Politiques de l’exil- Mobilisations féministes pour les exilé.e.s / 9 mars 2022, 17-20h

Politiques de l’exil – Mobilisations féministes pour les exilé·e·s

 

9 mars 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur .

La séance a lieu en présentiel et en hybride

Nous avons appris, avec une grande peine, la disparition de Nina  Hetmańska, chercheuse à l’ULB, qui a régulièrement accompagné les réflexions menées dans le cadre du séminaire Non-lieux de l’exil – un hommage lui est rendu ici. Pour accéder à une de ces publications, sur la grève de la faim menée par des travailleurs sans papiers à Bruxelles,  c’est ici

La situation en Ukraine nous a conduit à lire en début de séance, des extraits du Manifeste des féministes russes contre la guerre  

Avec : 

  • Marion Jobert (avocate, présidente de l’association Kali)
  • Veronica Noseda (militante groupes féministes et lesbiens)
  • Elsa Tyszler (sociologue, CRESPPA, ICM)

Coordination  : Laure Wolmark (psychologue clinicienne)

En mars 2021, on pouvait lire sur un mur du 20ème arrondissement de Paris : « pas de féminisme sans les femmes en exil ». Le 5 juin 2021, la manifestation « Toutes au frontières » appelait « à une action féministe européenne pour une Europe sans murailles ». Place des exilées dans les mouvements féministes, place des féministes dans les mouvements pour les exilé·e·s, mobilisations transversales et intersectionalité des luttes : cette séance abordera les transformations mutuelles des mobilisations anti-racistes et féministes. De l’intégration du genre dans les motifs des demandes d’asile à l’invisibilité des femmes traversant les frontières, du prisme des violences comme reconnaissance de l’existence des femmes exilées, à leur invisibilisation comme actrices de la migration, nous mettrons au travail les lignes de fractures, les impensés et les horizons d’une rencontre entre mobilisation féministes et anti-racistes.

“Toutes aux frontières 5 juin à Nice”, 2021. Courtoisie Pinar Selek

Intervenantes :

Marion Jobert est avocate. Elle a co-fondé avec 6 autres femmes l’association Kali en 2016 à la suite de maraudes sur les campements de la halle Pajol et du jardin d’Eole, pendant lesquelles elles ont  constaté l’invisibilité des femmes migrantes. Kali est une association qui accompagne les femmes étrangères et leurs enfants sous la forme d’une accueil juridique, socio-linguistique, et un accueil des enfants. Elle est l’actuelle présidente de l’association

Veronica Noseda. Arrivée en France en 2000, Veronica Noseda est née en Suisse. Elle a fait ses premiers pas de militante dans la lutte contre le sida. Elle a été et reste pour partie impliquée activement dans plusieurs groupes féministes et lesbiens, dont Les Dégommeuses, Le Planning familial et le Front d’habitat lesbien. Elle a participé a plusieurs projets visant à un meilleur accompagnement des exilées lesbiennes, en prenant compte les spécificités de leurs parcours et en s’appuyant sur la solidarité communautaire.

Elsa Tyszler est sociologue, chercheuse postdoctorale au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA) et membre de l’Institut Convergences Migrations. À l’intersection des études sur les migrations, le racisme et le genre, ses travaux portent sur le contrôle migratoire mis en œuvre dans les espaces-frontières (Europe/France), les expériences et mobilisations des personnes illégalisées et celles de leurs soutiens (humanitaires/solidaires). Parmi ses publications figurent : “« Nous sommes des battantes ». Expériences de femmes d’Afrique centrale et de l’Ouest à la frontière maroco-espagnole” (Genre, sexualité & société, 2021) ; “Masculinités et féminités à la frontière maroco-espagnole : miroirs d’un contrôle migratoire racialisé et genré” (Anthropologie & développement, 2020) ou encore : “Humanitarianism and Black female bodies: violence and intimacy at the Moroccan-Spanish border” (Journal of North African Studies, 2020).

Laure Wolmark est psychologue clinicienne. Ses recherches et sa pratique s’inscrivent dans le champ de la clinique de l’exil, du trauma  et des violences liées au genre.  Elle a été volontaire pour Médecins sans Frontières dans des contextes de violence et de conflits armés. Elle a travaillé jusqu’en 2021 au Comede (Comité pour la santé pour les exilé·e·s) en tant que psychothérapeute et coordinatrice nationale du pôle santé mentale. Parmi ses publications : « L’intime et le politique : les certificats annuels d’absence de mutiliation(s) sexuelle(s) féminine(s) » dans l’ouvrage collectif Devenir des traumas d’enfance (editions la Pensée sauvage, 2014), « Dépossessions. Actes et paroles dans la clinique de l’exil. (Cahiers de Rhizome, 2017),  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» (Journal des Anthropologues, déc. 2018), et en 2020 “Transmettre, et “transmettre pour exister: la fonction des récits traumatiques”, dans l’ouvrage collectif  Violence et récit (ed. Hermann, dir. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky.).

 

 


Une réflexion sur « Politiques de l’exil- Mobilisations féministes pour les exilé.e.s / 9 mars 2022, 17-20h »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.