Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de “Faire musée d’une histoire commune”, 5 février 2020

Politiques de l’exil :  historisation et muséalisation.

Autour de  l’ouvrage collectif “Faire musée d’une histoire commune”

sous la dir. de Patrick Boucheron et Romain Bertrand (Seuil, MNHI) 2019

 5 février 2020, 17h-20h,  3 rue d’Ulm, 75005 Paris, 4ème étage, (entrée libre)

avec Nancy GREEN (historienne, CRH-EHESS), Anouche KUNTH (historienne, IRIS, CNRS-EHESS),  Camille SCHMOLL (géographe, Université de Paris)

Discutante : Alexandra GALITZINE-LOUMPET  (Anthropologue, Cessma, Inalco) et Chowra MAKAREMI (anthropologue, IRIS-CNRS)

Coordinatrices : Alexandra Galitzine-Loumpet, Anouche Kunth, Camille Schmoll.

ainsi que plusieurs contributeurs/rices  de l’ouvrage collectif  :

Argumentaire :

Lors de sa fondation, le Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), installé dans un bâtiment érigé en 1931 pour l’Exposition coloniale, recevait des pouvoirs publics la mission de « rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles des éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle, contribuant ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française, et à faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration ». 

 Dix ans après l’élaboration de « Repères », un collectif de chercheurs, de plasticiens et personnalités issues de la scène théâtrale — rassemblé par Patrick Boucheron — s’est réuni en 2017-2018 pour concevoir le remaniement du parcours permanent, faire émerger de nouvelles thématiques, notamment autour du colonial, et de nouveaux questionnements.  Cette séance des Non-lieux de l’exil voudrait interroger la place de la violence dans le dispositif muséal, qu’il s’agisse de la représentation des violences induites par les politiques migratoires sur les sujets, dans le passé comme dans l’actuel, ou des violences produites par leur omission ou par leur représentation. Quelle est la place des sujets exilés et de leur expérience dans la mémoire collective,  comment, précisément, « faire musée d’une histoire commune » ?

(image du bandeau : Ils me laissent l’exil – les objets, documentaire Laetitia Tura (c) 2016) 

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations 

Présentation des intervenantes : 

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales où elle est membre du Centre de Recherches Historiques.  Docteure de l’université de Chicago et docteure d’État de l’Université de Paris VII, elle a été membre du Comité d’histoire de la Mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.  Ses publications incluent Repenser les migrations ; Histoire de l’immigration et question coloniale en France (sld avec Marie Poinsot) ; Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ (sld avec François Weil) ; Les Américains de Paris : Hommes d’affaires, comtesses et jeunes oisifs, 1880-1941 A Century of Transnationalism : Immigrants and Their Homeland Connections (sld avec Roger Waldinger).  Elle a tout récemment publié The Limits of Transnationalism.

Anouche Kunth est historienne, docteur de l’EHESS, chargée de recherche au CNRS (IRIS, EHESS). Après avoir consacré sa thèse à un groupe méconnu d’Arméniens réfugiés en France, issus de l’Empire tsariste et membres à part entière de l’exil russe antibolchevique, ses travaux abordent désormais l’histoire du génocide des Arméniens ottomans depuis la dispersion massive et forcée des survivants ; depuis les retombées humaines les plus irréductibles au retour à la paix (ANR FALI, avec Hélène Dumas). Elle est notamment l’auteur de : Exils arméniens. Du Caucase à Paris (1920-1945), Paris, Belin, 2016. Elle est membre de plusieurs revues, en particulier de Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales ; elle a coordonné aux côtés d’Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz et Camille Schmoll la publication du rapport remis en 2018 au Musée national de l’histoire de l’immigration sous la direction de Patrick Boucheron et de Romain Bertrand, Faire musée d’une histoire commune, Paris, Le Seuil, 2019.

Chowra Makaremi est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ils s’articulent autour de deux thèmes : Une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Une anthropologie de la violence qui s’attache aux constructions d’une mémoire de la violence post-révolutionnaire en Iran et ses usages politiques (répression collective et massacres de masse, dispositifs d’invisibilités, pratiques intergénérationnelles de souvenir). Parmi ses dernières publications :  (avec P. Colombo et C. Calzolaio) , Numéro Spécial, « Ethnographies politiques de la violence », Cultures et Conflits, No. 103-104, Automne-Hiver 2016, 2013 p. et le roman graphique Prisonniers du passage,  (avec M. Parciboula), ed. Steinkis, 2019.  Elle vient de réaliser le  documentaire  Hitch, une histoire iranienne (Alter Ego 2019), récemment primé.

Camille Schmoll est géographe, maîtresse de conférences HDR à l’Université de Paris/umr Géographie cités et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses travaux portent sur le genre et les migrations en Europe et au Maghreb, les politiques migratoires, les îles et villes frontières. Parmi ses publications les plus récentes : A paraître en avril 2020: Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, La découverte avec N. Bernardie-Tahir (dirs), Méditerranée : des frontières à la dérive, Editions le Passager Clandestin/collection bibliothèque des frontières 2017; avec Hadrien Dubucs, Thomas Pfirsch, Ettore Recchi, “Les migrations italiennes dans la France contemporaine. Les nouveaux visages d’une mobilité européenne historique, Hommes et migrations, 1317, 59-57 , 2014 “Gendered spatialities of power in ‘borderland’ Europe. An approach through mobile and immobilized bodies”, International Journal of Migration and Border Studies, 1(2), 173-189, 2014 avec Nathalie Bernardie-Tahir, “Opening up the island: a ‘counter-islandness approach to migration in Malta”, Island Studies Journal, 9(1), 43-56, http://www.islandstudies.ca/journal. Elle a coordonné aux côtés d’Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz et Anouche Kunth la publication du rapport remis en 2018 au Musée national de l’histoire de l’immigration sous la direction de Patrick Boucheron et de Romain Bertrand.


Une réflexion sur « Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de “Faire musée d’une histoire commune”, 5 février 2020 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.