Politiques de l’exil – Territoires de la mort, 12 mai 2021, 16-20h en ligne

5e séance du séminaire Non-lieux de l’exil  (ICM-EHESS) en partenariat avec l’axe 1 du CESSMA

Politiques de l’exil – Territoires de la mort

12 mai 2021, 16h-20h

Le “salon virtuel” est accessible à tous sans inscription,

https://zoom.us/j/92807710823?pwd=RjEweEdKd1c2Rm5QeWNGa3EyZUtvdz09ID de réunion : 928 0771 0823Code secret : 384270

Exceptionnellement, l’ouvrage sera présenté en première partie, de 16 à 17h30 environ :
ouvrage présenté par l’auteure : Karen Akoka, L’asile et l’exil, La Découverte 2020
de 17h30 à 19h30 :

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (CESSMA, INALCO et projet MOCOMI / ICM), Carolina Kobelinsky (CNRS-LESC, ICM),  Mariam Guerey (Secours Catholique-Caritas Calais & Groupe Décès) et Maria D’Auria (Groupe Décès, Calais)

Présentation d’un projet de documentaire de Babak Inanloo, Ali Haghooi et Chloé Tisserand par Babak Inanloo.

Discutante : Béatrice Micheau (INSPE, U.de Lille & Cimade) 

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, ICM)

Texte publié sur ce carnet en lien avec la séance : Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel, mort en Méditerranée), par Mustafa MA.

 

Présentation des intervenant.e.s

Karen AKOKA est sociologue et Maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris Nanterre. Ses travaux portent, entre autres, sur la sociologie de l’immigration, de l’exil et des politiques d’asile et d’hospitalité.

Maria D’AURIA, navigante, consultante en santé sexuelle, violences et trauma, investie dans des travaux de recherche sur les frontières est  impliquée dans la création d’un “Groupe Décès” à Calais. L’objectif est  d’échanger et s’organiser ensemble autour de la question des personnes disparues et décédées à la frontière. Le groupe oeuvre pour soutenir administrativement et moralement les personnes face à la perte d’un.e proche;  le décès n’étant pas un “accident” isolée mais le résultat précis d’un ensemble de politiques de frontière qui tuent les gens, à Calais comme ailleurs.

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est anthropologue, membre du CESSMA, co-coordinatrice de l’ANR LIMINAL.Ses travaux portent sur les subjectivités face à l’exil, et les cultures matérielles du déplacement. Parmi ses récentes publications “Le ‘livre de la Jungle de Calais : imaginaires et désubjectivations”, Subjectivités face à l’exil, Journal des Anthropologues, déc. 2018,  Traduire l’exil, Plein Droit mars 2020 et (avec C. Alexandre Garner) l’ouvrage collectif L’objet de la migration, le sujet de l’exil, Presses universitaires de Nanterre. Elle dirige les Non-lieux de l’exil.

Mariam GUEREY est salariée au SECOURS CATHOLIQUE et mobilisée auprès des personnes exilées présentes à Calais depuis plus de 15 ans. Elle est membre du groupe inter-associatif  “décès” et tente depuis des années d’accompagner au mieux les proches des personnes décédées ou disparues à la frontière. Elle travaille également avec d’autres à réhabiliter les carrés où sont enterrées les personnes exilées. 

Ali HAGHOOI.  Né à Téhéran -Iran, il a quitté son pays à 24 ans et s’est installé en France. Il est d’abord arrivé dans  la Jungle de Calais,  le 1er janvier 2016. Il y a passé un peu moins d’un an. Réalisateur et scénariste de formation, je suis diplômé de l’Institut Kermaneh de Téhéran. Une fois arrivé en France, Ali Haghooi a appris le français de manière intensive à l’Université de Lille 2 et Sciences Po. Il a continué ses activités dans le cinéma à travers plusieurs projets en tant que réalisateur, acteur, assistant son et assistant réalisateur : la Marche Solidaire, The Bridge. Il a également également participé aux expositions et publications autour du thème de l’exil, notamment à   Calais, Témoigner la Jungle, au Centre Pompidou. Il essaye de porter un regard à la fois intime et objectif sur la question de l’exil, sur ce qui est à la fois vécu et observé et qui se mêle. Le cinéma lui permet de déchiffrer ces expériences, de les tisser et de les partager. 

