Politiques de l’exil – Territoires de l’intime, 9 juin 2021, 16h-20h en ligne

6e et dernière séance du séminaire  Non-lieux de l’exil  (ICM-EHESS) de 2021 en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto ; le groupe Espaces / Ecritures (CREA, U. de Nanterre) et l’axe 1 du CESSMA (Inalco, IRD, U. de Paris) (S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence)

Politiques de l’exil – Territoires de l’intime

16-20h, en ligne. Lien  
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/98067008401?pwd=dWxtOXF2bXZZL3o1VFcrNnpFeFZiQT09ID de réunion : 980 6700 8401 Code secret : Eh0jZA

avec : Céline Cantat (politiste, Sciences Po), Alice Latouche (sociologue, Migrinter) et Eugenia Vilela (philosophe, U.  de Porto)

Discutante : Nora Philippe (réalisatrice, curatrice); Coordination : Eugenia Vilela et Alexandra Galitzine-Loumpet  

– ouvrage présenté en première partie de séance (16h-17h30)L’objet de la migration, le sujet de l’exil, Collection Chemins croisés, Presses Universitaires de Nanterre, déc. 2020., par Corinne Alexandre Garner & Alexandra Galitzine-Loumpet, avec Chowra Makaremi (anthropologue, IRIS), Laetitia Tura (photographe, réalisatrice) et Gabriella Zalapi ( auteure)

Image du bandeau : Photo affichée  rue Curial  (75019). 

 Présentation des intervenantes : 

Corinne ALEXANDRE-GARNER est enseignante-chercheuse émérite à l’université Paris Nanterre où elle a enseigné de 1977 à 2017. Responsable du groupe de recherches Espaces/Écritures au sein du CREA, EA 370 de cette université, elle a été responsable pendant vingt ans de la Bibliothèque de recherches Lawrence Durrell qu’elle a créée. Actuellement, elle dirige deux collections au sein des Presses universitaires de Paris Nanterre, dont elle est membre du comité éditorial. Elle siège au conseil de l’ED de l’Inalco. Elle est membre de l’équipe des Non-lieux de l’exil. Parmi ses publications récentes on trouve d’une part des articles sur Lawrence Durrell et une biographie littéraire : Lawrence Durrell. Dans l’ombre du soleil grec (La Quinzaine littéraire/Louis Vuitton) et d’autre part des articles et des directions d’ouvrages autour des questions de l’exil et des migrations.

Céline CANTAT est responsable pédagogique à l’Ecole des Affaires Internationales de Sciences Po. Ses recherches portent sur les solidarités et l’action humanitaire en contexte d’exil et sur l’enseignement supérieur et les politiques d’accès à l’université. Elle a notamment coordonné les ouvrages Challenging the political across borders : Migrants’ and solidarity struggles (CEU Press) et Opening up the university: learning and teaching with refugees (Berghahn books). Elle réfléchira dans cette séance à la manière dont la surveillance des socialités et des relations intimes s’intègre aux gouvernement des migrations. En s’appuyant sur des données empiriques collectées lors d’un travail ethnographique en Grèce, en Serbie et en Hongrie, elle examinera comment les pratiques et les politiques de contrôle des migrant·es se déploient dans la sphère interpersonnelle et analysera les effets disciplinaires de la mise en camp sur les socialités solidaires qui ont émergé dans ces pays, notamment à la faveur d’importantes arrivées à partir de 2015.

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est anthropologue, affiliée au CESSMA. Elle co-dirige l’ANR LIMINAL (avec M.C. Saglio Yatzimirsky) . Ses thématiques de recherche portent sur la culture matérielle en déplacement,  l’expérience de l’exil et le musée comme dispositif politique. Elle a fondé et coordonne les Non-lieux de l’exil, le projet Displaced Objects et a co-dirigé l’ouvrage L’objet de la migration, le sujet dans l’exil (Presses Universitaires de Nanterre) dans lequel elle a rédigé l’article introductif « De/dans et de/hors : objets et sujets dans la migration et l’exil » (2020 : 35-50)

Alice LATOUCHE est doctorante en sociologie dans le laboratoire Migrinter, en co-direction avec le laboratoire du Cresppa GTM. Ses travaux se penchent sur l’impact du processus de sélection des personnes « vulnérables » sur les femmes exilées retenues dans les hotspots des îles grecques. En reprenant la notion « d’extimité », elle propose de repenser la vulnérabilité sous deux angles : d’abord, en retraçant les rapports de dominations qui s’exercent sur les femmes dans un espace marqué par une forte ségrégation genrée, où les frontières entre les espaces intimes et publics sont toujours susceptibles d’être franchies ; puis en s’intéressant à ce que les femmes doivent dévoiler ou maintenir sous silence durant l’entretien d’évaluation de la « vulnérabilité ». Elle est également co-réalisatrice de la série « Exilées » sur youtube, qui entend rendre visible des témoignages de femmes migrantes en France.  

Chowra MAKAREMI est anthropologue et chercheuse au CNRS, à l’IRIS. Elle a travaillé sur la détention frontalière en France et coordonné plusieurs collectifs de recherche sur les dispositifs de contrôle migratoire en Europe. Elle travaille également sur la violence post-révolutionnaire en Iran à partir de la notion de contre-archive, et explore différentes pratiques d’écritures (cinéma documentaire, roman graphique), à l’instar du documentaire multiprimé Hitch, une histoire iranienne (2019). Elle co-coordonne le séminaire et est membre des Non-lieux de l’exil.  Elle a contribué à l’ouvrage présenté par un texte intitulé « L’île 88 » (2020 : 77-92) 

Nora PHILIPPE . Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Nora Philippe est auteure-réalisatrice de films documentaires dont :   Like Dolls, I’ll Rise (2018), Pôle Emploi ne quittez pas (2014), Les ensortilèges de James Ensor (2010) et récemment Restituer ?, en cours de finalisation .  Egalement chercheuse et commissaire d’exposition, elle enseigne la réalisation dans plusieurs écoles d’art françaises et programme des cycles de cinéma à Columbia University, dont « Filming at the Borders ». Elle est Fellow du Columbia Institute for Ideas & Imagination en 2019-2020, chercheure associée à l’UMR Passages (U. de Bordeaux) et au MTCM, et explore, dans la lignée de ses recherches sur les « archives ordinaires », les pratiques féministes et décoloniales. Elle a notamment signé l’exposition  Black Dolls à La Maison rouge (2018) et Répare, reprise (Portes ouvertes sur l’art & Cité internationale sur l’art), ouverte jusqu’au 10 juillet prochain.

Laetitia TURA est réalisatrice de documentaires et photographe. Elle mène un projet photographique et audiovisuel autour de la mise en scène des frontières, l’invisibilité et la mémoire des parcours migratoires. Après Jnoub à la frontière du Sud-Liban (2001), Linewatch consacré au dispositif frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis (2004- 2006), elle poursuit au Maroc et Melilla un travail sur la mise à l’écart des migrants, Je suis pas mort, je suis là (2007-2012). Elle a développé une démarche où le recueil de la parole fait partie intégrante du dispositif de prise de vue. Son travail prend désormais plusieurs formes, notamment celle de la réalisation filmique. Elle coréalise avec Hélène Crouzillat Les Messagers (2014). Elle développe actuellement Ils me laissent l’exil, un projet en plusieurs volets autour de la transmission et l’héritage de l’exil. Parmi ses chantiers en cours, le film Flamboyantes (2021) et l’exposition Desmemoria-atteintes aux mémoires, bientôt ouverte au Pavillon carré de Bauduoin, Paris. Elle a également co-écrit deux textes de l’ouvrage présenté, dans la série Displaced Objects. Site personnel 

Eugenia VILELA est philosophe, professeure au Département de philoso phie de la faculté de lettres de l’université de Porto (Portugal) et directrice du Groupe de recherche esthétique, politique et connaissance de l’Institut de philosophie de l’université de Porto (FCT). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre la Philosophie politique contemporaine, l’esthétique et l’art. Elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres Du corps équivoque (1998), Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon (2010) et a dirigé les ouvrages collectifs Arquipélagos de sentido. Estética e Artes I (2011), Sismografias. Estética e Artes II (2011), Cartografias. Estética e Artes III (2012), Derivas. Estética e Artes IV (2012), Unframing Archives. Essays on Cinema and Visual Arts (2018). Elle est membre des Non-Lieux de l’exil et a contribué à l’ouvrage présenté par un article intitulé « Métamorphoses de l’absence. Le gilet de sauvetage » (2020 : 51-76)

Gabriella ZALAPI a grandi en Italie et à Genève où elle a obtenu un diplôme de peinture de la Haute Ecole d’Art et de Design. Les sujets qui irriguent son travail de peinture comme d’écriture sont le rapport à l’image, à l’archive et à la mémoire. Elle vit depuis dix ans à Paris. Parmi ses publications  : « Trois petits verres. Débordements » in Displaced Objets (mars 2017) et  dans  L’objet de la migration, le sujet en exil (PUN, 2020), « César » texte sur le site de Rotpunkt Verlag , 2020, Antonia. Journal 1965-1966  Editions Zoé, 2019, traduit en allemand aux éditions Rotpunkt Verlag, 2020 et « Roma Termini » in Nouvelle Revue Française n°636, Editions Gallimard, mai 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.