Politiques de l’exil (séance d’ouverture) : Mobilisations et territorialisations, 19 janvier 2022

La première séance du séminaire EHESS / ICM Non-lieux de l’exil 2021-2022, en partenariat avec l’axe 1 du CESSMA “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence”  est consacrée à la thématique suivante : 

Politiques de l’exil :  Mobilisations et territorialisations 

la séance aura lieu de 17 à 20h  dans le petit amphithéâtre du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (60 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Elle est en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu de la recrudescence des cas Covid, une forme hybride a été mise en place.  

Avec :

  • Luc Marchello (Directeur de la Maison des jeunes et de la culture-Centre social du Briançonnais) – Le Briançonnais : territoire frontière, entre solidarité et sécuritaire,  comment bâtir une écologie de l’accueil
  • Hamad Gamal & Al-Fathi Mohamed Adam (Sciences Po Paris) : Mobilisations soudanaises en France depuis la révolution de 2018
  • Abdul Azam Azizi (Inalco) – Afghanistan : luttes et mobilisations en exil
  • Damien Simonneau (Inalco) : Mobilisations et politiques migratoires: savoirs, expertises et modes d’actions publiques. 

Coordination :  Alexandra Galitzine Loumpet, CESSMA, ICM

Argumentaire : Les mobilisations sont liées à des politiques et des territoires précis, à l’instar des territoires de frontières. Elles sont également transnationales, c’est-à-dire multiterritorialisées,  en exil ou en diaspora,  ou encore  internationales, reterritorrialisées et dématérialisées en réseaux, entre engagements de causes et situations politiques précises.   Appréhender les rapports entre mobilisations et  territoires à différentes échelles permet de saisir les registres et modes d’actions, les acteurs engagés et les relais, les formes  de participation et d’adhésion et de même les tensions possibles, entre trop grande proximité ou, à l’inverse, trop longue distance.

Présentation des intervenant.e.s

Abdul Azam AZIZI est étudiant en 3ème année de licence de Persan et relations internationales à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, où il a également obtenu son diplôme universitaire Hospitalité-médiations-migrations (H2M) en 2019-2020. Exilé politique, il est impliqué dans les activités politiques et culturelles de son pays, tant en Afghanistan qu’en Europe, depuis plusieurs années. 

Hamed Rasoli, photojournaliste, exilé politique, membre de l’association Azadi. (manifestation à paris 19 septembre 2021 )

Alexandra GALITZINE-LOUMPET, est anthropologue HDR (CESSMA / ICM). Elle travaille sur l’exil, son expériences et ses politiques, intimes et extimes et dans ses représentations. Elle coordonne le programme Non-lieux de l’exil depuis sa création en 2011. 

Luc MARCHELLO. Directeur de la Maison des jeunes et de la culture-Centre social du Briançonnais, acteur de terrain de projets de développement local, en France et au Pérou. Engagé dans diverses actions de reconnaissance des droits humains (sociaux, culturels, économiques), Luc est un acteur de l’accueil et de l’intégration des personnes étrangères dans le département des Hautes-Alpes.

Hamad GAMAL Al-Fathi MOHAMED ADAM , sont étudiants à Sciences Po Paris et réfugiés politiques, impliqués dans les mobilisations en faveur d’une transition démocratique au Soudan.

Damien SIMONNEAU est chercheur (CESSMA, Université de Paris, IRD, INALCO) et maître de conférences en science politique à l’INALCO Il est également affilié à l’Institut Convergences Migrations du Collège de France et co-coordonne l’axe 1 du CESSMA. Spécialiste des politiques de sécurité frontalière contemporaines, il est notamment l’auteur de L’Obsession du mur. Politique de militarisation des frontières en Israël et aux Etats-Unis (2020, Peter Lang). Ses derniers travaux abordent la question des mobilisations et du plaidoyer politique pour une politique migratoire alternative en France et en Belgique, notamment pour cette séance, la contribution :  Simonneau, Damien, et Pietro Castelli Gattinara. « Prendre part aux logiques d’exclusion : les mobilisations anti-migrants en France, en Italie et aux États-Unis », Critique internationale, vol. 84, no. 3, 2019, pp. 105-124.

 


Une réflexion sur « Politiques de l’exil (séance d’ouverture) : Mobilisations et territorialisations, 19 janvier 2022 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.