Co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques, 8 mars 2023

Co-constructions & frictions :  féminismes et savoirs situés non-hégémoniques

8 mars 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)(Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

en accès libre en présentiel ,  lien zoom ci-dessous (Attention, en raison de la grève, séance uniquement en viso)

Séance coordonnée et introduite par Léo Manac’h ( CEPED, U. de Paris-Cité, ICM) et Laure Wolmark (psychologue, Crash-MSF)

Avec :

  • Paola  Bacchetta (Pr. of Gender & Women’s Studies at University of California, Berkeley) Théories-Méthodes de Gloria Anzaldúa et les sciences sociales : Autohistoria-teoria, Conoscimiento, Desconoscimiento”
  • Nino  S. Dufour (traducteur indépendant) « Terres Frontalières/La Fronterade Gloria Anzaldúa : pour une traduction située »
  • Mathilde Kiening (psychologue, doctorante en psychanalyse) « Cheminer avec le trouble : les “psys” et les personnes exilées queer »
  • Camille Schmoll (géographe, EHESS) L’éthique féministe de la recherche sur les migrations”

Le champ des études féministes a précocement formulé l’enjeu de la reproduction des dominations dans la constitution des savoirs en s’interrogeant sur la place du sujet qui les produit (Hartsock 1983 ; Harding 1986). Situer le lieu d’où l’on parle et d’où l’on observe le monde pour le restituer permet de sortir d’une « épistémologie du point zéro » (Castro-Gomez 2005) aussi aveugle à la diversité des lieux d’énonciation que susceptible de reproduire des points de vue hégémoniques blancs, masculins, hétérosexuels et cis.

Cette séance des Non-lieux de l’exil invite les intervenant·e·s à présenter leurs objets de travail et de recherche à partir de leurs positionnements éthiques, politiques et émotionnels, pour mieux rendre sensibles les intersections des dominations, ainsi que leurs points de subversion.

Présentation des Intervenant·es

Paola  BACCHETTA est professeure au Département d’études sur le genre et les femmes à l’Université de Californie à Berkeley. Elle a été la première directrice du Gender Consortium à Berkeley. Elle est co-coordinatrice du réseau (transnational) Decolonizing Sexualities. Ses sujets de recherche et d’enseignement portent sur:  les théories décoloniales féministes et queers; théories  lesbiennes et queers of color; épistémologies du(des) sud(s) global(aux); théories des multiples relations de pouvoir (y compris ses propres concepts de co-formations et de co-productions); l’archivage ; l’extrême droiteParmi ses ouvrages, citons : Co-Motion : On Power, Subjects, and Feminist and Queer Alliances (Duke University Press, à paraître) ; Global Raciality: Empire, Postcoloniality, and Decoloniality, coédité avec Sunaina Maira et Howard Winant (Routledge, 2019) ; Femminismi Queer Postcoloniali, coédité avec Laura Fantone (Vérone, Italie : Ombre Corte, 2015) ; Gender in the Hindu Nation (Delhi, Inde : Women Ink, 2004) ; Right-Wing Women: From Conservatives to Extremists around the World, coédité avec Margaret Power (Routledge, 2002); Fatima Mernissi for Our Times, coédité avec Minoo Moallem (Syracuse University Press, à paraître). Elle est membre cofondatrice et archiviste du groupe historique anticolonial, anticapitaliste et anti-impérialiste Dyketactics! sur lequel elle écrit actuellement un livre. Elle était responsable et guide pour Aunt Lute Press (la maison d’édition original du livre en anglais) de la version française de Terres Frontalières/ La Frontera : la nouvelle Mestiza de Gloria Anzaldúa et a elle a contribué des préfaces du livre en versions anglaise et française. Pour ses publications récentes, voir : http://berkeley.academia.edu/PaolaBacchetta

Nino S. DUFOUR est traducteur indépendant, de l’italien et de l’anglais vers le français. Après une formation en sciences humaines et sociales, études de genre et postcoloniales. Il pratique la traduction sous différentes formes : traduction technique, grâce à un passage par le master ILTS de l’université Paris-Diderot en 2015-2016, sous-titrage et traduction littéraire. Dans ses lectures personnelles comme dans son travail de traduction, il se passionne pour le large spectre de la littérature queer et féministe, de la fiction à la théorie queer, en passant par les memoirs et les autobiographies. Traductions récemment publiées : Terres Frontalières/La Frontera  la nouvelle mestiza de Gloria Anzaldúa, éditions Cambourakis et Les trente noms de la nuit, de Zeyn Joukhadar, éditions Rue de l’Échiquier.

Mathilde KIENING est diplômée d’un master en psychopathologie psychanalytique et doctorante Cifre au Comité pour la santé des exilé-e-s et à l’ED450 de l’Université de Paris. Sa thèse porte sur les productions de subjectivités et migrations forcées liées aux violences sexuelles. En parallèle, elle a mis en place un dispositif de soin et d’accueil en direction des personnes exilées queer au COMEDE.

Léo MANAC’H est doctorant en anthropologie (Ceped, U. de Paris, ANRS, Institut Convergences Migrations), ses travaux portent sur les effets de la violence des politiques migratoires sur les subjectivités des personnes étrangères et sur l’organisation de résistances en prise avec le contexte répressif français. Sa thèse est consacrée à l’étude des mobilisations pour la défense des droits des personnes étrangères malades dans un contexte de restrictions progressives du droit au séjour pour soin.  Parmi ses dernières publications : « “Pouvons-nous être amis ?” Nommer la relation entre bénévoles et exilés dans un Prahda » dans l’ouvrage collectif Lingua (non) grata – Langues, Violences et résistances dans les espaces de la migration (dir Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Inalco, 2022.) et  « L’enfermement des personnes étrangères en France : une clinique du hors-lieu ? Perspectives comparatives entre psychanalyse et anthropologie » (Revue Recherches en psychanalyse, 2021 avec Amira Yahiaoui).

Camille SCHMOLL est géographe, directrice d’études EHESS, fellow de l’ICM, membre de l’umr Géographie-cités et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Elle est notamment l’auteure de Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée (La découverte 2020, traduction en italien 2022), Migration, Urbanity and Cosmopolitanism in a Globalized World (co-direction, Imiscoe book series, Springer  2021) et de nombreux travaux sur les femmes en migration. site web

Laure WOLMARK est psychologue, chercheuse au Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (Crash / Fondation MSF). Elle a été volontaire pour Médecins sans Frontières dans des contextes de violence et de conflits armés. Elle a travaillé jusqu’en 2021 au Comede (Comité pour la santé pour les exilé·e·s) en tant que psychothérapeute et coordinatrice nationale du pôle santé mentale. Ses recherches et sa pratique s’inscrivent dans le champ de la clinique de l’exil, du trauma et de la psychologie humanitaire. Parmi ses publications :  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» (Journal des Anthropologues, déc. 2018), “Transmettre pour exister: la fonction des récits traumatiques”, dans l’ouvrage collectif  Violence et récit (ed. Hermann, dir. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky.) et “Géopolitique de l’exil. Hommes exilés victimes de violences liées au genre et trauma complexe” (Revue l’Autre, 2022, avec Muriel Bamberger).

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

Image du bandeau : Logo de la mobilisation marseillaise « pour un féminisme intersectionnel » du 25 novembre 2019, Maï Rasamy pour le RainbowShlag



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 21 février). Co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques, 8 mars 2023. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sch3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.