Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil –Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances

 

4 mai 2022  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier).

Lien zoom : https://univ-lille-
fr.zoom.us/j/99900960409?pwd=VFBtSkIrekd0SHd4QzBlSEVhakRXdz09
ID de réunion : 999 0096 0409 Code secret : 830178

avec : Anahita Bathaie (artiste), Marcia Tiburi  (philosophe et écrivaine, Université de Paris 8), Rada Iveković (philosophe, U. de Saint Etienne)

Coordination : Eugénia Vilela (philosophe), Université de Porto.

Dans un scénario de normalisation de la violence extrême, spécifique du monde contemporain, comment appréhender les métamorphoses des liens qui se créent, dans des formes de mobilisation sans territoire, entre les corps et les gestes des personnes en exil ? À l’intérieur de paysages discursifs performatifs créés par les politiques migratoires européennes et les politiques de déracinement des peuples autochtones  – politiques de brutalisation, d’expulsion, d’invisibilisation et de mise à mort – comment appréhender l’urgence politique des forces de mobilisation qui se créent à partir des actions spécifiques d’expulsion – pushback – des personnes en exil aux frontières de l’Europe et des peuples indigènes au Brésil, aux frontières de leurs terres ancestrales ? Comment les corps exilés / expulsés, génèrent des gestes-force par lesquels un collectif humain reprend ses droits à la vie ? Comment comprendre la composition affective et perceptive des mobilisations créés par de multiples formes de résistance qui relient des peuples, des cultures et des continents différents ? Quelles mémoires, imaginations et actions sont mobilisées pour consolider l’ancrage des luttes, par les corps et les gestes singuliers des personnes qui vivent le déracinement (Weil) ? Comment penser la singularité des mobilisations dans un mouvement intensifié par la polyphonie des voix ? Si les corps portent, en eux, la subjectivité singulière des gestes de résistance, comment penser la force politique, esthétique et éthique d’une puissance d’agir qui est à l’origine de toutes les luttes ? Comment témoigner des différentes manières de se confronter au monde par des luttes et des formes de résistance qui mobilisent les corps et les gestes ? La séance questionnera comment les différentes formes de convocation d’un espace-temps commun – la mobilisation – peuvent constituer des actions politiques et esthétiques créés par les corps et les gestes des personnes en exil.

Présentation des intervenant·es

Anahita Bathaie est artiste plasticienne. Née en 1973 en Iran, arrivé en France 1985, elle vit et travaille à Paris et Amiens. Son travail artistique, se déploie à la croisée des arts plastiques, de la performance et de l’installation. Anahita Bathaie développe un travail centré sur le corps et le langage, inspiré par des questions politiques, mémorielles et territoriales. Elle fait le choix esthétique d’utiliser principalement le noir et le blanc dans ses photographies, vidéos, dessins et collages, et empreintes corporelles, notamment en s’enduisant le corps d’encre de chine ou de lait. A travers une constante dichotomie entre le clair et l’obscur, usant de forts contrastes entre des noirs très doux et des blancs lactés violents, elle interroge les dualités et les langages plurielles qui l’habitent.  Son parcours de femme artiste aux appartenances multiples, la mène à questionner le trait d’union entre une mémoire collective et intime, entre une narration universelle et singulière des femmes déplacées.  Elle a été exposée à de nombreuses occasions, notamment à la galerie Premier Regard (Paris, 2006), à la galerie The Heder (Tel-Aviv, 2007), au Musée Berardo (Lisbonne, 2008), au Centre d’art Le Lait (Castres, 2009), au Centre Pompidou (Paris, 2010) à la galerie ALB (2015), à la Maison de l’Architecture, à Klapeida (Lituanie, 2016), au Safran Amiens (2016) Lointain Proche au Centre d’art contemporain Tignous (2022) et en ce moment à La galerie Fernand Léger à Ivry-sur-Seine (2022). 

