Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions, séance introductive, 14 déc. 2022, 17-20h

Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions, séance introductive.

14 décembre 2022, 17-20h,  salle 2, Collège de France, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

en accès libre- en présentiel de préférence mais avec lien zoom   

Séance coordonnée et introduite par : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue CESSMA, Sophiapol, ICM), Léo Manac’h (doctorant au CEPED, U. de Paris-Cité, ICM)  & Saskia Cousin (Sociologue, Sophiapol, ICM) . Avec

Maël Galisson (GISTI)  – A la frontière : entre recherche, activisme et journalisme, quelques partages d’expériences sur Calais

Izabela Wagner (sociologue Collegium Civitas Varsovie, ICM) La vie en urgence, les chercheur.e.s en action dans la forêt de Białowieża (frontière polono-biélorusse) (en visio)** (collecte du groupe Granica, voir plus bas)

Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Crash)- Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement.

La première séance du séminaire de cette année est consacrée à l’esquisse de plusieurs définitions de co-constructions de savoirs aux frontières. Comment, à partir de positions différentes et souvent inégalitaires entre acteurs de la frontière, est-il possible de construire un savoir commun ? Quel est le statut de ces savoirs et quels sont leurs usages, politiques, scientifiques, mémoriaux ? Quelles contre-archives des politiques migratoires répressives et de leurs effets délétères sommes-nous collectivement en capacité de faire exister ? Nous reviendrons sur l’expérience des Fabriques d’agirs qui se sont déroulées à Calais en mai 2022 et qui ont rassemblé exilé·es, militant·es et chercheur·ses avant de présenter plusieurs recherches collectives actuelles aux frontières ainsi que d’autres situations de co-constructions et co-élaborations.

** A la suite de la communication d’Izabela Wagner plusieurs personnes ont demandé les coordonnées de la collecte du  Groupe Granica (frontière) qui oeuvre à la frontière polono-biélorusse. Nous le partageons en remerciant Izabela Wagner. Les besoins sont immenses.

Présentation des intervenant.e.s

Saskia COUSIN est anthropologue et sociologue HDR, professeure de sociologie au Sophiapol, Université de Nanterre. Ses travaux portent sur les économies de l’altérité, soit la manière dont les altérités imaginées se constituent et qualifient les agents (humains ou non humains), les relations sociales, les échanges, la circulation de personnes, de biens et de prestations. Au Bénin, en France, et au Sénégal, elle observe plus particulièrement la production, la circulation et la consommation des images et des savoirs sur l’altérité dans différents contextes vécus comme des « contact zones » : tourisme, coopération internationale, bidonvilles, plateformes d’hospitalité et réseaux de solidarité…. S’appuyant sur des observations participantes au sein des réseaux de solidarité de la Seine-Saint-Denis, elle interroge ainsi les imaginaires ambivalents associés à la question des marges, du recyclage, de l’hospitalité et de l’exil, de l’habiter et de l’habitat temporaire.

Maël GALISSON. Membre du Gisti (Groupe d’Information et de Soutien des Immigré·es), Maël Galisson a été coordinateur de 2012 à 2015 de la Plateforme des Soutiens aux Migrant·es (PSM), un réseau d’associations locales de soutien aux personnes exilées bloquées à la frontière franco-britannique. Depuis 2015, il mène un travail d’enquête sur les personnes exilées mortes dans la zone frontière France/Belgique/Royaume-Uni. Parmi ses écrits et travaux : « Frontière franco-anglaise : enquête sur la mort d’une enfant kurde » CQFD · 4 mars 2022 ; « Calais ou l’escalade répressive » Plein droit n°129 · 1 juin 2021;  « À Calais, exils et résistances », Cause commune · 1 mars 2019; « Voir Calais et mourir », Plein droit numéro 109 · 1 juin 2016 ; Liste et cartographie des victimes de la frontière France/Belgique/Royaume-Uni.

