Rencontre du 21 novembre 2012. Langages de l’exil III « Les paradigmes du déplacement »

Thierry Vernet, encre de chine, dessin réalisé pour « L’usage du monde » (N.Bouvier/Th.Vernet, 1963) non publié. Tous droits réservés Héritiers de Th. Vernet, avec leur aimable autorisation. (http://www.thierry-vernet.org/)

 

« Les paradigmes du déplacement » 

(14h-18h30, salles 640-641, noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris, M°Quai de la Gare, bus 89)

Le 21 novembre prochain, la rencontre des Non-lieux de l’exil s’associe avec  le séminaire “Décolonisation et géopolitique de la connaissance” (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) pour une longue rencontre (14h-18h30)  spécifiquement dévolue à l’analyse critique des paradigmes du déplacement.

A partir de quels lieux – géographiques, disciplinaires, épistémologiques – penser aujourd’hui les paradigmes du déplacement territorial et conceptuel, apparemment caractéristiques de la post-modernité ? Jamais les notions de déplacement, de circulation, de diaspora, d’exil, d’espace, de traduction, d’hybridité ou de métissage, mais aussi d’universalisme ou de race, n’ont parues si prégnantes, au point de se diluer parfois en lieux communs. Leur historicité même reste au cœur des débats et participe étroitement à leur (ré)élaboration. Elle est également devenue inséparable d’une géographie conceptuelle soulevant la question des lieux – sinon des non-lieux -, des ancrages et des nouvelles limites/frontières de la connaissance et partant, de ses transformations.
Ce séminaire conjoint se propose donc de retracer l' »histoire immédiate » de concepts dont l’émergence ou la redéfinition ont constitué, ces dernières années, un enjeu crucial pour la recherche en sciences humaines. Un concept sera soumis à l’analyse d’un chercheur, puis mis en débat, afin d’interroger autant ce qu’il saisit que ce qu’il laisse échapper et de proposer, au-delà de toute profusion de références et pensées tutélaires, les éléments de son possible renouvellement.

Avec   Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Rada Ivekovic « Traduction » (GTM, CNRS, Paris 8), Claire Hancock “Terrains” (Université de Créteil), Alexis Nuselovici (Nouss) « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland « Métissage »(Inalco)

Eléments bio-bibliographiques

DUFOIX Stéphane est maître de conférences HDR en sociologie à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense (laboratoire Sophiapol). Ancien membre de l’Institut universitaire de France (2007-2012), il enseigne la sociologie politique, la sociologie historique et l’épistémologie de la globalisation. Ses thèmes de recherches incluent l’exil, l’immigration, les discours sur l’identité française, la généalogie des concepts et le transnationalisme. Parmi ses publications : Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France depuis 1945, Paris, PUF, 2002 ; Les diasporas, Paris, PUF, coll. Que sais-je, 2003 ; Les mots de l’immigration (avec Sylvie Aprile), Paris, Belin, 2009, et La Dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, Editions Amsterdam, 2012. Il a co-dirigé avec Patrick Weil, L’esclavage, la colonisation, et après..., Paris, PUF, 2005 ; et, avec Anne de Tinguy et Carine Guerassimoff, Loin des yeux près du cœur. Les Etats et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences-Po, 2010. En 2013, il va faire paraître, en co-direction avec Alain Caillé, Le tournant global. Les sciences humaines et sociales face à la globalisation, Paris, La Découverte.

HANCOCK Claire est maîtresse de conférences en géographie à l’UPEC (université Paris-Est à Créteil), membre du Lab’Urba et en délégation à l’IUF. Elle a fait partie des premiers géographes français à s’intéresser au courant postcolonial, dont elle a rendu compte en 2001 (« ‘L’Empire contre-attaque’ : la géographie postcoloniale des pays anglophones », in J.-F. Staszak (dir.), Géographies anglo-saxonnes : tendances contemporaines, Belin). Elle a depuis publié plusieurs articles interrogeant les implications de ce courant pour la pratique de la recherche en géographie (« Décoloniser les représentations : esquisse d’une géographie culturelle de nos Autres », in Annales de Géographie n°660-661, 2008, « « Délivrez-nous de l’exotisme » : quelques réflexions sur des impensés de la recherche géographique sur les Suds (et les Nords) », in Autrepart, n°41, 2007).

