Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions – Politique et ordre des langues

11 janvier 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence 

lien zoom  :  

 

Séance coordonnée et introduite par : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue Cessma & Sophiapol, ICM) & Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco) .  Avec :

  • Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (anthropologue, PU Inalco, ICM – programme Liminal & Migralect.org)
  • Emmanuelle Gallienne (Association Kolone) – Désarmer le français
  • Filmon Ghebrezgabher (interprête-médiateur, contributeur à la base de données Migralect.org)

Comment analyser les politiques de la “langue de souveraineté” du pays hôte face aux langues des personnes en exil, face au multilinguisme ou au plurilinguisme constitutif des situations de migration ? Ces politiques véhiculent des catégories politico-administratives et des constructions coloniales et post coloniales de l’étranger  – en ce sens elles sont un lieu central de la subalternisation et ne cessent de produire des frontières.  Elles interrogent la position et les engagements des acteurs (chercheurs, associations, soutiens, militants),  et des personnes en exil  face à un français “désarmé” dans les situations de violence et de luttes collectives. Peut-on en effet ignorer, éthiquement et épistémologiquement, ce qui échappe lorsque l’on ne parle pas la langue des personnes concernées, les frictions engendrées ?   “Comment restituer la gravité d’un « I’m not good » quand celui qui l’exprime n’a pas beaucoup d’adjectifs pour nommer une douleur ? “ interroge également Léo Manac’h (2022).  Les dangers sont grands, en effet, de reproduire ce que l’on prétend éviter, une « complicité objective » dans l’ethnocentrisme ou encore la perception de la maitrise du français comme un “manque”, déjà évoqués par Abdelmalek Sayad (2012). Comment franchir les barrières de la langue, bricoler avec et entre, reconnaître enfin dans les langues – et partant dans les paroles –  leurs puissances et résistances ?  Cette question s’étend également à la “langue critique” des mondes académiques de plus en plus attaqués par des éléments de langages euphémisants ou violents.  L’importance des pluralités de langues et de langages, et partant, des positionnements, apparait ainsi centrale pour déjouer “l’ordre de la langue” (Canut 2022) .

Cette séance met en discussion les politiques des langues en s’appuyant sur un ouvrage collectif récemment paru Lingua(non)grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (Presses de l’Inalco, 2022, en accès libre), et en faisant place à différentes expériences d’associations et d’interprètes-médiateurs et de chercheuses et chercheurs.

Présentation des intervenant.e.s

Alexandra GALITZINE-LOUMPET, est anthropologue HDR, membre du Cessma (UMR 245), du Sophiapol (U. de Nanterre) et de l’ICM. Elle travaille sur l’expériences, les subjectivités, la culture matérielle de la migration et de l’exil. Parmi ses récentes publications : L’objet de la migration, le sujet dans l’exil (eds avec C. Alexandre Garner), Presses universitaires de Nanterre 2020 et Lingua (non) grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (eds avec M.C. Saglio-Yatzimirsky), Presses de l’Inalco, 2022, en accès libre sur open edition.

Emmanuelle GALLIENNE,  est  directrice de l’association Kolone qui enseigne le français aux étrangers à Paris depuis 2011. Dans une série de chroniques dans la revue Vacarme, entre 2011 et 2018, elle rend compte des subjectivités de personnes exilées et de la façon dont ces vies l’affectent et la changent. Sensible aux imaginaires et au dialogue étrange qui se construit en situation de migration, elle suscite, dans les projets de l’association, des espaces décentrés du français où les langues étrangères se parlent, s’exposent, se traduisent, s’affichent. Direction d’ouvrage collectif : En Français! Un abécédaire à l’usage du pays nouveau, Kolone éd. 2017.

Filmon GHEBREZGABHER  est interprète-médiateur. Ancien étudiant du DU H2M, il a collaboré au lexique tigrinya (avec Aman Mohamed Saïd et Samson Giorgis) de Migralect.org.

Hayatte LAKRAA a enseigné au Modern Language Centre et a fait partie du Migration Research Group à King’s College Londres avant de rejoindre l’équipe du DU H2M à l’Inalco. Elle a mené des terrains de recherche dans le sud de l’Italie, à la frontière Calais-Douvres et au Home Office. Elle a contribué à Lingua(non)grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration  (Presses de l’Inalco 2022)

Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY  est  Professeur des Universités en anthropologie sociale à L’INALCO, Département Asie du Sud,  et chercheur statutaire au Centre d’Etudes en  Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA, UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO).  Elle est la directrice adjointe de l’Institut Convergences Migrations. Parmi ses dernières publications, l’édition scientifique et plusieurs contributions de Lingua(non)grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration  (Presses de l’Inalco 2022), Violence et récit, dire, traduire, transmettre la violence et l’exil (ed. scientifique, Hermann 2020), ains que Traduire l’exil, Plein Droit mars 2020 (avec A. Galitzine-Loumpet)

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

Image du bandeau : “The Tower of Babel”,  Denyse Thomasos, Art Gallery of Ontario, cliché ALG. oct.2022



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2022, 26 décembre). Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/scgz

4 réflexions sur « Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h »

    1. Bonjour, le lien visio est disponible sur le billet d’annonce de la séance 48h avant. Il n’y a pas besoin d’inscription : vous pouvez simplement vous connecter. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.