Babak INANLOO  né à Téhéran, réside sous statut de réfugié politique en France depuis fin 2015. Il a  également vécu à Calais pendant plusieurs mois dedans et dehors de la Jungle de Calais où il a réalisé et collaboré des documentaires, dont  The Bridge, 5096 (En collaboration avec Houston University – Jean Bodon). En octobre 2016, il a repris des études à Lille, et mené en même temps plusieurs projets artistiques,  participant à plusieurs expositions et publications : Calais, témoigner la Jungle au Centre Pompidou, La Vague Culturelle, Journal des Anthropologues, London Calling en collaboration avec le Fresnoy. Actuellement étudiant à l’INALCO en master de littérature, langue et civilisation persanes, il suit   également un diplôme interuniversitaire sur la médiation interculturelle.

Carolina KOBELINSKY  est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative. Elle travaille actuellement sur le traitement matériel et symbolique des morts aux frontières sud de l’Europe. Plus particulièrement, elle s’intéresse à la naissance du dispositif de gestion des corps dans la ville de Catane, ainsi qu’aux modes d’attachement aux morts de la part de celles et ceux qui tentent de contribuer à leur identification dans cette ville à l’est de la Sicile. D’autre part, son enquête autour de l’enclave espagnole de Melilla l’a conduite à porter le regard vers une pluralité d’entités (disparus, corps sans nom, corps abandonnés, fantômes) qui peuplent la frontière et qui sont étroitement liés à la mort pendant la traversée vers l’Europe. Elle co-dirige le programme MECMI : Morts en contexte de migration.

Béatrice MICHEAU est MCF en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille au sein de l’INSPE Hauts-de-France. Son domaine de recherche principal est l’anthropologie des savoirs  avec un intérêt particulier pour les régimes de qualification et disqualification des pratiques informationnelles ou médiatiques. Elle travaille notamment sur les pratiques médiatiques juvéniles, sur une anthropologie des lieux de savoirs, sur l’objet-document et les cultures écrite ou visuelle, le tout dans leurs reconfigurations par le numérique. Dans le cadre de son bénévolat à la Cimade de Lille, elle prépare les demandeurs d’asile à leur entretien OFPRA et a participé, sous la responsabilité d’Eva Ottavy, chargée de relations internationales à la Cimade, aux recherches et à la rédaction d’un rapport de mission sur les morts et disparus à la frontière sur le littoral du Nord Pas-de-Calais, rapport suivi de la production (parfois encore en cours) d’outils (juridiques) pour les associations du littoral.Au croisement du miltantisme et de la recherche, elle a participé sous la responsabilité d’Emile Da Lage au projet Atlas of Transitions.  

Chloé TISSERAND est doctorante en sociologie au CeRIES EA 3589,(Université de Lille) et fellow à l’Institut Convergences  Migrations (département Health).  Elle est également  journaliste à La Voix du Nord de Calais. Sa thèse porte la médecine à la frontière et les manières dont la frontière transforme le travail de soin.  Parmi ses dernières publications : « Calais, « laboratoire » d’une médecine de l’exil » (avec Jacques Rodriguez, Hommes & Migrations 2017), « Le toucher comme ressource : soigner les exilés à la frontière » (avec Jacques Rodriguez) dans Le Toucher: Prospections médicales, artistiques et littéraires, ouvrage collectif (2019), « Médecine à la frontière : le recours aux professionnels de santé afghans en contexte d’urgence humanitaire », dans la revue francophone sur la santé et les territoires. Décembre 2019. Elle vient de réaliser le documentaire Les soignants de l’exil (Les docs du Nord, 2019).

Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY est professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques, CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-Inalco), membre de l’Institut Universitaire de France, et psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 (Consultation de psycho traumatologie, hôpital Avicenne 93). Elle a coordonné le projet ANR SETUP sur l’exclusion sociale dans les mégapoles indiennes et brésiliennes-2007-2010), le programme « Réfugiés, Villes, Santé Mentale » (CESSMA, U. Paris 13 (UTRPP), U. de Sao Paulo 2014-2015) et coordonne aujourd’hui le programme LIMINAL avec A. Galitzine-Loumpet.   Outre ses ouvrages sur les bidonvilles, dont les modes d’urbanité et de sociabilité sont le fait de populations migrantes, elle a publié La voix de ceux qui crient, rencontre avec les demandeurs d’asile (Albin Michel, 2018) et dirigé l’ouvrage collectif Violence et récit. Dire, traduire, transmettre le génocide et l’exil  (Herman 2020). Ses récents travaux portent sur les questions de la culture, du traumatisme et de situation des demandeurs d’asile.


3 réflexions sur « Politiques de l’exil – Territoires de la mort, 12 mai 2021, 16-20h en ligne »

    1. Bonjour, le lien sera disponible sur ce billet quelques jours avant, au plus tard le 09 mai. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.