Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Luttes des exilé.e.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art

 

10 mai 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom : 

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92344410741?pwd=ODRVNXFMYkFqTUZQbjJTTldMMnRFUT09

ID de réunion : 923 4441 0741 / Code secret : 878356

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da Lage (Geriico, Université de Lille),  Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Eugenia Vilela (philosophe, groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge, Institut de Philosophie, Université de Porto)

Avec :

  • Milady Renoir (recherche-action, asbl CFS – Université Populaire)
  • Modou Ndiaye (chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique)
  • Camille Louis (Philosophe, dramaturge, KomPost)

Cette séance abordera les stratégies d’autodéfense face à une tendance à l’extractivisme des sujets exilés par le milieu de l’art et de la culture. 

Quelle éthique de relation peut être à l’oeuvre dans les projets artistiques avec des personnes exilées (spécifiquement sans papiers) ? Quel accueil peut être imaginé pour les personnes exilé.es dans les écoles supérieures et les lieux d’arts ? Enfin comment développer de bonnes pratiques administratives, juridiques pour envisager et concrétiser la participation des personnes sans papiers dans les projets artistiques, socio-culturels ?

Nous travaillerons ces enjeux à partir des réflexions et pistes d’actions ouvertes par le projet Exil-s et Création-s coordonné à Bruxelles par l’artiste Milady Renoir, Mamadou Taslim Diallo et Modou Ndiaye pour la voix des Sans Papiers Bruxelles et Céline Dujardin enseignante en école d’art. Plusieurs enseignant.e.s, responsables d’institutions artistiques, travailleuses-travailleurs culturels, artistes y sont engagées dont la philosophe et dramaturge Camille Louis.

Présentation des intervenant.e.s : 

Anne-Laure  AMILHAT-SZARY est géographe, professeure HDR à l’Université de Grenoble-Alpes, laboratoire CNRS Pacte (UMR 5194). Spécialiste de géographie politique, elle a mené des travaux sur les territorialités transfrontalières en Amérique Latine et en Europe et théorisé les approches de la frontière. Ce travail de consolidation des “border studies” en France se traduit par la structuration de réseaux nationaux et internationaux et de nombreuses publications, aboutissant à des recherches concernant les interrelations entre espace et art dans les lieux contestés, et notamment dans les espaces frontaliers. Elle a participé à la fondation du collectif “antiAtlas des frontières” qui envisage de manière inédite les mutations des mécanismes de contrôle aux frontières terrestres, maritimes, aériennes et virtuelles des États. Parmi ses publications : Après la frontière, avec les frontières : dynamiques transfrontalières en Europe, éd. de l’Aube, 2005 (avec M.-C. Fourny) ; Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, PUF, 2015 et (avec Victor Konrad) Border Culture : Theory, Imagination, Geopolitics Routledge, 2022.

Emilie DA LAGE est enseignante-chercheuse, professeure en Sciences de l’Information et de la communication à l’Université de Lille, Laboratoire GERiiCO,  membre des Non-Lieux de l’Exil et coordinatrice pédagogique du DU Médiation et Interprétation aux frontières (U. de Lille, PSM). Elle est également fellow de l’ICM. Parmi ses publications sur ce thème : Da Lage, E. (2020) «Fieldwork turning blind eyes», in Le Marec, Joëlle ; du Plessis, Hester (dir.), Savoirs de la Précarité /knowledge from precarity, Editions des archives contemporaines, Coll. «Etudes des sciences et Histoire des techniques».

Camille LOUIS est artiste dramaturge, co-initiatrice du collectif international kom.post (composé de chercheurs, artistes et activistes) et docteure en philosophie. Ses recherches se situent au croisement de l’art et de la politique et elles s’incarnent dans des propositions dramaturgiques qui visent à tordre les représentations et les assignations identitaires afin de créer des alliances improbables et des fabriques d’un monde commun non comme UN. Elle est membre du comité de pilotage du projet Exil-s Création-s. Elle a publié en 2021 aux PUF La conspiration des enfants. 

Modou NDIAYE est chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique, aussi coordinateur d’occupations de sans papiers à Bruxelles et ancien porte-parole de la coordination des sans papiers de Belgique.

Milady RENOIR travaille avec et autour de l’écriture, elle porte des propositions d’évènements reliés à l’écriture, ses rituels, la lecture ainsi que l’oralité qui les traversent (Nuit de la Poésie, masterclasses d’auteur.trice.s, soirées Slam, Poésie Sonore, …). Après 7 années de CoorDirection du Réseau Kalame, réseau professionnel des animateur.trice.s d’ateliers d’écriture, elle a entamé en 2017 une recherche action en Education Permanente auprès de l’asbl CFS – Université Populaire de Saint Gilles avec une question de recherche sur les outils de transmission de lutte des personnes Sans Papiers par elles et pour elles.

Eugénia VILELA  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres “Du corps équivoque” (1998) et “Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon” (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), le Sophiapol (Université de Nanterre) l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

Image du bandeau : Détail d’une oeuvre de Denyse Thomasos, Art Gallery of Ontario, cliché ALG. oct.2022



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 26 avril). Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sch5

Une réflexion sur « Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.