Politiques de l’exil – territoires d’exclusion : les quartiers populaires, 10 mars 2021

Territoires d’exclusion : les quartiers populaires

10 mars 2021- 16-20h en ligne :

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/99702224329?pwd=NTN3NG5vWkE2Mi95d2FVc2JGZFBpUT09
ID de réunion : 997 0222 4329

La séance vise à présenter les quartiers populaires – dont la population est largement issue de l’immigration postcoloniale – traités en espaces de relégation, comme lieux d’une authentique solidarité et d’une inventivité sociale, en lutte contre les discriminations.

avec Christel Husson (travailleuse sociale), Saïd Bouamama (sociologue), Samir Baaloudj (éducateur et militant).

Ouvrage :  Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas, éditions Amsterdam, Paris, 2019, présenté par deux membres du Collectif, Cécile Vignal et Blandine Mortain, sociologues, maîtresses de conférences en sociologie à l’Université de Lille, membres du laboratoire CLERSE (UMR 8019).

La désindustrialisation à l’œuvre depuis les années 1970 a confiné des pans entiers des classes populaires aux marges du salariat. Tenues à l’écart des principaux circuits marchands, ces populations ont dû réorganiser leur travail et leur vie quotidienne de manière à satisfaire les besoins essentiels à leur subsistance, selon une dynamique qui confère une centralité nouvelle à l’espace urbain : pour elles, l’accès à la plupart des ressources matérielles et symboliques nécessaires au maintien d’une existence digne est intimement lié à leur ancrage territorial.

Coordination : Christiane Vollaire (Philosophe)

Image en bandeau : ©DG/Actu Seine-Saint-Denis

Intervenant.e.s : 

Samir BAALOUDJ  milite depuis plus de vingt ans dans les quartiers populaires. D’abord parti des violences policières (à la suite, en particulier, de plusieurs meurtres de jeunes gens par la police restés impunis), son engagement s’est élargi après sa rencontre avec le MIB (Mouvement de l’Immigration et des Banlieues). Il est aujourd’hui un soutien du Comité Adama (créé en 2016, à la suite du meurtre d’Adama Traoré). Ayant une forte expérience en éducation populaire, il revendique l’héritage des luttes passées et l’importance de la force locale, pour améliorer la vie quotidienne des habitants. Il a notamment collaboré à la revue Monde commun (n°1, 2018), pour laquelle il a participé à l’article « Trente ans de lutte contre les violences policières dans les quartiers populaires » (présenté par Perrine Poupin). Et également à la revue Vacarme (n° 21, 2002), pour laquelle il a participé à l’article « Itinéraires militants » (propos recueillis par Fabien Jobard).

Saïd BOUAMAMA est sociologue et chargé de recherche à l’IFAR (Intervention Formation Action Recherche) de Lille. Ses principaux travaux portent sur l’immigration et les questions migratoires, les classes et quartiers populaires, les discriminations racistes et islamophobes et l’histoire des mouvements de décolonisaton et leurs suites géopolitiques. Il est par ailleurs militant au Front Uni des Immigration et des Quartiers Populaires (FUIQP). Parmi ses nombreux ouvrages : Les Discriminations racistes : une arme de division massive, préface de Christine Delphy, Paris, L’Harmattan, 2010 ; La Manipulation de l’identité nationale, éd. Du Cygne, 2011 ; Femmes des quartiers populaires, en résistance contre les discriminations, des femmes de Blanc-Mesnil avec Saïd Bouamama & Zouina Meddour, Le Temps des Cerises, 2013 ; Figures de la révolution africaine. De Kenyatta à Sankara, La Découverte, 2014 ; Urgence antiraciste -Pour une démocratie inclusive-, Le Croquant, 2017, coordination de Martine Boudet.

Christel HUSSON, Issue d’une cité ouvrière de Lorraine, Christel Husson est titulaire d’une maîtrise de sociologie sur « le poids du colonialisme dans le racisme d’aujourd’hui », d’un Master Pro en Sociologie et d’un Diplôme d’encadrante du Social. Engagée dans le Mouvement de l’Immigration et des Banlieues en 1998, elle participe au collectif « une École pour toutes et tous » à Strasbourg, d’où sortira en 2005 le film Un racisme à peine voilé. Fin 2005, elle s’engage dans la création de La Case de Santé, centre de santé autogéré dans un quartier populaire de Toulouse. À Paris, en 2007, elle co-construit le 1er « Forum Social des Quartiers Populaires », d’où naîtra « L’Echo des Cités » (gestionnaire des archives du MIB). Travailleuse sociale pour l’Association Femmes du Franc-Moisins, elle conduit le service de Mise en Sécurité de SOS Femmes 93. En 2019, elle participe à l’organisation de l’Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Saint-Nazaire. Puis, de retour dans le 93, elle devient Responsable de la Maison du Temps libre à Stains.  

COLLECTIF ROSA BONHEUR Le Collectif Rosa Bonheur s’est consacré depuis 2011 à l’analyse sociologique de l’organisation de la vie quotidienne dans les espaces désindustrialisés, à partir d’une grille de lecture matérialiste. Il est composé de Anne Bory, José-Angel Calderón,Yoan Miot, Blandine Mortain, Juliette Verdière et Cécile Vignal. 

Christiane VOLLAIRE, philosophe, est chercheure associée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développement du CNAM, membre du programme Non-lieux de l’exil (EHESS-Institut Convergences-Migrations),  membre de la rédaction de la revue Chimères. Elle a forgé dans les années 2000 un concept de la philosophie de terrain à partir duquel elle travaille actuellement sur plusieurs terrains politiques concernant à la fois les migrations et les revendications : Balkans (2000), Pologne (2008), Égypte (2011), Chili (2012), Turquie (2013), Bulgarie (2014), Grèce (2017-2020) ; mais aussi en France, autour des camps du Nord, du mouvement des Gilets jaunes et des quartiers populaires. Ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, L’Insulaire, 2007 ; Pour une Philosophie de terrain, Créaphis, 2017.  Elle a publié plusieurs ouvrages avec Philippe BAZIN  dont Le Milieu de nulle part, Créaphis,


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.