Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

Seconde séance de janvier 2019:

Exil :  interpréter, interargir / dispositifs d’artistes

( attention 17-20h, salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris, entrée libre)

avec Emmanuel GUILLAUD, Malik NEJMI, Guy  WOUETE, artistes.

Discutante : Dominique Malaquais (historienne de l’art et critique). Coordination : Alexandra Galitzine Loumpet

F​aire face à l’exil engage les positions des artistes, une réflexion sur leurs pratiques​. Eviter l’obscène de l’esthétisation du politique, co-agir et co-signer avec des exilés, montrer ou non les visages, ouvrir un espace politique, trouver place dans les espaces de monstration postcoloniaux, questionner les assignations des exilé.e.es à partir de celles faites aux artistes ou aux identités minorisées, seront discutés pendant cette séance.  Récemment Guy Wouété posait la question suivante, à propos de ses créations dans les camps et campements à Malte ou Calais, centrale dans ce propos : comment fait-on pour être noir sans être assigné migrant aujourd’hui ?  ​Plus largement, comment interroger les dispositifs d’artistes face à l’exil, en relation avec ceux de la recherche ?

Bandeau : Emmanuel Guillaud, installation « Brûler les abîmes ».  Photo Christelle Maly 2017 December 01_09424 (courtoisie)

Présentation des intervenants :

Emmanuel GUILLAUD. Longtemps, Emmanuel Guillaud s’est cru photographe. Mais ce qu’il capture n’est pour lui que la matière première d’installations sombres et labyrinthiques, faites de multiples projections synchronisées.  Au cours de sept années passées à Tokyo, il a développé une pratique faite de théâtres d’ombres. Il créé des espaces qui évoquent les fantasmagories, qui questionnent la liberté et les chaînes invisibles qui la restreignent. Projet au long cours, la série d’installations Until the sun rises, est née de dérives dans des lieux de dragues homosexuels. Elle s’est déployée dans différentes versions toujours pensées in-situ au Museum of contemporary Art, Tokyo (2010), Singapore Art Museum (2011), Pavillon Vendome, Clichy (2015), etc. Dans Brûler les abîmes, installation faite de films sans images (La Plateforme, laboratoire d’art contemporain de Dunkerque, 2017, StJames Cavalier, Malte, 2018), il cherche à questionner et déconstruire les identités assignées aux exilés. Premier occidental lauréat du Prix Tokyo Wonderwall, diplômé de l’École Nationale Supérieure d’ Arts de Paris Cergy (DNSEP) et de l’Université de Paris I La Sorbonne (Maitrise d’ Arts Plastiques), il expose au Point Éphémère (2015), au ONE National Archives, USC, Los Angeles (2015), à l’Institut français, Tokyo (solo show, 2017); Tokyo WonderSite (2017). En 2018, il est resident à la Villa Kujoyama en duo avec le danseur Takao Kawaguchi, membre de Dumb Type. Ensemble ils réactivent, au sein de performances de corps et de projections,  des fantômes oubliés par l’histoire: des Dieux, samouraïs et acteurs qui connurent des amours entre hommes. www.emmanuelguillaud.info

Dominique MALAQUAIS.  Historienne d’art et politiste, Dominique Malaquais interroge les intersections entre violences politiques, inégalités économiques et élaborations de cultures urbaines à l’ère du capitalocène. D’abord enseignante aux Etats-Unis (Columbia, Princeton, Sarah Lawrence), aujourd’hui chercheuse au CNRS (Institut des mondes africains), elle co-dirige avec Kadiatou Diallo la plateforme curatoriale expérimentale SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation and Knowledge). Parmi ses projets récents et en cours : réflexions sur les échanges entre Afrique et Asie à travers les arts visuels, la littérature, l’urbanisme et la spiritualité (Afrique Asie : arts, espaces, pratiques, co-dirigé avec Nicole Khouri et publié en 2016) ; Archive (re)mix : vues d’Afrique (2015), recueil d’essais explorant les trajectoires de plasticiens, d’écrivains, de musiciens qui, à travers leur travail, explorent les multiples facettes de la rencontre entre art(s) et archive(s) ; expositions (Dakar 66, Musée du quai Branly, 2016 et Kinshasa : chroniques urbaines, MIAM, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2018-2020) ; Yif menga, projet de recherche collectif sur la performance comme proposition politique (2018-2020).

