Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Savoirs/pouvoirs : que peut la recherche ? Des enjeux de la contre-expertise aux apories de l’université, comment se mobiliser ? 

9 février 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu des cas Covid, une forme hybride sera mise en place. 

avec  :

  • Céline Cantat (Sciences Po Paris)
  • Olivier Clochard (Migrinter, ICM)
  • Sarah Mazouz (Ceraps, ICM), 

Coordination de la séance : Chowra Makaremi (IRIS, ICM)

La recherche en sciences sociales est brocardée par les gouvernants en France : accuser les savoirs critiques de troubler l’ordre social (“républicain”) est une tactique qui s’ajoute désormais à celle plus rodée des discours sécuritaires, anti-migratoires et xénophobes qui colonisent les débats publics en période électorale.
Dans ce contexte, l’enjeu pour les chercheur.e.s n’est pas uniquement de défendre des disciplines et des institutions universitaires menacées par la mise au pas. Des efforts de plus long cours sont menés, depuis plusieurs décennies, pour saisir les enjeux et les effets des politiques publiques de contrôle des frontières et de discriminations sociales des racisé.e.s, dans une perspective de résistance à ces politiques.

Cette séance s’interroge sur les stratégies, les marges de manœuvre et les objectifs que peuvent se donner les savoirs critiques sur les migrations et le racisme. Il est intéressant à cet égard de faire dialoguer deux champs distincts, étudiant des phénomènes qui pourtant se rejoignent dans les programmes électoraux et les politiques publiques, à savoir : les études sur le gouvernement des frontières d’un côté (border studies), et celles qui interrogent la racialisation d’un autre côté (critical race studies). Un deuxième enjeu est de confronter différentes façons de travailler, qui ne s’excluent pas bien au contraire : dans un cas, mettre le savoir au service d’une contre-expertise (juridique, cartographique, statistique), et dans un autre, redéfinir les problématiques et les catégories dans l’espace public (ce qui pose la question cruciale de la diffusion des savoirs). L’idée est de mettre en commun nos questionnements, les leçons apprises du passé et les pistes qui nous paraissent fructueuses pour agir face au néo-fascisme. 

Présentation des intervenant.e.s

Céline CANTAT est sociologue. Elle coordone les masters « Politiques Environnementales » et « Governance Energétique Internationale » à la School of International Affairs à Sciences-po Paris. Elle est docteure de l’Université d’East London, et a été post-doc au CERI (Sciences-po) au sein du projet ERC MAGYC. Ses travaux portent sur les migrations, l’humanitarisme, les mobilisations de solidarité avec les exilé.e.s, mais aussi les politiques d’accès à l’université.

Olivier CLOCHARD est géographe, chercheur au CNRS (Migrinter), membre de l’Institut Convergences Migrations et membre du réseau euro-africain Migreurop. Il travaille sur les politiques migratoires européennes, et plus particulièrement sur les effets qu’elles produisent sur les parcours des personnes. Il s’intéresse aussi aux lieux de rétention administrative à Chypre, en France et dans les ports européens de la marine marchande.

Chowra MAKAREMI est anthropologue et réalisatrice, chercheure au CNRS (Iris), et membre de l’Institut Convergences Migrations. Elle co-anime le séminaire « Non-Lieux de l’Exil ». 

Sarah MAZOUZ est sociologue, chercheuse au CNRS (Ceraps) et membre de l’Institut Convergences Migrations. Ses travaux, interdiscisplinaires, montrent comment s’articulent dans l’espace social immigration, nation et racialisation.  Elle est l’autrice de La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000 (ENS Éditions, 2017) et Race (« Le mot est faible », Anamosa, 2020). Elle est également co-autrice, avec Eleonore Lepinard, de Pour l’intersectionalité (Anamosa 2021) et avec un collectif coordonné par Didier Fassin de La société qui vient (Le Seuil 2022).

image du bandeau : (c) Jeanne Menjoulet, rassemblement à Paris contre le racisme et les violences policières, 13 juin 2020 (creative commons)


Une réflexion sur « Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.