Exil : l’agir-ensemble. Hommage à Etienne Tassin / Séminaire EHESS IIAC/NLE (8) 14 mai 2018

La 8ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu le lundi 14 mai 2018 de 16h30 à 19h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 13. Séance exceptionnelle, puisqu’il s’agit d’un hommage à Etienne Tassin.   Entrée libre

Exil : l’agir-ensemble. Hommage à Etienne Tassin 

 

avec Michel Agier, Catherine Coquio et Camille Louis.

Séance organisée par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky 

Le programme Non-Lieux de l’exil rend hommage à Etienne Tassin, professeur de philosophie politique, disparu subitement le 6 janvier 2018. Spécialiste d’Hannah Arendt (Le trésor perdu : Hannah Arendt : l’intelligence de l’action politique, Payot, Paris, 1999), il a aussi développé une pensée essentielle et marquante sur les exilés. Sur la scène de l’exil, s’érige une autre édification du « monde commun » présente à travers ses écrits (Un monde commun : pour une cosmo-politique des conflits, Seuil, 2003 ; Le maléfice de la vie à plusieurs : la politique est-elle vouée à l’échec ? Bayard, 2012), un dialogue ouvert (blog Médiapart ‘La jungle et la Ville’ avec Camille Louis) et des performances (festival TAMA avec l’Archipel des devenirs,  la fabrique du commun avec le collectif kom.post ,etc.).

Cette séance entend revenir sur l’engagement d’Etienne Tassin et la pensée de cet engagement. A propos des exilés, il écrit: « Va-t-on (enfin) témoigner de leur extraordinaire capacité à agir collectivement, à se conduire politiquement (c’est-à-dire à ne pas céder à la violence en retour de celle subie quotidiennement), à faire preuve de civisme et d’esprit public, à penser et à agir en vue du monde à venir et non en souvenir des mondes abimés et perdus ? » (Journal des Anthropologues, ‘Subjectivités de l’exil’, à paraître 2018*). Sa proposition ouvre une nouvelle dimension pour penser l’exil qui souligne l’agir-ensemble des exilés, leur puissance d’agir et leur expérience de la liberté.  Et Etienne Tassin d’ajouter  : « il appartient alors au philosophe de prendre modestement sa place dans ce cirque des places et d’y faire entendre une voix autre, non qu’il s’autorise à parler en lieu et place des exilés mutiques ou bâillonnés, mais parce qu’il essaye, avec d’autres, des artistes et des associatifs, de donner à voir ce qu’on ne veut pas voir et qui est pourtant si manifeste ».

Cette séance répond à son invitation toujours renouvelée de penser et dialoguer ensemble sur l’exil, à travers plusieurs voix et plusieurs disciplines.

Présentation des intervenants 

Michel AGIER est anthropologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Il étudie les relations entre la mondialisation, les migrations et la formation des villes. Il mène et coordonne, depuis 2000, des recherches de terrain en Afrique, au Proche-Orient et en Europe sur les réfugiés et migrants. Il dirige actuellement le programme Babels – La ville comme frontière (ANR 2016-2019). Dans ce cadre, il dirige avec Stefan Le Courant la collection « Bibliothèque des frontières » aux éditions du passager clandestin (dernier ouvrage paru : Babels, Entre accueil et rejet. Ce que les villes font aux migrants, janvier 2018). Par ailleurs, il a coordonné la publication collective La Jungle de Calais. Les migrants, la frontière et le camp, PUF, 2018.

Catherine COQUIO, Professeur de Littérature comparée à Paris Diderot, est co-responsable avec J.D. Ebguy de l’axe « Ecrire et penser avec l’histoire » du CERILAC, elle y anime avec I. Cazalas le séminaire « Ecrire et penser avec l’histoire à l’échelle du ‘monde’ ? ». Elle est membre du comité de pilotage de l’Action structurante de Paris-Diderot «  Fabriques du politique » (dir. Etienne Tassin). Elle travaille entre littérature, historiographie et philosophie sur les écritures de l’histoire et l’imagination du temps, la violence politique, les régimes de croyance, les mutations du nihilisme et de l’utopie, la notion de monde(s). Auteure de : Rwanda. Le réel et les récits (Belin, 2004) ; L’art contre l’art. Baudelaire, le joujou moderne et la décadence (Méthode, 2006) ; L’Enfant et le génocide (Bouquins-Laffont, 2007, avec A. Kalisky) ; Le Leurre et l’espoir (L’Arachnéen, 2013), La littérature en suspens. Ecritures de la Shoah. (id, 2015) ; Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire (Colin, 2015). A (co)dirigé de nombreux ouvrages collectifs, colloques, journées d’études et cycles, dont certains sur les migrants et la Syrie auxquels a participé E. Tassin.

Camille LOUIS est artiste dramaturge, co-initiatrice du collectif international kom.post (composé de chercheurs, artistes et activistes) et docteure en philosophie. Elle a soutenu en 2016 sa thèse à l’Université Paris 8 sur La recomposition de la politique dans les décompositions des politiques. Conflictualité des dramaturgies politiques. Elle enseigne dans les Universités de Paris 7 et Paris 8 ainsi que, pour l’année 2017, dans l’université du Rosario à Bogota où elle a effectué un séjour post-doctoral, en parallèle de la réalisation d’un de ses projets artistiques: la fabrique du commun sur le thème de « mémoires conflictuelles et territoires », dont le dernier rendez vous fut pensé en collaboration avec Etienne Tassin. Elle est aujourd’hui dramaturge associée à La Bellone (Bruxelles) et dramaturge pour différents festivals (« Hors Pistes » au Centre Pompidou, « Mondes Possibles » au théâtre Nanterre-Amandiers…). Ses recherches en philosophie se déplacent régulièrement de la rédaction d’essais à des terrains d’action concrets, en particulier, depuis quelques années, celui lié aux situations d’exil et d’hospitalité. Avec Etienne Tassin elle animait l’édition en ligne « La jungle et la ville » sur Mediapart et préparait une série de « fabriques du commun » à Calais ainsi qu’un ouvrage sur la « condition migrante »

* « Subjectivités de l’exil », hors-série Journal des Anthropologues, sous la direction d’A. Galitzine-Loumpet & M.C. Saglio-Yatzimirsky, parution prévue automne-hiver 2018

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.