APRES LES CAMPS : EXIL & MEMOIRES DES CAMPS DE REFUGIES / 05 MARS 2018 – BPI

La 6 ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu, exceptionnellement, le lundi 05 mars 2018 de 19 à 21h  dans le cadre du cycle : Lire le monde  de la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Georges Pompidou, Petite Salle, Niveau -1, Entrée principale, rue Saint-Martin (Piazza) 75004 Paris. Entrée libre

Après les camps… Exil et mémoires des camps de réfugiés

Les camps de réfugiés sont depuis plusieurs années aux portes de nos villes et même parfois, pour certains campements, sous nos yeux.  Ils viennent s’inscrire dans une longue histoire nationale de camps, qui ont laissé des traces souvent fortes.

Cette table ronde est organisée à l’occasion de la sortie de l’ouvrage collectif « Après les camps. Traces, mémoires et mutations des camps de réfugiés, » Collection Investigation en Anthropologie Prospective, Université Catholique de Louvain, Belgique, dirigé par Clara Lecadet & Jean-Fréderic de Hasque.

Présentation des intervenantes :  

Glenda Santana de Andrade est doctorante en sociologie, rattachée au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Paris 8), elle poursuit des recherches sur les réfugiés, les migrations, la citoyenneté et les mobilisations collectives. En outre, elle possède un master en science politique de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) et un master en politique internationale de l’Université de Manchester. Elle a publié Quelle citoyenneté dans les camps de Réfugiés ? Les Palestiniens au Liban (L’Harmattan).

Clara Lecadet est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (CNRS-EHESS) à Paris. Ses recherches portent sur les politiques d’expulsion des étrangers en situation irrégulière envisagées à partir des mouvements associatifs initiés par d’anciens expulsés en Afrique. L’intérêt pour les capacités d’auto-organisation et de protestation de sujets relégués politiquement s’étend également à la micro-politique des réfugiés à l’intérieur des camps. Elle est membre de l’équipe du programme canadien « The Air Deportation » (2017-2022), dirigé par William Walters (Université Carleton). Elle a codirigé avec Michel Agier Un monde de camps (La Découverte, 2014) et a publié Le manifeste des expulsés. Errance, survie et politique au Mali (PUFR, 2016).

Julia Maspero prépare une thèse de doctorat en histoire à l’EHESS, sous la direction de Catherine Gousseff. Sa thèse porte sur la gestion des personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) par les autorités françaises dans leurs zones d’occupation en Allemagne et en Autriche entre 1945 et 1951. L’exterritorialité des zones permet de questionner les pratiques françaises dans le domaine de définition du statut de réfugié et d’assignation d’une nationalité, et ce dans un contexte de sortie de guerre et de début de guerre froide. Julia Maspero est l’auteur d’articles sur ces thèmes et a participé à plusieurs projets collectifs consacrés à l’immédiat après Deuxième Guerre mondiale, dont l’ouvrage « Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée » (Peter Lang, 2015) ou l’exposition « Après la Shoah. Rescapés, réfugiés, survivants (1944-1947) » (Mémorial de la Shoah, Paris, 2015-2016).

Véronique Moulinié est ethnologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture-Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, CNRS-EHESS. Ses recherches portent sur la Retirada espagnole et sur le rôle des associations des descendants de réfugiés espagnols dans la construction de cette mémoire. Elle a notamment publié La Retirada : mots et images d’un exode (GARAE/Hésiode éditeur, 2009) et « L’internement des républicains espagnols dans les camps français : l’ethnologue pris dans les filets de la mémoire », dans La captivité de guerre au XXe siècle. Des archives, des histoires, des mémoires, dirigé par Anne-Marie Pathé et Fabien Théofilakis (Colin, 2012).

Image du bandeau : Camp d’internement de Rivesaltes, Occitanie, France ©Krishna Naudin 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.