Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre.

2ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”. 

6 décembre 2023, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Saphia AÏT OUARABI (militante antiraciste, masterante en sociologie)
  • Yasmina BEDAR (présidente de l’association Yalla (mémoire et transmission du 17 octobre 1961), Saint-Denis
  • Samir HADJ BELGACEM (sociologue, Centre Max Weber)
  • Noreddine IZNASNI  (militant des quartiers populaires, Nanterre).

Coordination : Saskia COUSIN (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) & Christiane VOLLAIRE (philosophe, CNAM, ICM)

Crédit photo : copyright Philippe Bazin, Le Blanc-Mesnil, 2021. Courtoisie du photographe.

Argumentaire

Les personnes vivant dans les quartiers populaires sont souvent en situation d’exil. Même nées en France, elles sont exposées au stigmate de sujets « issus de l’immigration ». Les territoires qu’elles habitent – dont celui du 9.3 du Campus Condorcet – sont, pour cette raison même, des lieux emblématiques des conflictualités post-coloniales, exiliques ou post-exiliques. Soumis dès l’origine à une gestion policière, depuis la constitution du bidonville de Nanterre juste avant la guerre d’Algérie jusqu’aux projets de lois les plus récents du ministère de l’Intérieur, ces territoires sont le produit d’une longue histoire des discriminations.

Pour la cinquième fois, les Non-lieux de l’exil consacrent une séance à ce sujet tout aussi ancien que brûlant, réactivé par les révoltes récentes. Cette séance souhaite, traitant des rapports entre conflictualités et émancipations aborder la question du rapport à des « forces de l’ordre » que les sociologues Olivier Filleule et Fabien Jobard inscrivent, selon le titre emblématique de leur ouvrage commun, dans un schéma de Politiques du désordre (Seuil, 2020).

De la répression sanglante de la manifestation pacifique 17 octobre 1961, à la récurrence des morts aux mains de la police, et jusqu’aux récentes révoltes qui ont suivi la mort de Nahel Merzouk tué à bout portant par un tir policier le 27 juin 2023, se dessine une histoire des contrôles au faciès, des dénis de droit, et d’une grande proportion d’impunité policière. Dans un territoire national qui présente l’espace républicain comme espace d’équité sociale et de respect des droits fondamentaux, le policier auteur de la mort de Nahel Merzouk a été libéré le 15 novembre 2023.

Pour autant, depuis la Marche pour l’égalité de 1983, le Mouvement de l’Immigration et des banlieues de 1995, les habitants des quartiers populaires revendiquent hautement leur appartenance à l’histoire d’un pays dont ils ont forgé de nouvelles figures. C’est cette aspiration à la mémoire et à l’émancipation  face aux conflictualités violentes que nous souhaitons partager ici. Cette séance présentera également le nouveau roman de Sophie Djigo, philosophe et membre des NLE, issu d’un travail de terrain de long terme dans un quartier populaire de Roubaix.

Intervenant.e.s :

Saphia AÏT OUARABI est militante antiraciste, ancienne vice-présidente de SOS Racisme et ex-mediatrice Coexist. Née dans le 19ème arrondissement de Paris d’une mère marocaine et d’un père algérien, elle a grandit entre le 19ème et La Courneuve. Etudiante en master de sociologie à l’Université Paris Nanterre, ses recherches concernent les luttes contre l’usage du chlordécone en Guadeloupe et Martinique, la colonialité et le militantisme.

Yasmina BEDAR est  présidente de l’association Yalla qui vise à commémorer et transmettre des événements importants de l’histoire de France, notamment celles du 17 octobre 1961, à travers des actions éducatives, sociales, culturelles et humanitaires.  Yasmina Bedar est la cousine de Fatima Bedar, adolescente noyée par la police le 17 octobre 1961, et elle vit à Saint-Denis.

Saskia COUSIN est anthropologue et sociologue au Sophiapol (Nanterre), Fellow Institut Convergences Migrations, membre du programme Non-lieux de l’exil. Ses travaux portent sur les questions d’hospitalité et de restitutions des biens culturels spoliés. Elle coordonne le volet pédagogique du programme « Hôtes Urbains » (balades urbaines conçus et guidés par des personnes exilées), partenaire d’UXIL, auquel participent Saphia AÏT-OUARABI, Yasmina BEDAR, et Noreddine IZNASNI. Dernier ouvrage : Ogun et les Matrimoines, Presses Universitaires de Nanterre, 2023.

Samir HADJ BELGACEM est sociologue au Centre Max Weber de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, responsable de l’axe transversal Migrations, Minorités, Mobilisations. Il est membre du programme ANR CAUSIMMI (la cause immigrée : mobilisations, organisations et militants dans la France des années 68 à nos jours). Il a publié : La Marche de 1983 : des mémoires à l’histoire d’une mobilisation collective (dir.), Presses Universitaires de Nanterre, 2022, L’Épreuve de la discrimination : enquête dans les quartiers populaires (co-dir), PUF, 2021.

Noreddine IZNASNI est militant des quartiers populaires, en particulier à Nanterre. Membre du Collectif Jeunes Parisiens et du Comité Gutenberg créé après la mort d’Abdenbi Guemiah en 1982 pour la justice et la résorption des cîtés de transit et de l’Association des mères de familles victimes des crimes racistes et sécuritaires en 1983. En 1995, il a confondé le Mouvement de l’Immigration et des Banlieues. Il est Membre fondateur du Comité national contre la double peine et de différents collectifs contre l’expulsion des malades étrangers (CEM, Admef, Urmed). Il intervient en soutien des familles dans différents crimes policiers.

Christiane VOLLAIRE est philosophe,  chercheure associée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développement du CNAM, ainsi qu’au Laboratoire de Changement Social et Politique de l’Université Paris 7-Diderot ; fellow de l’Institut Convergences Migrations, membre du programme Non-lieux de l’exil. Parmi ses ouvrages : Pour une philosophie de terrain (Créaphis, 2017), Un Archipel des solidarités : Grèce, 2017-2020 (photos de Philippe Bazin, Loco, 2020), Des Philosophes sur le terrain (avec Sophie Djigo, Isabelle Delpla et Olivier Razac, Créaphis, 2022).

 Cette année Non-lieux de l’exil est conçu en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations  (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre, le Sophiapol (Université de Nanterre), le GERiiCO (Université de Lille), le  CESSMA (UMR 245),  et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.  Les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – cette année “Exil : conflictualité et émancipation”. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 15 novembre). Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/scha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.