Exil: interpréter, interagir. séance introductive / séminaire EHESS IRIS-NLE, 12 décembre 2018

Pour sa huitième année consécutive, dans le cadre d’un séminaire conjoint avec avec l’Institut  interdisciplinaire de recherche sur les enjeux sociaux (IRIS CNRS-EHESS) et avec différents partenaires renouvelés, le programme Non-lieux de l’exil explorera la thématique Exil : interpréter, interagir sous ses différents aspects et dans une perspective critique : interpréter, comment, avec quelles références, de quelle position ? interagir, sous quelles formes et à travers quels registres  d’actions ? Comment penser la co-action ou “l’agir-ensemble” proposé par Etienne Tassin, et partant, la place de l’engagement et des subjectivités, les façons de faire face à l’exil ?

Le programme général est en cours de finalisation.

La première séance “Interagir autour de l’exil” aura lieu le mercredi 12 décembre 2018, de 17 à 20h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris. Elle évoquera, à partir d’exemples de projets et de réalisations, les thèmes suivants :  

  • Saskia Cousin – médiation : à propos du programme Migrantour
  • Emilie Da Lage –  genre
  • Christiane Vollaire – représentation

Discutante : Elise Billiard-Pisani (RIMA Project, Université de Malte) ; Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet

Bandeau : Image de l’installation “Les morts ne sont pas morts” (2012-2014) de Malik Nejmi dans l’exposition To be [defined], oct. 2018, Spazju Kreattiv, Valetta, Malta (cl. AGL, oct. 2018)

Présentation des intervenantes : 

COUSIN Saskia est anthropologue HDR, maitresse de conférence à l’Université Paris Descartes, membre de l’Institut Universitaire de France et du Canthel. Ses travaux portent sur les économies de l’altérité, soit la manière dont les altérités imaginées se constituent et qualifient les agents (humains ou non humains), les relations sociales, les échanges, la circulation de personnes, de biens et de prestations. Au Bénin, en France, et au Sénégal, elle observe plus particulièrement la production, la circulation et la consommation des images et des savoirs sur l’altérité dans différents contextes vécus comme des « contact zones » : tourisme, coopération internationale, bidonvilles, plateformes d’hospitalité et réseaux de solidarité…. S’appuyant sur des observations participantes au sein des réseaux de solidarité de la Seine-Saint-Denis, elle interroge ainsi les imaginaires ambivalents associés à la question des marges, du recyclage, de l’hospitalité, de l’habiter et de l’habitat temporaire. Dans le cadre de son enseignement dans le master ethnologie de Paris Descartes, Saskia Cousin coordonne également la partie pédagogique du programme européen Migrantour, dédié à la création de circuits de découverte des patrimoines vivants des migrations, animés par les premiers  concernés : immigrés, migrants, réfugiés ou exilés.

BILLIARD-PISANI  Elise est anthropologue,  docteure de l’université de Provence. Elle enseigne depuis plusieurs années l’anthropologie dans divers départements de l’université de Malte. Ses recherches sont orientées vers la culture matérielle qu’elle enseigne depuis 2009, le nationalisme maltais et depuis 2015 sur la condition de l’exilé dans le cadre du projet RIMA.  Depuis 2016, elle est coordinatrice pour la Fondation Valletta 2018 (Ecoc) d’un programme d’événements culturels autour du thème de l’exil et du conflit. Elle a publié plusieurs livres et articles parmi lesquels: “Tkecnir” en 2011, avec Glen Calleja ; “Transit” en 2012, avec David Pisani ; et l’année dernière: “Undertow, Poetics of Displacement” avec Virginia Monteforte.

DA LAGE Emilie est chercheuse en sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille-SHS, membre du laboratoire GERIICO. Ses travaux portent sur la dimension culturelle et sociale des circulations mondialisées des productions culturelles et médiatiques. Après une thèse consacrée à la production de authenticité dans le monde des musiques du monde en Europe, elle a travaillé sur les pratiques patrimoniales transnationales, les nouvelles formes d’écoute en ville. Ses travaux portent aujourd’hui sur les pratiques musicales en situation d’exil et de migrations. Elle s’intéresse à la manière dont les exilé.e.s parviennent à créer des formes « d’asile culturel » fragiles à travers leurs pratiques musicales – y compris l’écoute de musiques enregistrées depuis différents médias -, ainsi qu’aux récits et aux imaginaires de l’exil que les exile.e.s déploient dans leurs usages des réseaux sociaux. Ces récits diffèrent des récits hégémoniques de l’exil contemporain et permettent aux exilés de fédérer des publics de leurs épreuves.  Elle a participé au collectif Décamper ! et coordonné en 2016-2017 un programme de recherche-action et de séminaires financé par la MESHS-Lille “Créativité et migration en situation d’encampement”. Elle a notamment publié “Les refrains de la mondialisation”, avec François Debruyne, dans la revue Réseaux, (Réseaux N°192 La découverte, 115-142, 2015.), “La musique le temps le camp” (in Décamper! La Découverte, 2016), elle a également produit un dispositif de valorisation de la recherche de terrain à Grande Synthe sous la forme d’une installation sonore exposée régulièrement dans différents lieux culturels. https://soundcloud.com/emilie-da-lage/mood-of-the-women-center

VOLLAIRE Christiane est philosophe. Elle mène ses recherches sur les liens entre politique, esthétique et médecine,  est membre du Comité de rédaction des revues Pratiques Chimères et Outis, et collabore régulièrement aux revues Lignes, Cahiers de philosophie, Transeuropéennes, Medium, Revue d’ethnologie, Symposium, Ah ! et Empan. Elle a présenté pendant six ans une série d’interventions au Collège International de philosophie sur Les Processus de désesthétisation en médecine. Et intervient également à Paris 7, à Paris 8 et à l’IRI (Centre Georges Pompidou).  Elle a publié de nombreux articles sur la philosophie esthétique (photographie, chorégraphie, architecture, espace) et notamment plusieurs essais sur des artistes contemporains, la philosophie politique (migrations, politiques sécuritaires, biopolitiques) et la philosophie de la médecine (politiques de santé, travail du soin…). Parmi ses derniers ouvrages parus :  Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin),ed. Créaphis, Paris, octobre 2012.; Pour une Philosophie de terrain, Créaphis 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.