IVEKOVIC Rada, philosophe et indianiste à la forte formation linguistique, a fait des études à l’université de Zagreb et à l’université de Belgrade et, de 1970 à 1973, a continué ses études de la philosophie bouddhiste à l’université de Delhi (doctorat 1972). Elle a enseigné la philosophie au Département de philosophie de l’Université de Zagreb de 1975 jusqu’en 1991. Après un bref détour par l’Université de Paris-7, elle a enseigné au Département de philosophie de l’Université de Saint-Denis (Paris-8) de 1992-2003 puis à l’Université de Saint-Étienne, a été directrice de programme au Collège international de philosophie, Paris (2004-2010). Elle est membre de l’équipe éditoriale du réseau scientifique TERRA et de Transeuropéennes. Parmi ses publications en français :  « Orients : critique de la raison postmoderne », Paris, Noël Blandin, 1992, « La Croatie depuis l’effrondrement de la Yugoslavie », Paris: L’Harmattan, 1994, « Le Sexe de la philosophie ».Jean-François Lyotard et le féminin, Paris, L’Harmattan, 1997, « Bénarès. Essai d’Inde », Paris, L’Harmattan, 2001, « Dame nation. Nation et différences des sexes », Ravenne, Longo Editore, 2003, « Le Sexe de la nation », Paris, Léo Scheer, 2003. A paraitre : « Uses and Misuses of Reason, Zubaan – Kali for Women », New Delhi  et « Paradoxes de la souveraineté. Le charme discret des bouddhismes », Klincksieck, Paris .

NUSELOVICI (NOUSS) Alexis est professeur à la School of European languages, Translation and Politics de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), où il occupe le poste de Chair of Modern Cultural Studies. Il est aussi professeur associé au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal, où il a enseigné pendant une quinzaine d’années. Il a également été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il a en outre créé et dirige le groupe de recherche montréalais « POexil » (http://www.poexil.umontreal.ca) ainsi que le « Cardiff Research Group on Politics of Translating » qui étudie l’acte traductif sous ses aspects éthiques et politiques. Il a publié une dizaine de livres dont La modernité (Paris, PUF, collection « Que sais-je? », 1995), Dire l’événement, est-ce possible? (avec Jacques Derrida et Gad Soussana, Paris, L’Harmattan, 1997), Métissages. De Arcimboldo à Zombi (avec François Laplantine, Paris, Pauvert, 2001), Plaidoyer pour un monde métis (Paris, Editions Textuel, 2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, 2010). Il est également traducteur et a écrit les livrets de plusieurs opéras. Il est par ailleurs directeur du programme « Non-lieux de l’exil ».

ROLLAND Dominiquest ethnologue et maître de conférences à l’INALCO. Ses thématiques de recherche portent sur les questions de métissage et d’identités plurielles constituées à partir de situations coloniales et prolongées dans le contexte métropolitain de l’immigration, au travers de terrains dans le sud est de Madagascar, (fin des années 70) , une expérience de recherche appliquée à l’éducation au Zaïre (actuellement République démocratique du Congo) , et depuis la fin des années 90, un retour réflexif sur des origines familiales eurasiennes. Ces trois étapes sont jalonnées de publications à la fois scientifiques et littéraires, un travail d’écriture assurant la transition entre les différentes publications. Parmi celles-ci : Glissements de terrain (édition Elytis, 2010), De sang mêlé, chroniques du métissage en Indochine (Elytis, 2006), « Métis d’Indochine, l’inconfort d’un entre-deux » L’Autre– cliniques, cultures et sociétés, septembre 2007, Petits Vietnams, histoire des camps de rapatriés d’Indochine (Elytis, 2010), « De Saigon à Sainte Livrade sur lot, l’épopée des rapatriés d’Indochine (1956-2009) » l’Autre, cliniques cultures et sociétés, juin 2010,vol 11, n°1, Cliniques d’Asie

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

Inscription conseillée : marine.sam@asie-pacifique.cnrs.fr

 


2 réflexions sur « Rencontre du 21 novembre 2012. Langages de l’exil III « Les paradigmes du déplacement » »

  1. Bonjour
    une retranscription de cette journée existe-t-elle? Si oui, pourrais-je la recevoir?
    Merci
    leon nguyen

    1. Cher Monsieur et collègue,
      Nous sommes en train de travailler sur les différents enregistrements (audio et vidéo). Ils seront probablement mis en ligne sur le carnet dans les prochaines semaines.
      En vous remerciant de votre intérêt, et bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *