« La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky est professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’ INALCO, chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques* ET psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 à l’hôpital Avicenne. Si cette dernière part de ses compétences est celle qui apparaît le plus directement dans l’ouvrage qu’elle vient de faire paraître La voix de ceux qui crient, rencontre avec les demandeurs d’asile (Albin Michel mars 2018) il me semble que la restitution et l’interprétation des voix exilées en consultation de psycho-trauma procède de l’un et l’autre,  précieux lien qui entend doublement – sans culturaliser ni essentialiser, mais sans déculturaliser ni décontextualiser non plus.

Car la confrontation au mal,  à la cruauté et à la mort a un effet immédiat, celui de « mettre le champ culturel en ruine », détruisant directement les fondements du lien social et de la possibilité de sens: « Lorsque le demandeur d’asile est envahi par la violence traumatique, » poursuit Marie-Caroline  Saglio Yatzimirsky  « c’est l’expérience du mal souffert qui revient, ce qu’il a subi, sa passivation. Il a également expérimenté comme témoin et comme victime, le mal commis par celui qui a tué. Il a éprouvé la double face du mal, à la fois en autrui et potentiellement en lui » (pp..50-51).

Et voici entendue et restituée la voix de Raj, tamoul de Sri Lanka, exposé à la guerre par le fait même d’être tamoul, incapable de manger du riz, base de son régime alimentaire et donc de la socialisation par le partage de la nourriture, parce que le plat de riz est associé à cette bombe qui fait exploser des enfants et disperse leurs corps dans la marmite. « Quant les autres enfants sont revenus » arrive à raconter Raj « ils ont enlevé les bouts dans le bouillon et se sont servis. Ils crevaient de faim… » (p.46)

Ces voix que l’on n’entend pas, ces voix mutiques ou qui ont tant de peine à se dire et à s’entendre, ont des noms : Raj, Shabanah, Landry, Ibra, Assante,  Safia,  Karan… tous prénoms (modifiés) de celles et ceux qui ont réussi à pousser la porte de l’hôpital, la plupart arrivant après de longs trajets à pied pour déjouer les contrôles policiers (ne descendant pas à l’arrêt de tram « Drancy Avenir »- voir épilogue), l’insécurité se superposant à l’angoisse du trauma.

Le parcours de Raj est, à ce titre, exemplaire de ce qui n’a pas été entendu dans le cadre des politiques d’asile et de protection des réfugiés :  torturé, son père assassiné, Raj est parvenu à fuir en Suède, d’où il est renvoyé au Sri Lanka après 3 ans de séjour sans prise en charge aucune, emprisonné et cruellement torturé de nouveau avant de réussir à gagner une France qui, depuis la fin « officielle » du conflit Tamoul, considère le pays comme sûr, alors même que ceux qui l’ont fuit ont encore peur d’exactions dans les pays de refuge. Lorsqu’il arrive en consultation, Raj dort dehors (de fait, n’arrive pas à dormir) sur un banc, est parfois hébergé par des compatriotes à qui il fait peur, se mutile. Il finira par obtenir ses papiers, après plusieurs années de vaines procédures, et à se sentir suffisamment « vivant » écrit Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky  pour  commencer à « déminer la possibilité de jouissance du trauma » (p. 259)**. Je me risque à l’écrire autrement : pour que le trauma ne soit plus, enfin, l’unique  non-lieu d’accueil.

Ces quelques lignes ne constituent pas une recension d’un ouvrage indispensable à lire – une première présentation plutôt. Mais en ces jours étranges où des projets de loi auront, s’ils sont adoptés, l’effet immédiat d’aggraver les souffrances ; de cumuler rejets aux traumas; de terrifier davantage des êtres déjà « terrifiés de se sentir eux-mêmes effrayants”;  de créer un peuple d’exilés durables c’est à dire de reprouvés et de parias (par un retour au sens premier du terme exilé), dublinés mis au ban et en errance continue, exposés à toutes formes de morts sociales et psychiques – sinon physiques -,  c’est à dire au bout du compte rendus conformes à l’imaginaire médiatique et politique qui les présente comme indésirables et potentiellement dangereux : restituer l’écho de ces voix qui crient dans le désert de nos villes et de nos mondes, leur donner sens et place devient proprement un acte politique.

A.G.L.

La voix de ceux qui crient, rencontre avec des demandeurs d’asile, par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, éd Albin Michel, 317 pages

Extrait du prologue ici

 

*Elle est également membre des Non-lieux de l’exil.

*

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.