Politiques de l’exil 2022-2023- Co-constructions & frictions, programme du séminaire

Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions

Programme et argumentaire

Les recherches sur les phénomènes migratoires et exiliques, c’est à dire dans les espaces actuels et les temporalités parfois longues des expériences, dans leur double dimension politique et subjective, se fondent de plus en plus fréquemment sur des méthodologies collaboratives : programmes de recherche-action, de recherche appliquée et impliquée,  militante. Elles interrogent ainsi les rapports entre acteurs – exilés, solidaires, institutionnels, chercheurs et chercheuses compris – ; les positionnements de chacun.e et leur place ; les méthodologies multi et transdisciplinaires, la représentation, dans son sens esthétique comme politique, des personnes exilées ou qui demeurent, sur le territoire national, frappées du stigmate de l’exil. 

Pourtant et quelle que soit la puissance épistémologique des méthodologies féministes, intersectionnelles, non hégémoniques, ces collaborations ou, plus encore, ces co-constructions de pratiques et de savoirs n’esquivent pas les frictions – selon le concept d’Anna Tsing (2020)  tout ce qui oblige à se frotter à des épreuves multiples mettant en jeu les standards de la perception et des jugements normatifs. La question des cadres normatifs, et partant des attentes et projections, apparaît centrale, tout autant que des espaces de confrontation et d’invention : zones de contact (Pratt 1991) ou zones grises, parfois asymétriques.

 Dans une période où les politiques xénophobes s’affirment de plus en plus menaçantes à l’échelle mondiale comme aux échelles nationales et locales, il semble nécessaire, à partir de cette pluralité même, d’élaborer des stratégies communes, pour que la recherche puisse avoir valeur d’outil de  réflexion et d’action avec ses différents partenaires sur les terrains de l’exil. En s’appuyant sur deux manifestations réunissant différents acteurs – Savoirs et territoires partagés, Briançon mai 2021, et Fabrique d’agirs, Calais mai 2022 – ainsi que sur le programme Co-Front (ICM), le séminaire Non-lieux de l’exil voudrait, pour sa 12ème année, questionner pratiques et frictions qui se produisent autour des politiques de l’exil et mettre en débat de nouvelles épistémologies collaboratives en croisant terrains, pensées et actions liés à l’expérience plurifocale des frontières.

Programme des séances

Chaque séance est coordonnée par plusieurs membres du collectif.. Sauf exception indiquée, toutes les séances auront lieu de 17 à 20 h. au 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de conférence, rez de chaussée)  Des séances ou événements hors les murs seront rajoutés. Toutes les séances feront l’objet d’une annonce spécifique (via la liste NLE du réseau Terra-HN, ce carnet hypothèses et la page facebook associée)

– 14 décembre 2022 – Politiques de l’exil : Co-constructions & frictions, séance introductive (coord. A. Galitzine-Loumpet, Léo Manac’h, Saskia Cousin) – avec Maël Galisson (GISTI), Izabela Wagner (sociologue Collegium Civitas Varsovie, ICM), Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Crash)

– 11 janvier 2023  –  Politiques de l’exil, Co-constructions & frictions  : Politique et ordre des  langues (coord. Alexandra Galitzine-Loumpet, Hayatte Lakraâ) – avec Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (anthropologue, PU Inalco, ICM – programme Liminal & Migralect.org), Emmanuelle Gallienne (Association Kolone) – Filmon Ghebrezgabher (interprête-médiateur, contributeur Migralect.org)

8 février – Politiques de l’exil, co-constructions & frictions : pédagogie et transmissions (coord. Emilie Da Lage, Sophie Djigo, Hayatte Lakraâ)- avec Céline Cantat (sociologue, Sciences Po, ICM), Bchira Ben Nia (DU H2M, Inalco), Sophie Djigo (Philosophe, classes préparatoires) (en visio), Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, Cessma,  ICM & DU H2M) et Saskia Cousin  (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre, ICM)

8 mars – Politiques de l’exil, co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques (coord. Laure Wolmark, Léo Manac’h)  – avec Paola  Bacchetta (Pr. of Gender & Women’s Studies at University of California, Berkeley) , Nino  S. Dufour (traducteur indépendant) , Mathilde Kiening (psychologue, doctorante en psychanalyse), Camille Schmoll (géographe, EHESS)

– 12 avril – Co-constructions & frictions,  quartiers populaires (Coord. Anne-Laure Amihlat-Szary, Christiane Vollaire, Saskia Cousin) avec Fatima Ouassak (politologue, militante antiraciste et féministe), Marion Carrel  (sociologue, Université de Lille, CeRIES), Fabien Truong (sociologue, Université de Paris 8)

10 mai – Co-construction et frictions,  art et luttes contre l’extractivisme (Coord. Emilie Da Lage, Anne-Laure Amilhat-Szary, Eugenia Vilela)  avec Milady Renoir (recherche-action, asbl CFS – Université Populaire), Modou Ndiaye (chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique), Camille Louis (Philosophe, dramaturge, KomPost)

14 juin – Co-constructions & frictions ,  Psychologie,  antiracisme et exil (Coord. Laure Wolmark, Léo Manac’h), avec Sophie Mendelsohn  (psychanalyste, Collectif de Pantin), Michaëla Danjé (écrivaine, chercheuse, documentariste, rapeuse, collectif Cases Rebelles), Ana Gebrim (psychanalyste, École de Sociologie et Politique de São Paulo)

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245), le Sophiapol (Université de Nanterre) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

Image du bandeau : Détail d’une oeuvre de Denyse Thomasos, Art Gallery of Ontario, cliché ALG. oct.2022



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2022, 2 décembre). Politiques de l’exil 2022-2023- Co-constructions & frictions, programme du séminaire. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/scgx

6 réflexions sur « Politiques de l’exil 2022-2023- Co-constructions & frictions, programme du séminaire »

    1. Oui. Selon la situation (poursuite de la grève ou non) ce sera en présentiel + visio, ou en visio uniquement. Ce sera précisé sur ce billet. Le lien visio est disponible 48h avant sur le même billet. Cordialement

  1. Bonjour, Bravo pour ce magnifique programme. Est-ce qu ‘il y aura une possibilité d’écouter en distanciel?

    1. Bonjour, merci de votre intérêt. Oui il sera possible d’écouter en distanciel, même si nous favorisons le présentiel et l’échange direct. A vous écouter. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.