Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions

8 février 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence,  lien zoom : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/94389100768?pwd=aHpTUG43a3BTZTZDT2FzQjZuVUtYZz09

(attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da-Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Sophie Djigo (classe préparatoire, lycée Watteau  Valenciennes) et Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco)

Avec : 

  • Céline Cantat (sociologue, Sciences Po, ICM)
  • Bchira Ben Nia (DU H2M, Inalco)
  • Sophie Djigo (Philosophe, classes préparatoires) (en visio)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, Cessma, Sophiapol, ICM & DU H2M) et Saskia Cousin  (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre, ICM) 

Argumentaire

Depuis quelques années, des dispositifs pédagogiques spécifiques et des formations spécialisées ont été mis en oeuvre pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des étudiant.es en exil (DU Passerelles). Des associations et collectifs regroupent des étudiants en exil et demandent un statut spécifique. D’autres expériences  valorisent les compétences des personnes exilées, notamment les compétences linguistiques et celles issues de l’expérience de migration ( DU H2M – 2019, DU Dialogues-2021, DU Frontières – 2022). 

Ces expériences et dispositifs pédagogiques apparaissent  comme des « objets frontières » au sens de Susan Leigh Star (Star S.L., Griesemer J. 1989), c’est à dire des dispositifs qui permettent de collaborer en réunissant plusieurs visées qui ne se recouvrent pas:  innovation pédagogique dans une université sous pression néolibérale ; reconnaissance d’un métier dans un univers converti au “suivi qualité des formations” ; formation de personnel qualifié et développement des stages pour des associations qui possèdent des modes de faire, des histoires et des ambitions différents ; espace de recherche-action ; espace de formation et de qualification pour des personnes dont les savoirs sont souvent subalternisés. 

Ces formations peuvent être envisagées comme des dispositifs de mise en relation et des résultats de “frictions” (Tsing 2020), comme un cadre pour la production de savoir partagé produit  dans une asymétrie de positions obligeant à un travail réflexif sur le positionnement des formateur.ices  que des étudiant.e.s. Ces “zones de friction” entre  dynamique pédagogique, sociale, administrative voire matérielle interrogent l’autonomie des étudiant.es, au statut souvent précaire, mais également les attentes des formateur.ice.s. La réflexivité est nécessaire si l’on veut faire apparaître ces savoirs de la rencontre et de la médiation et les reconnaître sans les capter, les partager sans les détruire. 

Cette séance s’organisera en trois temps. Un premier temps pour comprendre les enjeux de l’accueil des étudiant.es en exil et de l’émergence de cette catégorie dans les politiques universitaires. Un second temps abordera plus spécifiquement les enjeux portés par les Diplômes universitaires (D.U.) de médiation interprétation. Enfin nous reviendrons avec Sophie Djigo sur les attaques auxquelles doivent faire face les enseignant.es, chercheuses et chercheurs qui travaillent sur l’exil aujourd’hui.

Intervenantes : 

Bchira BEN NIA . Titulaire d’un Master de recherche en histoire de la  Faculté des Lettres, des Arts et  des Humanités de la Manouba en Tunisie et du Diplôme universitaire professionnel Hospitalité, Médiations, Migrations à l’INALCO. Actuellement chargée de valorisation et des stages pour le DU H2M.

Céline CANTAT est sociologue. Elle coordonne les masters « Politiques Environnementales » et « Governance Énergétique Internationale » à la Paris School of International Affairs à Sciences Po. Elle est docteure de l’Université d’East London, et a été post-doc en tant que Marie Curie Fellow à CEU à Budapest puis au CERI (Sciences-po) au sein du projet H2020 MAGYC. Ses travaux portent sur les migrations, l’action humanitaire, les mobilisations de solidarité avec les exilé.e.s, mais aussi les politiques d’accès à l’université. Parmi ses dernières publications  sur la thématique de la séance : Céline Cantat, Ian M. Cook et Prem Kumar Rajaram (dir.), Opening Up the University : Teaching and Learning with Refugees.  Berghahn Books, 2022. 

Saskia COUSIN est anthropologue et sociologue HDR, professeure de sociologie au Sophiapol, Université de Nanterre, affiliée à l’Institut Convergences Migrations. Ses travaux portent sur les économies de l’altérité, soit la manière dont les altérités imaginées se constituent et qualifient les agents (humains ou non humains), les relations sociales, les échanges, la circulation de personnes, de biens et de prestations. Au Bénin, en France, et au Sénégal, elle observe plus particulièrement la production, la circulation et la consommation des images et des savoirs sur l’altérité dans différents contextes vécus comme des « contact zones » : tourisme, coopération internationale, bidonvilles, plateformes d’hospitalité et réseaux de solidarité….  Elle a activement, avec Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky,  contribué à la création du DU H2M aujourd’hui à l’Inalco, et avant cela à la mise en place du projet Migrantour, réunissant étudiant.e.s et exilé.e.s. 

Emilie DA LAGE est enseignante-chercheuse, professeure en Sciences de l’Information et de la communication à l’Université de Lille, Laboratoire GERiiCO,  membre des Non-Lieux de l’Exil et coordinatrice pédagogique du DU Médiation et Interprétation aux frontières (U. de Lille, PSM). Elle est également fellow de l’ICM. Parmi ses publications sur ce thème : Da Lage, E. (2020) «Fieldwork turning blind eyes», in Le Marec, Joëlle ; du Plessis, Hester (dir.), Savoirs de la Précarité /knowledge from precarity, Editions des archives contemporaines, Coll. «Etudes des sciences et Histoire des techniques».

Sophie DJIGO est professeure de philosophie en classe préparatoire au lycée Watteau à Valenciennes. Elle s’inscrit dans le mouvement de la “philosophie de terrain”. Elle est l’auteure de Les migrants de Calais, enquête sur l’éthique de la vie en transit (Agone, 2016) et Aux Frontières de la Démocratie. De Calais à Londres, sur Les Traces Des Migrants (Le bord de l’eau, 2019). Elle est fondatrice de l’association “Migractions 59″qui propose des week end en famille aux exilé.es de Calais..

Alexandra GALITZINE-LOUMPET, est anthropologue HDR, membre du CESSMA (UMR 245), du Sophiapol (U. de Nanterre) et de l’ICM. Elle travaille sur l’expériences, les subjectivités, la culture matérielle de la migration et de l’exil. Parmi ses récentes publications : L’objet de la migration, le sujet dans l’exil (eds avec C. Alexandre Garner), Presses universitaires de Nanterre 2020 et Lingua (non) grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (eds avec M.C. Saglio-Yatzimirsky), Presses de l’Inalco, 2022, en accès libre sur open edition. Elle enseigne, depuis sa création, dans le DU H2M et est membre de la coordination pédagogique.

Hayatte LAKRAA a enseigné au Modern Language Centre et a fait partie du Migration Research Group à King’s College Londres avant de rejoindre l’équipe du DU H2M à l’Inalco. Elle a mené des terrains de recherche dans le sud de l’Italie, à la frontière Calais-Douvres et au Home Office. Elle a contribué à Lingua(non)grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration  (Presses de l’Inalco 2022)

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

Image du bandeau : Détail Kasimir Malevitch, Jaune & Noir, #58, 1916  



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 22 janvier). Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sch1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.