Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

Exil : conflictualité et émancipation

2023-2024

Un mercredi par mois, 17h-20h – voir ci-dessous, argumentaire et dates

Programme en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre , le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245), le Sophiapol (Université de Nanterre) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.  Comme chaque année les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – le programme spécifique est en cours de finalisation. Chaque séance fait l’objet d’une annonce spécifique. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.

Argumentaire 

L’exil désigne une condition et une expérience : exil politique, exil économique, exil intérieur. Dans cette perspective, tout exil relève toujours du politique. Il effracte l’intime des parcours de migration et d’exil. Ce noyau commun de l’exil lui confère ainsi une historicité que le seul déplacement dans l’espace – la migration – ne possède pas. Plus encore, parce qu’il n’est pas une catégorie juridique ni un statut, l’exil permet de penser ensemble la migration et l’intégration ou l’installation,  les lieux de départ, de transit et d’arrivée, le là-bas et l’ici, l’avant et le maintenant, les réseaux de soutien et les communautés déterritorialisées, l’arrachement et le déracinement, les attentes et les projections, les langues et les imaginaires. Dès lors, la question de la légitimité de l’expérience se pose autrement que pour celle de la migration stricto-sensu : si elle est avant tout celle des personnes en exil dans la singularité de chaque parcours, elle peut et est en partie partagée, en rebond et dans le contre-coup par celles et ceux qui font face aux expériences de l’exil et y participent par leurs engagements dans différents espaces, contre les politiques de contrôle ou de rejet, entre co-constructions et frictions.

Pour sa 14ème année consécutive, le collectif Non-lieux de l’exil a choisi de réfléchir autour du thème  Exil : conflictualité et émancipation. Conflictualité, en premier lieu, pour désigner le « heurt avec le pouvoir » (Foucault 1977) des personnes exilées  et les territoires de luttes qui se déploient face aux effets des lois successives pour le contrôle de l’immigration et les politiques assumées de xénophobie sélective (de race, de classe, de genre)tendant à reconduire, pour beaucoup, les formes historiques de la domination coloniale.

Conflictualité , en second lieu et dans une approche réflexive, pour les formes de catégorisation, étatiques et des partis politiques mais aussi dans les mondes militants, de soutien, de la recherche, de l’art et de la culture : victimisation – et donc oblitération de la puissance d’agir -, essentialisation voire réification d’une « identité exilée », si ce n’est « migrante ». Si celle-ci peut servir dans les luttes pour la reconnaissance des droits et de la dignité, par exemple des collectifs de travailleurs sans papiers ou encore l’accès aux études ou aux politiques dites d’intégration, et être revendiquée comme telle, à quel moment cette assignation devient-elle problématique ou stigmatisante ? Avec quelles intersections avec d’autres catégorisations  ?

Émancipation  à l’inverse, pour aborder les formes de réactions, les auto-organisations, les initiatives des personnes dites exilées ou discriminées, que ce soit à titre collectif ou dans les bouleversements de l’intime. Dans certains cas en effet, l’expérience du déplacement permet l’accès à des choix renouvelés, à une émancipation du corps, des expressions et des actes publics. “S’émanciper” peut aussi passer par la redéfinition des termes de la conflictualité, afin de faire place au dissensus et ré-ouvrir ce que Jacques Rancière appelle le partage du sensible, c’est à dire contester le partage des places, des temps et des occupations.

Ce sont ces rapports entre conflictualités et émancipations que les Non-lieux de l’exil aborderont cette année, en relation avec les problématiques internationales de la frontière et la profondeur historique des politiques d’accueil. 

Dates   

8 séances de 3 heures (17-20h, le mercredi), Campus Condorcet (Hôtel à projets) & Collège de France (rue d’Ulm) – sauf mention contraire.  Entrée libre, en hybride pour celles et ceux qui ne se trouvent pas à Paris. 

  • 8 novembre 2023 – Chercheurs & étudiants en exil : catégorisations, assignations, émancipations dans l’enseignement supérieur et la recherche. Avec : Shumona SINHA (Romancière), Liora ISRAËL (sociologue, EHESS), Paula BENASSULY-ARRUDA  (juriste, CREDA/IHEAL, Sorbonne Nouvelle, Lauréate Pause), Rudi OSMAN  (Union des Étudiants exilés). Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma, Sophiapol et ICM) & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (Cessma-Inalco, ICM)
  • 6 décembre 2023 –Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. Avec :   Samir HADJ BELGACEM (sociologue, Centre Max Weber), Norddine IZNASNI  (militant des quartiers populaires, Nanterre), Yasmina BEDAR, présidente de l’association Yalla (mémoire et transmission du 17 octobre 1961), Saint-Denis, Saphia AÏT OUARABI, (militante antiraciste, masterante en sociologie). Coordination : Saskia COUSIN (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) & Christiane VOLLAIRE (philosophe, CNAM, ICM)
  • 10 janvier 2024 – Exil et légitimité des expériences. Avec : Elena GORDIENKO, Omid HASHEMI,  Pascale LABORIER et Morgane DJUMOVIC. Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma & Sophiapol, ICM) et Léo Manac’h (CEPED, Université de Paris Cité, ICM)
  • 7 février 2024 – Exil et auto-organisation. Coordination : Sophie Djigo ( ICM) et Saskia Cousin (Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) avec : Nicolas JAOUL (CNRS), Serge BAGAMBOULA (Chercheur au CFS-ep et membre du Bureau d’études des Sans Papiers de Bruxelles), Martin DELEIXHE (Université Libre de Bruxelles, Centre de Théorie Politique)
  • 13 mars 2024 – Terrains de l’exil. Coordination : Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (CNAM, ICM), Avec : Chowra MAKAREMI (CNRS, EHESS), Youri-Lou VERTONGUEN (Université Saint-Louis, Bruxelles), Emeline ZOUGBEDE (ICM)
  • 10 avril 2024 – Exil : Art, conflictualité et émancipation | Musique et Danse. Coordination : Emilie Da Lage (Geriico, U. de Lille, ICM)  et Eugenia Vilela (U.de Porto) : Denis Laborde directeur d’études, EHESS – directeur de recherche, CNRS / Centre Georg-Simmel (CGS), Nazir Rahguza Membre d’Uxil Enseignant-chercheur. Porteur de la Chaire de préfiguration Arts et Patrimoine en Afghanistan,(Fondation Inalco,  Musée Guimet (MNAAG), DAFA, CeRMI et FMSH)
  • 15 mai 2024- Exil – frontières, retours de terrains. Coordination : , Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma & Sophiapol, ICM)  et Camille LOUIS (Kom-post, programme Co-Front-ICM) : Marilou SARRUT (ICM), Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY (Inalco, ICM), Izabela WAGNER (Urmis, U. de Paris-Cité, ICM) et Camille LOUIS (Kom-post, programme Co-Front-ICM)
  • 5 juin 2024 – Exil : Art, conflictualité et émancipation |Littérature. Coordination : Léo Manac’h (CEPED, U. de Paris Cité, ICM) et Eugenia Vilela (U. de Porto), avec : Bahar MAJDADEH (artiste, chercheuse), Camille LEPRINCE (EHESS), Eyal SIVAN (réalisateur, enseignant)

–> Une journée d’étude est en cours de préparation et sera prochainement insérée dans le programme annuel.



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 16 octobre). Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sch8

4 réflexions sur « Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.