Subjectivités face à l’exil / Séminaire NLE-IRIS/ EHESS, 13 février 2019

Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

13 février 2019, 17-20h,  EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris,  Entrée libre

En partenariat avec l’ANR LIMINAL et l‘Association française des anthropologues (AFA)

Autour de la parution  du hors-série du même nom, Journal des Anthropologues, déc. 2018

Behrouz KEYHANI (CURAPP-ESS), Evangeline MASSON DIEZ (DynamE), Laure WOLMARK (COMEDE). Introduction des coordinatrices du hors-série :  Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky. En présence d’autres contributeurs.

Discutants : Laurent BAZIN (anthropologue CNRS, AFA) et Chowra MAKAREMI (anthropologue CNRS, IRIS, sous réserve)

4e de couverture :

Désignés comme une « crise » par les politiques européennes, nationales et tout autant par un paysage médiatique prolifique, les déplacements migratoires et les politiques d’accueil mettent également « en crise » les positions d’une pluralité d’acteurs humanitaires, associatifs, artistiques et académiques. Qu’engage de se tenir face à l’exil dans des temporalités traversées par l’urgence ?

Cette interrogation implique de considérer à chaque fois plusieurs formes de réflexivités, de confronter les subjectivités citoyennes à celles des exilés, en un double miroir ou chacun est construit dans l’ordre du réel comme dans celui des imaginaires.

Des exemplaires du hors-série seront disponibles pendant la séance.

Présentation des intervenant.e.s :

Laurent BAZIN est anthropologue au CNRS, membre du CLERSÉ (CNRS, Univ. Lille) et du CESSMA (IRD, Univ Paris-Diderot, Inalco). Il a conduit des recherche sur les transformations du travail dans le cadre de la globalisation en Côte d’Ivoire, Ouzbékistan, Algérie, ainsi que dans l’ex-bassin minier du Nord de la France. Il est l’auteur de plusieurs publications sur les idéologies de l’identité nationale (Journal des anthropologues, hors série 2007 avec R. Gibb et M. Selim ; L’Ouzbékistan à l’ère de l’identité nationale, L’Harmattan, 2009 avec B. Hours et M. Selim). Depuis 2016, il collabore avec Mohamed Bridji à l’écriture d’un livre autobiographique retraçant un parcours d’exclusion et d’exil forcé. Ensemble, ils ont cofondé le site Leparia.fr ainsi que l’association Le paria qui s’efforce d’allier connaissances scientifiques, expression artistique, engagement politique et participation au débat public. Il est membre du comité de rédaction du Journal des Anthropologues.

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est anthropologue, membre associée du CESSMA (IRD, Univ Paris-Diderot, Inalco) et membre de l’Association française des anthropologues. Ses recherches portent sur la culture matérielle, les représentations de l’altérité et l’expérience de l’exil et de la migration. Elle mène des recherches de terrain sur les terrains de l’exil, à Calais, Paris et dans le sud de la France.  Responsable du programme collectif Non-lieux de l’exil elle est co-coordinatrice de l’ANR LIMINAL portée par l’Inalco (avec M.C. Saglio Yatzimirsky).  Elle a co-dirigé le hors-série « Subjectivités face à l’exil », JdA, déc. 2018 et signé la contribution : « Le livre de la « Jungle de Calais »; imaginaires et désubjectivations »

Behrouz KEYHANI est doctorant et enquête sur le rapport ordinaire et minoritaire au droit de deux générations d’immigrés afghans installés en France, avec qui il échange principalement en persan. Il mène Sa recherche au Centre Universitaire de Recherches sur l’Action publique et le Politique, Epistémologie et Sciences Sociales (CURAPP-ESS), rattaché à l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), sous la co-direction de Dominique Connan (CURAPP-ESS) et d’Alexis Spire (IRIS, EHESS). Intitulée « Accès et rapport minoritaire au droit, le cas des réfugiés afghans en France », cette recherche s’inscrit dans la continuité d’un mémoire qui a porté sur le rapport au travail qu’entretiennent des hommes afghans récemment installés en France, dans lequel Behrouz Keyhani s’est intéressé à leurs trajectoires professionnelles et migratoires à partir d’une enquête qualitative. Il a co-signé (avec Pauline Doyen et L.aurence Lécuyer) une contribution dans le hors-série : “(L’)armes alimentaires. Violences en temps de paix et distribution de repas à Calais : espace-temps de la relation entre les acteurs associatifs et étatiques et les exilés »

