POLITIQUES DE L’EXIL (3) : Politiques de déliaison et de liaison, 26 février 2020

Politiques de déliaison et de liaison

Mercredi 26 février 2020,  17 – 20 heures Centre de colloques du Campus Condorcet, salle 50, Place du Front Populaire
93322 Aubervilliers, M° Front Populaire (entrée libre)

Cette séance  propose d’interroger les constructions et reconstructions de liens au sens affectifs et psychologiques dans un contexte politique de multiplication des frontières et dans un régime discursif marqué par la xénophobie normalisée en Europe. En partant des éclatements produits par l’exil et la brutalité des frontières, il s’agit d’approcher les façons dont des espaces et dispositifs de re-liaison s’inventent en composant directement avec les formes de la violence des politiques migratoires françaises et européennes. 

Avec : Roberto BENEDUCE (anthropologue, psychiatre), Marc BERNARDOT (sociologue), Zelda GUILBAUD (psychologue)

Coordination : Léopoldine Manac’h (anthropologue) 

Image : Quand la Loi est injuste, la Justice passe avant la Loi ! Camps de La Chapelle, 25 juillet 2015. © Laura Genz

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations  

Cette séance fait l’objet d’un partenariat avec l’Axe thématique n°1 : « S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence » du CESSMA  (IRD, Inalco, Université de Paris)

Présentations des intervenant·es :

Roberto Beneduce est professeur d’Anthropologie Médicale à l’université de Turin et membre associé de l’IMAf. Il a fondé à Turin le Centre Frantz Fanon en 1996. Ses recherches concernent la migration, l’ethnopsychiatrie et l’anthropologie analytique, l’ethnographie de la violence et de la mémoire, ainsi que les transformations des savoirs médicaux traditionnels en Afrique subsaharienne (Mali, Cameroun, Mozambique). Parmi ses publications : Frantz Fanon, Psychiatry and Politics (avec N. C. Gibson), London, Roman & Littlefield, 2017 ; « Une nouvelle bataille de vérité. Discours sorcellaires, cicatrices corporelles et régimes de crédibilité dans les droits d’asile », Cahiers d’Études Africaines, 2018, LVIII (3-4), 231/232 ; « L’archive Fanon. Clés pour une lecture du présent », Politique Africaine, 2016, 140/4 ; « Traumatic Pasts and the Historical Imagination. Symptoms of loss, postcolonial suffering, and counter-memories among African migrants », Transcultural psychiatry, 2016, 53, 3.

Marc Bernardot est professeur des universités en sociologie (Aix-Marseille Université, CNRS, LAMES). Ses recherches portent sur la globalisation et ses publications couvrent un domaine à l’intersection de la sociologie des mobilités, des institutions et des mobilisations. Il développe ces dernières années un programme de recherches centré sur la place des métaphores dans les sciences et les sociétés contemporaines. Il y traite notamment des notions clés de mobilité, d’hybridité et de liquidité structurant les pratiques et les représentations. Parmi les questions de terrain qu’il investigue, celles liées à l’eau et aux fluides plus généralement, les situations d’habitats non ordinaires, les configurations de crises urbaines ou environnementales, occupent une place centrale. Il est notamment l’auteur de Habitats non ordinaires et espace-temps de la mobilité (dir.) en 2016, Captures en 2012, Camps d’étrangers en 2008, et de Loger les immigrés. La Sonacotra 1956-2006 en 2008. Il est directeur de la publication des éditions TERRA-HN et rédacteur en chef de la revue Asylon(s).Digitales.

Zelda Guilbaud est psychologue à la Maison du bébé de Saint-Denis et dans le service de pédiatrie de l’hôpital Delafontaine. Membre du collectif de recherche Babels, elle a soutenu en 2019, sous la direction de Chowra Makaremi, un mémoire d’anthropologie consacré à une ethnographie du « Centre de Premier Accueil » à Paris. Ce travail, basé sur une année de terrain dans le C.P.A., est marqué à la fois par son militantisme, et sa pratique de psychologue clinicienne. Cette recherche tente de saisir l’articulation entre le discours d’accueil véhiculé par la Mairie de Paris et les pratiques de contrôles des personnes migrantes se trouvant sur le territoire parisien.

Léopoldine Manac’h est doctorante en anthropologie à l’Université Paris V (CEPED). En s’appuyant sur plusieurs années de terrains ethnographiques dans des dispositifs étatiques d’hébergement et de contrôle des demandeur·ses d’asile, elle développe une réflexion autour de l’institutionnalisation de la violence ordinaire envers les personnes étrangères et à ses résonances pour leurs subjectivités et celles de leurs soutiens. Elle vient de soutenir en juin 2019 un Master 2 d’anthropologie à l’EHESS consacré à l’ethnographie d’un Prahda. Elle poursuit dans sa recherche doctorale la thématique des politiques de découragement menées par l’État français à l’encontre des personnes étrangères, mais dorénavant dans le cadre des restrictions de l’accès aux soins pour les personnes étrangères illégalisées.  Parmi ses publications :  « Prahda : la rétention à l’air libre. Ethnographie d’un dispositif d’hébergement de demandeurs d’asile en France », Mémoire de Master 2 d’anthropologie soutenu à l’EHESS en 2019; « Faire face aux politiques de découragement », Savoirs des luttes, luttes des savoirs [carnet de recherche], 2019 et (avec Romain Huët) « Expérience de l’exil, de la précarité et performativité politique. Un questionnement philosophique sur l’expérience sociale de “l’exilé”, Implications philosophiques, 2018.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.