Politiques de l’exil – Politiques de territoire. Programme 2020-2021

Pour sa 10e année consécutive, le séminaire du programme Non-Lieux de l’exil – affilié à l’Institut Convergences Migrations,  à l’IRIS-EHESS et au groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto, dirigé par Eugenia Vilela, est également associé au nouveau master Migrations (ICM, Paris I, EHESS).   Informations : ici 

Politiques de l’exil, politiques de territoire

Programme  (susceptible de modifications) Chaque séance fait l’objet d’une annonce particulière. Entrée libre, comme toujours.

Séances de 4h prévues les seconds mercredi du mois, de 16 à 20h.  Séminaire & présentation d’un ouvrage. Sauf mention contraire, toutes les séances auront lieu au 54 bd Raspail 75006 + une rencontre hors les murs.

  • 13 janvier 2021 :Territoires de solidarités

avec : Camille Louis (Philosophe, Kom-Post) et Alina Lasry du collectif La Casa, Sophie Djigo (Philosophe, collectif Migraction), Joelle Le Marec (U. Paris IV)

→  Ouvrage présenté par les auteurs :  Christiane Vollaire et Philippe Bazin : Un Archipel des solidarités – Grèce 2017-2020, Paris, Loco;  (2020) 

Coordination : Emilie Da Lage (U.de Lille) / attention : Séance en distanciel 

  • 10 février   :  Territoires de violence aux frontières

Avec  Camille Guenebeaud (Ladyss, U. Paris 8) , Agnès Lerolle (CAFI) , Adèle Bras (collectif  Kesha Niya) 

→  Ouvrage présenté par l’éditrice scientifiqueRécit & violence, Dire, traduire, transmettre le génocide et l’exil, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ed),  éditions  Hermann,  décembre 2020, avec  Hala Trefi  Ghannam (interprète, traductrice)

Présentation et discussion Chowra Makaremi (IRIS-EHESS, ICM), Coord . Emilie Da Lage (U. Lille) & Alexandra Galitzine Loumpet (CESSMA)

  • 10 mars : Territoires d’exclusion / quartiers populaires 

avec : Christel Husson ( Mouvement de l’Immigration et des Banlieues ), Saïd Bouamama (sociologue) ,  Samir Baaloudj (militant)

→   ouvrage présenté  : Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas, éditions Amsterdam, Paris, 2019, par deux membres du Collectif, Cécile Vignal et Blandine Mortain, sociologues, maîtresses de conférences en sociologie à l’Université de Lille, membres du laboratoire CLERSE (UMR 8019).

Coordination : Christiane Vollaire  (CNAM)

  • Mercredi 14 avril – Territoires de l’abri  

avec :  Pascale Baligand (Psychologue clinicienne), Armelle Andro (U. de Paris I) , Marie Jacob (psychologue clinicienne, COMEDE)

Ouvrage présenté  par l’auteure  : Sarah Mazouz, Race, Anamosa, 2020

Coordination et introduction : Laure Wolmark (COMEDE)

  • 12 mai 2021 : Territoires de la mort  

avec Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (CESSMA, INALCO et  projet MOCOMI, ICM) , Carolina Kobelinsky (CNRS – LESC, ICM),  Béatrice Michaud (INSPE), Groupe inter-associatif Décès à la frontière  Calais- Hauts de France  et présentation d’un projet de documentaire par Babak Inanloo, Ali Haghgoogie et Chloé Tisserand

ouvrage présenté par l’auteure : Karen Akoka, L’asile et l’exil, La Découverte 2020  

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, ICM)

  • 14-16 mai : Territoires & savoirs partagés (journées de réflexion, Briançon), en partenariat avec Tous Migrants, et plusieurs programmes et institutions En cours d’élaboration
  • 09 juin : Territoires de l’intime

avec :  Felicia Kobloch (sous réserve), Céline Cantat (CERI-Sciences Po),   Eugénia Vilela (U. de Porto)

Ouvrage présenté par les éditrices scientifiques : L’objet de l’exil, le sujet en migration, sous la dir. de C. Alexandre Garner & A. Galitzine Loumpet PUN, 2020 en présence de contributeurs.

Coordination : Eugenia Vilela (APK, U. de Porto)

 Argumentaire : 

Le confinement lié à la pandémie du coronavirus a opposé une pratique de l’espace potentiellement ouvert, à tout le moins dynamique, et un territoire verrouillé, fondé sur une souveraineté accrue de jouissance et de contrôle.  Une mise en abyme du contrôle de l’État-nation a été produite, de la fermeture des frontières à celles du territoire domestique et jusqu’au corps, illustration parfaite de l’exercice d’un biopouvoir à la fois général et fortement différencié. Il serait possible d’appréhender ces « mises en territoires » et ces cloisonnements comme autant de mises en exil spécifiques, d’altérisation aggravée, renforçant les ghettos, les relégations urbaines et politiques, les violences – des confinements difficiles des quartiers dits populaires aux « enfermés dehors » ou à la suspension des procédures de demandes d’asile -, ou encore de trouver écho entre les différentes attestations de sortie et de circulation, et de les interroger conjointement.  Enfin, si les seuils et les marges existants ont crument été mis en lumière, des formes de solidarité inédites, de résistance et d’invention ont permis des relations ou expressions « sortant » du cadre ordonné et policé du territoire, c’est à dire de déjouer, jusqu’à un certain point, les territorialisations ou déterritorialisations imposées.

Dans le cadre de sa thématique « Politiques de l’exil », abordée depuis 2019-2020, Non-lieux de l’exil se propose de réfléchir aux nouvelles « politiques du territoire » – y incluant aussi les territoires maritimes et aériens -, à ses enclosures et ses conséquences, qui s’exercent particulièrement sur les personnes en migration et sur toutes celles qui ne jouissent pas de droits reconnus, mais qui ne sont pas sans relation avec une condition plus globale.

  


2 réflexions sur « Politiques de l’exil – Politiques de territoire. Programme 2020-2021 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.