Chowra MAKAREMI est anthropologue et chercheuse au CNRS à Paris. Ses travaux portent sur les formes juridiques et ordinaires de la violence d’Etat et l’expérience qu’en font les sujets, particulièrement en situation d’exil. Ils s’attachent aux dispositifs d’invisibilités mis en place par le pouvoir et aux pratiques de résistance qui y répondent au sein de la société, et explorent différentes formes d’écriture, notamment le récit narratif et le cinéma documentaire. Elle a travaillé sur les contrôles migratoires et le gouvernement des frontières en Europe et coordonné plusieurs collectifs de recherche (Enfermés dehors. Enquête sur le confinement des étrangers (Le Croquant, 2009) avec C. Kobelinsky ; Entre accueil et rejet. Ce que les villes font aux migrants (Le passager clandestin, 2018) avec V. Bontemps et S. Mazouz. Elle a réalisé le film Hicth. Une histoire iranienne (Alter Ego production, France, 82 minutes) en 2018, et publié Le cahier d’Aziz. Au coeur de la révolution iranienne (Gallimard, Paris) en 2011. Elle dirige depuis 2018 le programme de recherche ERC “Violence, State formation and memory politics: an off-site ethnography of post-revolution Iran” (EHESS-CNRS, Paris).

Evangéline MASSON DIEZ  est doctorante en sociologie des migrations (Strasbourg, DynamE), fellow de l’Institut Convergences et formatrice en action sociale. Après avoir travaillé auprès d’associations caritatives auprès des populations en errance et vivant dans des bidonvilles en France et à l’étranger, ses recherches portent aujourd’hui sur l’engagement et les mobilisations et l’hospitalité privé. Parmi ses dernières publications : « Être accueilli chez l’habitant : de l’hébergement-épreuve à la cohabitation-tremplin pour les migrants », co-écrit avec Marjorie Gerbier-Aublanc, Cahiers de Rhizome, n°71, janvier 2019 (à paraître), Méditerranée : des frontières à la dérive, Babels (dir.), Le Passager Clandestin, 2018 et De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps, Babels (dir.), Le Passager Clandestin, 2017. Elle a contribué au hors-série par l’article : « Militants, bénévoles, citoyens solidaires… Comment se nommer lorsque lʼon vient en aide aux migrants? «

Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY est professeur des Universités en anthropologie sociale à L’INALCO, Département Asie du Sud,  et chercheur statutaire au Centre d’Etudes en  Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA, UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO). Diplômée de l’Ecole Normale Supérieure et de HEC, agrégée de sciences sociales et économiques, elle travaille depuis 1993 sur les populations exclues dans les grandes villes indiennes avec un terrain comparé dans des bidonvilles au Brésil. Elle est également psychologue clinicienne (consultation de psycho traumatologie avec des demandeurs d’asile à l’hôpital Avicenne). Elle a publié de nombreux travaux et plusieurs livres, dont le dernier est La voix de ceux qui crient. Rencontre avec les demandeurs d’asile, Albin Michel 2018.   Elle co-dirige l’ANR LIMINAL  à l’INALCO et est membre du programme Non-lieux de l’exil. Elle a co-dirigé le hors-série »Subjectivités face à l’exil », JdA, déc. 2018 et cosigné un entretien avec Etienne Tassin : « Le philosophe et lʼexilé de Calais : Construire lʼagir-ensemble »

Laure WOLMARK est psychologue clinicienne et coordinatrice des activités de santé mentale du Comede – Comité pour la santé des exilé.e.s. Elle a publié  notamment, « Dépossessions. Actes et paroles dans la clinique de l’exil. (Cahiers de Rhizome, 2017), « La danse comme foyer d’asile. Circulations, corps, institutions » avec Zornitza Zlatanova (Nouvelle revue de psycho-sociologie, 2017), et, dans le hors-série :  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.