Malik NEJMI d’origine franco-­­marocaine, scrute l’histoire familiale sur fond d’histoire collective au sein d’une extrême variété de formes et de techniques. L’ensemble de son œuvre se compose de deux parties: l’une engagée, prend souvent la forme de documentaires.  L’autre, omniprésente, s’attache à renouer avec le Maroc, pays que son père à quitté pour rejoindre la France.  De son travail surgit alors un entre-­­deux territoires, fantomatique, en suspens, où il est question d’interroger  la négociation, privée, intime  et complexe entre la famille et les mémoires culturelles sur plusieurs générations, les imaginaires sociaux et les réalités postcoloniales, la position de l’artiste.  Son film «4160» – d’après le numéro de la tombe de la grand-mère dans un cimetière public – est le fruit de sa résidence à la Villa Médicis, à Rome (2013-2014), de même que l’installation «  »Les morts ne sont pas morts » qui suit le destin de vendeurs clandestins en Italie, les exactions dont ils sont les victimes et leur mobilisation politique. En 2015, à l’IMéRA, Malik Nejmi décide de positionner l’artiste comme producteur d’un cinéma clandestin aux frontières. Après sa rencontre avec Omar – jeune sénégalais en transit au Maroc et vivant a Tanger – celui- ci lui raconte la façon dont ces clandestins subsahariens organisent leurs « traversées autogérées » du Détroit de Gibraltar.  D’autres créations ont poursuivi cette exploration :  Corpus Monumenta (2015-2016, Camargo Foundation), Hafa (The Edge) 2017. Malik NEJMI a reçu de nombreux prix et exposé en de nombreux lieux (Rencontres internationales de la photographie d’Arles, Musée national de l’Histoire de l’Immigration,  Musée des Beaux-­­Arts d’Orléans, Musée de Marrakech, Institut du Monde Arabe, Centro de la Imagen de Mexico, Rencontres Africaines de la photographie de Bamako, Macval,  …). Ses oeuvres récentes se trouvent dans différents musées. https://www.maliknejmi.com

Guy WOUETE, partage son temps entre Antwerp et Douala. Né à Douala, il est titulaire d’un  Master of Fine Arts and Bachelor of Fine Arts  d’ERG  (École Supérieure des Arts) de Bruxelles et de l’Université de Paris 8. ll a effectué deux années de recherche post-universitaire à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten à Amsterdam.. Évoquant l’axe Nord-Sud du monde, en différents lieux (Malte, Calais, Douala…) ses  œuvres ouvrent un récit sur le fini et l’infini,  les enjeux sociaux et esthétiques et interrogent les questions de la migration et les symboles de la domination à l’ère de la mondialisation. À travers les diverses réalités auxquelles il est confronté, Guy il brise ainsi frontières en établissant un pont entre les espaces, le temps, les histoires et les identités. Il collectionne des moments et des choses de l’expérience humaine mêlant installations, vidéos, sculptures, photos, collages et œuvres d’artistes. Il a pris part à de nombreuses expositions personnelles et collectives, parmi lesquelles :   Taming Anonymity, ERforS HQ, Drogenbos, BE /2018, Dak’art Biennale “Une Nouvelle Humanité” (commissaire Simon Njami,) Dakar, SE / 2018, « To Be Defined »,( commissaire Virginia Monteforte), Spazzju Kreattiv, Valletta, MT / 2018, » Dominer l’Anonymat–Taming Anonymity »,  Center of Unfinished Business (commissaires Julia Grosse & Yvette Mutumba Atifa) ; ACUD MACHT NEU, Berlin / 2017,
Transition, Mario Mauroner Contemporary Art Salzburg, AT
/ 2017, Africa; Le grand Festin, MAM Mario Mauroner Contemporary Art Vienna, AT / 2017, EUtopia | 28. Museumcultuur Strombeek/Gent, Bruxelles, Be / 2017, Guy Woueté (Being Awake), Spelleberg Projects, Lockhart (TX) USA
/ 2017, Guy Woueté, —Cours, cours, camarade, le vieux monde est derrière toi—The Cinema of Med Hondo, SAVVY Contemporary, Berlin; Menu, Maison Culturelle ;Ath – Le Palace, Anthwerp/ 2016, Guy Woueté (Being Awake), (commissaire Pierre Beaudoin)   Vtape en  collaboration avec 29 Images Festival, Toronto CA; HORS PISTES (Centre Pompidou) édition Bruxelloise … et récemment une exposition de photographies à Addis Abeba.


Une réflexion sur « Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.