Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice, 6 avril 2022

Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice

6 avril  2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). Lien zoom :
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/99388472081?pwd=bjRsdE1XMTNIQkd1TUlVZkVoa0ZuZz09

ID de réunion : 993 8847 2081
Code secret : 236791

Avec :

  • Léa Drouet (metteuse en scène, fondatrice de la structure de production VAISSEAU)
  • Camille Louis (philosophe, dramaturge et activiste)
  • Nicolas Klausser (postdoctorant en droit de la santé au CNRS, laboratoire Droit et changement social, Université de Nantes)

Coordination :  Emilie Da Lage (MCF à l’université de Lille,  GERiiCO, ICM) et Léo Manac’h (doctorant en anthropologie au Ceped, U. de Paris, ICM)

Alors que plusieurs candidats à l’élection présidentielle remettent en cause l’Etat de droit sur les questions migratoires, et particulièrement le droit européen et les principales cours constitutionnelles, la séance propose d’abord de revenir sur les mobilisations pour la justice menées ces dernières années par différents collectifs. Ces collectifs se sont formés autour de la question des violences policières, ils œuvrent à médiatiser les affaires, à construire des expertises, agréger des soutiens et interpeller la justice pour que les procès se tiennent. Plusieurs collectifs se sont ainsi formés autour de cas particuliers : Justice pour Mawda, et plus récemment justice pour Aleksandra. Ces mobilisations pour des exilé·es victimes de violence, s’inscrivent dans le champ plus large des mobilisations contre les violences policières afin que celles-ci ne restent pas impunies, que la dignité des victimes soit reconnue.  Ces collectifs activent des liens de solidarité, ouvrent des fronts dans les politiques de répression et d’invisibilisation des violences.

Dans le même temps, les associations sont aux prises avec un travail juridique de plus en plus important pour faire respecter le droit. Ce travail contribue à leur épuisement et à une dépolitisation des revendications. Enfin, les procès contre les solidaires se sont multipliés, faisant peser un risque juridique sur les actions de protection des exilé·es. Quelles sont les différentes conceptions de la justice qui s’affrontent parfois au tribunal ?

La séance interrogera la façon dont le désir de justice nourrit les mobilisations, les rapports entre droit et justice et la façon dont s’articulent, dans un dispositif de fragilisation de l’État de droit, la difficulté à rendre justice contre les violences policières, l’inflation du travail juridique dans les associations, et les attaques contre les personnes engagées dans la protection des exilé·es. 

Présentation des Intervenant·es

Emilie Da Lage est MCF à l’université de Lille, au laboratoire GERiiCO et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Son travail porte sur la place de la musique dans les vies d’exil et sur les projets culturels et artistiques en lien avec les migrations contemporaines. Elle anime le projet Radio Fréquences Monde. https://attacafa.com/radio-frequence-monde/

Léa Drouet est metteuse en scène. Elle est installée et travaille à Bruxelles depuis 2010. Son travail prend différentes formes et circule entre l’installation, le théâtre et la performance. Elle fonde VAISSEAU en 2014, une structure de production qui tente de s’adapter aux différentes propositions, aux différents formats expérimentés et ceux encore à venir. Malgré la diversité des formes proposées, on perçoit son intérêt constant pour certaines questions. Comment peut-on faire basculer des problématiques des sciences humaines dans le régime du sensible, du sonore, du corporel et de la matière ? Comment partager des expériences esthétiques qui traduisent différentes problématiques politiques et sociales. En 2020 elle devient coordinatrice artistique du théâtre de l’Atelier 210 à Bruxelles. En 2020, en collaboration avec la philosophe et dramaturge Camille Louis, elle crée la pièce Violences. Mêlant l’histoire de deux petites filles déplacées (Mado, grand mère de la metteuse en scène, qui a fui le rafle du Vel d’hiv et Mawda, enfant kurde de 2 ans, qui fut tuée à la frontière belge par la police, en 2018), elles tentent de rendre visible les injustices mais aussi toutes les formes de résistance, de combats des mémoire comme de luttes pour une autre Histoire qui se trouvent soit tues soit recouvertes par les imageries de « violences ». Il s’agit ici de déplacer le conflit en « armant » un regard capable de voir au-delà des fixations identitaires et des représentations assignantes. http://vaisseau-leadrouet.com/travaux/violences/

Nicolas Klausser a effectué une thèse portant sur l’accès au statut juridique d’étranger gravement malade, réalisée au Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (CREDOF, Université Paris-Nanterre). Cette thèse, qui s’est partiellement déroulée dans le cadre d’une CIFRE à AIDES, met en évidence comment, au sein de la procédure de délivrance de titres de séjour pour soins, l’objectif de maîtrise des flux migratoires a pris le pas sur la protection de la santé de l’étranger. Il est actuellement postdoctorant en droit de la santé au CNRS (laboratoire Droit et changement social, Université de Nantes).

Camille Louis est philosophe, dramaturge et activiste. Elle a enseigné dans les universités Paris 8 et Paris 7 et plus régulièrement aujourd’hui dans les écoles ou lieux d’art. En 2009 elle co-crée, avec Laurie Bellanca, le collectif interdisciplinaire kom.post avec lequel elle multiplie les créations dramaturgiques entre plusieurs pays et au sein de contextes variés (théâtres, espace public, scènes alternatives…). Depuis 2016, elle est dramaturge associée à La Bellone, Bruxelles et le fut au théâtre Nanterre-Amandiers entre 2018 et 2021 où elle a notamment développé un cycle de rencontres au croisement de l’esthétique et du politique : « Mondes Possibles ». Ces croisements de monde et les alliances improbables qui s’y trament sont la matière première de recherche, d’écriture et d’activisme de Camille Louis. Ils s’incarnent tout autant dans ses créations, ses collaborations fortes avec Léa Drouet en particulier, ses essais, son premier livre La conspiration des enfants (paru dans la collection Perspectives critiques des PUF en Octobre 2021), que dans son engagement auprès des personnes exilées qu’elle mène entre la Grèce (Lesbos et Athènes) et la France (notamment avec l’association La casa).

Léo Manac’h est doctorant en anthropologie (Ceped, U. de Paris, ANRS, Institut Convergences Migrations), ses travaux portent sur les effets de la violence des politiques migratoires sur les subjectivités des personnes étrangères et sur l’organisation de résistances en prise avec le contexte répressif français. Sa thèse est consacrée à l’étude des mobilisations pour la défense des droits des personnes étrangères malades dans un contexte de restrictions progressives du droit au séjour pour soin. Ces restrictions sont comprises comme des politiques de découragement qui ciblent les personnes étrangères et les mobilisations politiques qui les soutiennent.

Image du bandeau : (c) @ Krasnyi Collective / Jérôme Peraya.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.