Alexandra GALITZINE-LOUMPET, est anthropologue HDR, membre du CESSMA (UMR 245), du Sophiapol (U. de Nanterre) et de l’ICM. Elle travaille sur l’expériences, les subjectivités, la culture matérielle de la migration et de l’exil. Parmi ses récentes publications : L’objet de la migration, le sujet dans l’exil (eds avec C. Alexandre Garner), Presses universitaires de Nanterre 2020 et Lingua (non) grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (eds avec M.C. Saglio-Yatzimirsky), Presses de l’Inalco, 2022, en accès libre sur open edition.

Léo MANAC’H est doctorant en anthropologie (Ceped, U. de Paris, ANRS, Institut Convergences Migrations), ses travaux portent sur les effets de la violence des politiques migratoires sur les subjectivités des personnes étrangères et sur l’organisation de résistances en prise avec le contexte répressif français. Sa thèse est consacrée à l’étude des mobilisations pour la défense des droits des personnes étrangères malades dans un contexte de restrictions progressives du droit au séjour pour soin.    Parmi ses dernières publications  (avec Amira Yahiaoui) « L’enfermement des étrangers en France : une clinique du non-lieu ? Perspectives comparatives entre psychanalyse et anthropologie », Recherches en psychanalyse, vol. 31, no. 1, 2021, p. 24-43;   in Huët Romain (dir.). De si violentes fatigues. Les devenirs politiques de l’épuisement politique, Paris, PUF, 2021;  « Un sas de confinement pour les “dublinés” », Plein droit, no. 122, octobre 2019, p. 26–29;  « Faire face aux politiques de découragement », Savoirs des luttes, luttes des savoirs [carnet de recherche], 27 mars 2019 [   et Huët, et Manac’h,  « Expérience de l’exil, de la précarité et performativité politique. Un questionnement philosophique sur l’expérience sociale de “l’exilé” »Implications philosophiques, 2018 [en ligne]

Izabela WAGNER, professeure de sociologie HDR au Collegium Civitas à Varsovie, fellow de l’Institut Convergence Migration et chercheuse associée à Sophiapol (Paris X Nanterre). Après des travaux portant sur les carrières de musiciens virtuoses (thèse EHESS, 2006), et les carrières scientifiques  (HDR, 2012), elle étudie les carrières de sociologues. Ces travaux mobilisant la méthode ethnographique, l’approche biographique et le travail d’archives lient l’anthropologie, la sociologie et l’histoire. Depuis 2017, Izabela Wagner étudie la migration forcée (les camps de réfugiés et les parcours d’exilé.e.s en Europe). Activiste, militante pour la cause des exilé.e.s, elle poursuit son activité de sociologue public (articles dans la presse générale, surtout en Pologne). Elle est auteure entre autres de “Producing Excellence. The Making of Virtuoso” (Rutgers UP 2015) et “Bauman. A Biography” (Polity 2020). Elle a co-écrit avec Mariusz Finkielsztein un article sur l‘ennui dans les camps et publié un essai portant sur son expérience de “ciné club”  dans un camps de réfugies .

Laure WOLMARK est psychologue, chercheuse au Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (Crash / Fondation MSF).   Elle a été volontaire pour Médecins sans Frontières dans des contextes de violence et de conflits armés. Elle a travaillé jusqu’en 2021 au Comede (Comité pour la santé pour les exilé·e·s) en tant que psychothérapeute et coordinatrice nationale du pôle santé mentale. Ses recherches et sa pratique s’inscrivent dans le champ de la clinique de l’exil, du trauma et de la psychologie humanitaire. Parmi ses publications :  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» (Journal des Anthropologues, déc. 2018), “Transmettre pour exister: la fonction des récits traumatiques”, dans l’ouvrage collectif  Violence et récit (ed. Hermann, dir. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky.) et  “Géopolitique de l’exil. Hommes exilés victimes de violences liées au genre et trauma complexe” (Revue l’Autre, 2022, avec Muriel Bamberger).

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche*, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

Image du bandeau : Détail d’une oeuvre de Denyse Thomasos, Art Gallery of Ontario, cliché ALG. oct.2022


Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2022, 7 décembre). Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions, séance introductive, 14 déc. 2022, 17-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/scgy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.