Eugénia Vilela est professeure des Universités au Département de Philosophie de la Faculté de Lettres de l’Université de Porto (Portugal). Elle a obtenu sa licence et son master de Philosophie à l’Université de Porto. Docteur en Philosophie de l’Université de Porto, elle est directrice du Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto | FCT. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie Contemporaine et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon, Afrontamento, Porto, 2010 ; Du corps équivoque, Angelus Novus, Braga, 1998. Elle a dirigé les ouvrages collectifs Borders, Displacement and Creation. Questioning the Contemporary, FLUP, Porto, 2018; Performances no Contemporâneo, FLUP, Porto, 2018; Unframing Archives. Essays on Cinema and Visual Arts, FLUP, Porto, 2018; Estética e Artes IV, Afrontamento, Porto, 2012; Cartografias. Estética e Artes III, Afrontamento, Porto, 2012; Sismografias. Estética e Artes II; Arquipélagos de Sentido. Estética e Artes I, Afrontamento, Porto, 2011. Directrice des collections «Estética, Política e Artes» et «Máquinas de Guerra. Filosofia e Arte», publiées par la Faculté de Lettres de l’Université de Porto. Elle est membre du Comité Scientifique du Réseau International TERRA, et membre du programme  « Non-lieux de l’exil ». Son travail se développe dans l’espace de l’intersection entre la philosophie politique contemporaine, l’esthétique et l’art.

Marcia Tiburi est philosophe, écrivain et professeur. Elle a obtenu sa licence et son master de Philosophie à l’Université Catholique de Rio Grande do Sul, puis son doctorat de Philosophie à l’Université Fédérale de Rio Grande do Sul. Elle est titulaire d’un diplôme d’arts visuels de l’UFRGS, suivi d’un séjour post-doctoral en arts à l’Institut des Arts de l’Université de Campinas, au Brésil. Elle a enseigné dans diverses universités et institutions supérieures brésiliennes. Sa trajectoire professionnelle a été principalement celle d’un professeur de philosophie et d’un écrivain de romans. Ces dernières années, elle a repris son travail avec les arts visuels en réunissant son travail théorique, littéraire et visuel. Aujourd’hui, elle est Professeur à l’Université de Paris 8 au Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie, chercheuse et artiste (Labo AIAC – EPHA – Paris 8), soutenu par le programme Pause et l’Artist Protection Fund de l’Institut of International Education. Elle a effectué une résidence littéraire en tant qu’écrivain réfugié à City Of Asylum à Pittsburgh (janvier/2018 à mars/2019). Ses travaux portent sur la philosophie contemporaine, en particulier l’esthétique, l’éthique et la théorie critique. Elle mène également des recherches sur philosophie sociale et politique, philosophie et littérature, genre et féminisme, philosophie du langage. Parmi ses derniers livres: Como derrotar o Turbotecnomachonazifascismo, Rio de Janeiro, Record, 2020; Il contrario della solitudine. Manifesto per un femminismo in comune, Firenze, Effequ, 2020; Delírio do Poder. Psicopoder e Loucura Coletiva na era da Desinformação, Rio de Janeiro, Record, 2019. Feminismo em Comum (9e éd.) Rio de Janeiro, Rosa dos Tempos, 2018; Ridículo Político (3e éd.), Rio de Janeiro, Record, 2017. 

Rada Iveković est philosophe. Elle travaille et vit à Paris. Elle a fréquenté l’école à Belgrade, est diplômée de la Faculté de Philosophie de l’Université de Zagreb, a obtenu son doctorat à l’Université de Delhi et son habilitation à l’Université de Paris 8. Elle a enseigné en tant que professeure de philosophie à plusieurs universités en France et à l’étranger. Entre autres, elle a enseigné aux universités de Zagreb, de Paris 8 et de Saint-Étienne. Elle a été Senior Research Fellow à l’Asia Research Institute, National University of Singapore (2013). Directrice de Programme au Collège International de Philosophie, Paris (2004-2010). Elle est membre de l’équipe éditoriale du réseau scientifique TERRA. Ses intérêts de recherche et intellectuels comprennent, entre autres, les philosophies comparées et asiatiques, la philosophie politique, la théorie et la philosophie féministes. Derniers livres :  Migration, New Nationalisms and Populism. An Epistemological Perspective on the Closure of Rich Countries, London, Birkbeck Law Press, Routledge, 2022; Politiques de la traduction. Exercices de partage, Paris-Marseille, TERRA-HN Collection “SHS” 2019, ebook en accès libre : http://www.reseau-terra.eu/IMG/pdf/-5.pdf ; Les citoyens manquants, Marseille, Al Dante 2015 ; Refugié-e-s. Les jetables, Paris, Al Dante 2016.

Image du bandeau : Anahita Bathaie, la boucle, 2022 (courtoisie)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.