Rencontre du 31 janvier 2013. Langages de l’exil V. Habib Tengour, Pierre Oster, Mourad Yelles

 

Textes traduits et édités par Pierre Joris (Black Widow Press Modern Poetry, 2012)

 

Intervenant :  Habib Tengour, poète, sociologue

« L’exil est mon métier »

Rencontre autour de son oeuvre .

Projection du film « Retraite » (témoignages), photographies d’Olivier de Sépibus, texte de Habib Tengour

Discutants : Pierre Oster (poète), Mourad Yelles (Inalco)

de 14h30-18h, salle 638, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue deFrance, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

 

 

 

Retraite – Edition bilingue français-arabe, Habib Tengour, Olivier de Sépibus, traductions Saïd Djabelkheir et Esma Hind Tengour, Le Bec en l’air éditions, 2004

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Eléments bio-bibliographiques 

TENGOUR, Habib,  poète et anthropologue, né  à Mostaganem, vit et travaille entre Constantine et Paris. Il traduit des poètes de langue anglaise et américaine (P. Joris) et de langue arabe (Saadi Youssef, Chawki Abdelamir, Moncef Louhaïbi). Parmi ses oeuvres en prose :  Tapapakitaques – La poésie-île. Chronique 196 567 897 012 ( Oswald, 1976) , Le Vieux de la montagne, 1983 (coll. « Minos », La Différence, 2008),  Gens de Mosta. Moments 1990/1994 (Actes Sud/Sindbad, 1997), Le Poisson de Moïse. Fiction, 1995-2001, (éditions Paris-Méditerranée, 2001), Le Maître de l’Heure (La Différence, 2008), Dans le soulèvement. Algérie et retours (La Différence, 2012). Il a également publié différents recueils de poésie depuis 2000, parmi lesquels : Ce Tatar-là 2 ( Éditions Dana, 2000), Traverser, (La Rumeur des âges, 2002), Retraite, avec le photographe Olivier de Sépibus (Le Bec en l’air, 2004),  L’Arc et la cicatrice (La Différence, 2006),  La Sandale d’Empédocle  Gênes, San Marco dei Giustinani, 2006 ou L’Ancêtre cinéphile, La Différence, 2010. Son oeuvre a par ailleurs fait l’objet de plusieurs analyses critiques : Mourad Yelles (éd.), collectif, Habib Tengour ou l’ancre et la vague. Traverses et détours du texte maghrébin, éditions Khartala, 2003 et Expressions maghrébines, revue internationale de la coordination des chercheurs sur les littératures du Maghreb (CICLIM), spécial Habib Tengour, coordonné par Pierre Joris et Sonia Zlitni Fitouri, vol. 11, n° 1, Centre Dona i Literatura, Universitat de Barcelona, été 2012.

OSTER Pierre, poète. Il publie « Premier poème » dans Le Mercure de France en 1954, grâce à Pierre-Jean Jouve puis « Quatre Quatrains gnomiques » dans La Nouvelle Revue française. Son premier recueil, « Le Champ de mai », paraît en 1955 dans la collection « Métamorphoses », dirigée par Jean Paulhan. Il reçoit pour celui-ci le prix Felix-Fénéon, comme il recevra en 1958 le prix Max-Jacob pour « Solitude de la lumière », une année après la résiliation de son sursis, qui provoque son départ aux armées, en Algérie. Parmi une oeuvre très riche :   « Chiffres en ballade », avec Yutaka Sugita, (Paris, Hachette, 1972), « Requête » ( frontispice de Jean Bazaine, Montpellier, Fata Morgana, 1977), « Saint-John Perse » ( Mazamet, Babel Éditeur, 1992);  « Le Savoir de la terre » ( Mazamet, Babel éditeur, 1998), « Membres épars des dieux », ( Sauveterre, Jean-Louis Meunier, 1999), « Paysage du Tout 1951-2000 » ( préface d’Henri Mitterand, Paris, Gallimard, 2000); « Vignettes russes, avant-propos au volume d’Anna Akhmatova, » (Genève, La Dogana, 2010), « Utinam varietur » ( Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2012).

YELLES Mourad est écrivain et Professeur des universités (Littératures maghrébines et comparées) à l’INALCO, institution qu’il a intégré après une quinzaine d’années d’enseignement au Département de Français de l’Université d’Alger, puis au sein des Départements de littérature française et comparée des universités Paris VIII et Paris III. Spécialiste des littératures maghrébines (en arabe maghrébin et d’expression française), mais également intéressé par les productions littéraires francophones d’Amérique et des Antilles, ses travaux portent depuis plus de vingt ans sur les phénomènes de métissage des formes, des pratiques et des imaginaires à travers l’étude comparée de ces littératures (orales et écrites). Parmi ses derniers travaux et publications : « Les Miroirs de Janus. Littératures orales et écritures postcoloniales » (Alger, OPU, 2002) ; « Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace » (Paris, L’Harmattan, 2005); « Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (1988-2004) » (Alger, Casbah Editions, 2006). Ses travaux de création sont parus dans des revues (Algérie Littérature/Actions, Phréatique, Le Jardin d’essai, Estuaires, Po&sie) et des recueils collectifs (Pour Nedjma, Femmes de Timimoun, La Cendre des mots, Nouvelles d’Algérie, Couleurs solides, Sortilèges sahariens).

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *