organise en cycles de travaux souvent liés à des résidences. Elle est partie à Calais avec L’Appel de Calais en décembre 2015, et y a fait 6 séjours d’une semaine sur une année, dessinant et rencontrant les réfugiés de la « Jungle ». Ses œuvres ont été exposés de nombreuses fois dans des expositions individuelles et collectives. Parmi ses publications : Le Poids des silences (Catalogue Berlin Dresde 1993), D’Odessa à Odessa (Catalogue, Centre d’Art Contemporain d’Istres 2000), 100 boulevard du Montparnasse ( Les Cahiers dessinés 2011), « mon kafka » (encre marine 2015)… Elle est aussi l’auteur d’un cycle sur le samu social de Paris et le foyer Emmaüs du centre psychiatrique Sainte-Anne (Faire Face et Ce corps difficile, 2000-2005) Site de l’artiste  

François LEMORE est éducateur spécialisé et thérapeute familial. Il a participé à la création de l’association Awel (Espace d’Ecoute de Soutien et d’Accompagnement des personnes exilées) en Charente Maritime, et a été directeur de cette association entre 2012 et 2014. Il est actuellement salarié d’Emmaüs France en tant responsable national de groupes communautaires.

Evangeline MASSON-DIEZ  (doctorante en sociologie, « Centre Constructions européennes, mobilités et frontières », Dynamiques Européennes. Université de Strasbourg), après avoir travaillé dix ans dans le milieu associatif, mène des recherches sur les dynamiques de soutien dans les bidonvilles et les campements et les pratiques associatives et citoyennes de prise en charge. Elle enquête actuellement sur les interactions entre les soutiens, les militants et les associatives traditionnelles d’accompagnement à Paris. Dans le cadre de sa collaboration avec l’association Trajectoires, elle est co-auteur de la recherche-action “Du bidonville à la ville : vers la “vie “normale”? Parcours d’insertion des personnes migrantes ayant vécu en bidonvilles en France” (nov 2015) et de l’enquête de l’UNICEF « Ni sains, ni saufs, une enquête sociologique sur les enfants non accompagnés sur le littoral du Nord et de la Manche » (2016). Elle est aussi auteur des ouvrages Les petits-enfants de Lénine (Editions Alta Plana, 2008), et de Micha, Elena et les autres. Vies et visages de Roms en France (Editions Lacurne, 2012).

Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY est Professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), chercheur au CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-Inalco), et psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 (Consultation de psycho traumatologie, hôpital Avicenne 93). Elle a coordonné le projet ANR SETUP sur l’exclusion sociale dans les mégapoles indiennes et brésiliennes-2007-2010) et le programme « Réfugiés, Villes, Santé Mentale » (CESSMA, U. Paris 13 (UTRPP), U. de Sao Paulo 2014-2015). Elle participe activement aux actions scientifiques autour des migrants : responsable du  groupe doctoral USPC dans le Calaisis (juin 2016 et juin 2017) et terrains d’enquête à Calais et Grande Synthe, co-fondatrice du programme Inalc’ER (formation aux étudiants réfugiés à l’INALCO ouvert en janvier 2017), coordinatrice du Cycle Migrations, etc.   Ses récents travaux portent sur les questions de la culture, du traumatisme et de situation des demandeurs d’asile. Parmi son importante bibliographie,  » Temps du trauma, terre de l’asile », in Migrations, réfugiés, exil, P. Boucheron (dir.), Odile Jacob, Coll. Colloque Collège de France, à paraître, 2017. Elle est membre du programme Non-lieux de l’exil.

Laure WOLMARK est psychologue clinicienne, psychothérapeute, et référente « santé mentale » au Comede (Comité pour la santé des exilés). Elle est membre du programme de recherche « Non-Lieux de l’Exil ». Elle a travaillé pour Médecins sans frontières comme coordinatrice de projet « violences sexuelles et conflits armés ». Elle a conduit la recherche «Le malade étranger dans la relation de soin » en partenariat avec le Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et société (CRPMS) de l’Université Paris 7 Denis Diderot. Parmi ses dernières publications : « Ségrégations à l’hôpital. Le malade étranger dans la relation de soin » avec Elise Pestre et Pascale Baligand (Cliniques méditerranéennes, 2016), et « Dépossessions, actes et parole dans la clinique de l’exil » (Cahiers de Rhizome, 2017, à paraître).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *