Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h

Exil : légitimité et crédibilité des expériences.

3ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL

Un temps de débat sera consacré à la nouvelle loi sur l’immigration votée le 19 décembre 2023, et aux tribunes en opposition, dont celles de l’Institut convergences migration et des Non-lieux de l’exil.

10 janvier 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Elena GORDIENKO (chercheuse en études théâtrales, IRET/Sorbonne Nouvelle) : Quels projets et en quelles langues pour des artistes exilé.e.s du pays déclencheur d’une guerre coloniale ?
  • Omid HASHEMI (Artiste et performeur, Chercheur associé : Scènes du monde, création, savoirs critiques, EA 1573, Université Paris 8) – La fatalité géographique
  • Morgane DUJMOVIC (Géographe,  chargée de recherche CNRS, UMR Pacte, Grenoble, ICM) – Que peut la carte ? Que fait le mouvement ? La CartoMobile : une expérimentation participative avec des personnes exilées 
  • Pascale LABORIER (Professeure de science politique, Université Paris Nanterre – ISP UMR 7220, fellow ICM, Membre du Bureau du Réseau MEnS et du Conseil scientifique de PAUSE) – Cartographies narratives des universitaires exilés à l’ère numérique : conditions de production de connaissances collaboratives et contributions au plaidoyer pour les universitaires en danger

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA, Sophiapol, ICM) et Léo Manac’h (anthropologue, CEPED, U. de Paris Cité, ICM)

Crédit photo du bandeau : (c) Omid Hashemi, Série Les murs troués de la guerre, 2013, n°4. Courtoisie de l’artiste, https://www.omidhashemi.art/ 

Argumentaire

Qui parle de l’expérience de l’exil ? Sous quelle forme ? Au nom de qui et pour qui ? Ces questions sont régulièrement discutées dans les Non-lieux de l’exil et traversent la thématique de cette année : Exil- conflictualités et émancipations. Elles prennent une place centrale dans l’actualité politique récente, et notamment depuis le vote de la loi immigration, le 19 décembre 2023, avec les voix de l’Extrême-droite. Cette séance propose de s’intéresser plus précisément aux cercles de la légitimité afin de distinguer entre la légitimité des expériences et leur crédibilité dans l’espace public. La légitimité engage à la fois la participation et proximité avec l’événement et le positionnement. Serait alors « légitime », en premier lieu, celle ou celui qui a fait une expérience directe l’exil dans sa diversité constitutive (de guerre et de conflit, de déplacement et d’arrachement) ou bien, en second lieu, celle ou celui qui l’a vécu intimement par rebond. Cette expérience concerne alors des proches et des contextes connus, une langue parlée et lue. Un troisième cercle apparait ensuite, celui de celles et ceux qui se trouvent face à l’expérience de l’exil, qui sont ébranlé·es dans le contre-coup ou l’après-coup (Galitzine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky 2018) et/ou s’engagent contre la condition faite à l’exilé·e, que ce soit pour des raisons politiques et/ou familiales. La question de la langue demeure ici centrale et doit être adressée afin d’observer les modalités de circulation entre les deux premiers cercles de concernement et le troisième cercle, « concerné·es indirect·es » par les politiques migratoires et l’expérience de l’exil. En effet, comment (s’) exprimer, comprendre affects et engagements lorsque l’un·e des interlocuteur·rices ne dispose que d’une langue partagée insuffisante dans sa capacité à signifier (Manac’h 2022) ? La crédibilité, serait, selon Roberto Beneduce (2020), trop souvent médiée par les chercheur.e.s dans les dispositifs de recueil de la parole : placé en situation d’expert, celui-ci attesterait de la légitimité dans l’espace public, rejoignant l’interrogation de Gayatri Spivak (1985). Cette crédibilité interrogerait alors les éventuelles « violences systémiques » dans le dessaisissement de la parole et la réappropriation par les chercheur.e.s. Que se passe t’il pourtant lorsque la parole et le témoignage s’élaborent dans la co-construction ou plus encore, dans la conjonction des statuts, lorsque les chercheur.e.s et artistes, eux-mêmes en exil, se saisissent de différents espaces de représentation dans l’espace public pour transmettre soit leur expérience, soit des expériences collectives ? A tout le moins cette concordance entre légitimité et crédibilité influe et modifie l’ordre du discours, la répartition des rôles et ouvre à de nouvelles perspectives, éthiques, épistémologiques et politiques, que cette séance entend discuter.

Intervenant.e.s

Morgane DUJMOVIC  est géographe au CNRS, affiliée à l’UMR PACTE (Grenoble) et associée à l’UMR TELEMME (Aix-Marseille). Elle est membre de l’Institut Convergences Migration et des associations Migreurop et Anafé. Son projet “CartoMobile” interroge les conditions concrètes de la recherche participative avec des personnes exilées, de l’expression d’une parole intime à la restitution publique d’un récit. Ce travail mobilise un dispositif d’ateliers cartographiques itinérants pour recueillir les expériences vécues de contextes frontaliers violents (frontières françaises, balkaniques et Méditerranée centrale). La CartoMobile questionne ce que le mouvement apporte à la méthode scientifique et ce que la carte génère, dans leurs potentialités à produire une recherche à plusieurs mains et plusieurs voix. Elle a donné lieu à une exposition participative, invitant le public à des interactions qui en alimentent chaque étape. Cette exploration autour de la carte sensible se prolonge en 2023-2024 dans le cadre d’une résidence EHESS/Fondation Camargo, où Morgane Dujmovic travaille avec l’artiste congolais Wanny S-King à freestyler la carte, mettant en jeu la musique, le corps et la voix dans la représentation de l’espace en exil.

GALITZINE-LOUMPET Alexandra est anthropologue HDR, chercheure au CESSMA (UMR 245) et au Sophiapol (Université de Nanterre). Longtemps enseignante-chercheure à l’université de Yaoundé I, elle travaille en France depuis 2008, elle a créé le Programme Non-lieux de l’exil en 2011 et le coordonne depuis janvier 2016 de même que le projet Displaced Objects. Elle a co-dirigé l’ANR EsCa (FMSH), le programme Migrobjets (Inalco,,  l‘ANR LIMINAL (avec Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky) et l’ANR ReTours (avec Saskia Cousin & Anne Doquet). Elle a co-organisé les journées collectives Territoires et espaces partagés (mai 2021, Briançon) et Fabrique d’agirs (mais 2022, Calais), et coordonne le programme Co-front (Co-constructions des savoirs aux frontières, ICM). Parmi ses  publications sur l’exil  « Subjectivités face à l’exil » Journal des Anthropologues, déc. 2018, 350 p.,  Traduire l’exil, Plein droit  mars 2020 (éditrice scientifique avec M.C. Saglio Yatzimirsky), les ouvrages L‘objet de la migration, le sujet en exil (ed- avec C. Alexandre-Garner), Presses Universitaires de Paris-Nanterre, déc. 2020 et Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (Presses de l’Inalco, 2022, avec M.C. Saglio Yatzimirsky).  Elle prépare un ouvrage sur les graffitis des personnes exilées (à paraître en 2024).

Elena GORDIENKO, est chercheuse associée à l’Institut de recherches en études théâtrales (IRET) de l’Université Sorbonne Nouvelle, et lauréate du programme Pause (2022-2024). En novembre 2022, elle a co-organisé le festival de dramaturgie russophone anti-guerre Écho de Lioubimovka à Paris, dont le recueil verra le jour début 2024 chez Sampizdat Éditions. La même année, elle a mené un laboratoire art-thérapeutique en ligne, From somewhere with love, consacré à la problématique de la nostalgie et de l’appropriation de l’espace chez les nouveaux émigrés. À la Sorbonne Nouvelle, elle a co-organisé en avril 2023 le colloque Créations à l’épreuve de l’exil de guerre, qui visait à réunir les chercheurs et les artistes venus de différentes disciplines et de différentes origines pour aborder le sujet des relations de l’art, de la guerre et de l’exil, en parlant des conflits révolus et actuels. Elle a, entre autre, initié la traduction française de la pièce Finist, le clair faucon de Svetlana Pétriïtchouk (à paraître aux éditions L’Espace d’un instant) et la projection de la captation de sa mise en scène moscovite à Paris, après la détention de l’autrice et de la metteuse en scène Jénia Berkovitch en Russie, accusées de faire l’apologie du terrorisme dans cette œuvre. À l’Institut d’études théâtrales de La Sorbonne Nouvelle, elle donne les cours sur les dramaturgies russes du premier XXème siècle et l’esthétique des théâtres russes, biélorusses et ukrainiens au tournant des XXème et XXIème siècles.

Omid HASHEMI est né à Téhéran, puis a fréquemment déménagé en raison de sa situation familiale ; de 1989 à 1993 en Turquie, puis au Pakistan. En février 2006, il s’est installé à Paris pour terminer mes études à l’Université Paris 8 (Vincennes, Saint-Denis), où il est ensuite devenu chargé de cours. En février 2009, à Paris, il a rencontré Marina Abramovic avec qui il a développé plusieurs collaborations. Il a également collaboré avec  Robert Wilson  ( “The Life and Death of Marina Abramovic”,2010). En novembre 2013, il a organisé une journée de réflexion et commencé à travailler avec Jean-Jacques Lebel, puis avec  Arnaud Labelle-Rojoux pour un projet mené en Iran avec notre collectif Rekhneh. Le collectif Rekhneh crée des expériences publiques et participatives en Iran. En juin 2015, Omid Hashemi s’est  installé dans la cité internationale d’Auroville, une ville expérimentale située dans les forêts du sud de l’Inde, près de Pondichéry., où Il y travaillé avec John Allen, artiste, inventeur et forestier australien. Omid est retourné en Iran en mai 2021 pour reprendre son travail artistique dans son village dans les montagnes Alborz. Suite aux événements de septembre 2022, il a de nouveau dû quitter l’Iran et  en janvier 2023, il est revenu  à Paris avec une bourse post-doctorale de l’université Paris Lumière en tant qu’artiste-chercheur (voir son site).

Pascale LABORIER est professeure de science politique à l’université de Paris Nanterre et membre de l’institut Confluences Migrations. Elle a mené de nombreuses recherches et écrit sur le cas des scientifiques en exil. A l’Institut Convergence Migrations, elle développe depuis 2021 avec Maissam Nimer et Malenas Batsias un outil numérique collaboratif en ligne, Géo-récits – Comprendre l’exil . Avec le photographe berlinois, Pierre-Jérôme Adjedj, elle a créé une exposition itinérante sur cette thématique (Poser pour la liberté ). Elle a coordonné le programme PAUSE à l’Université de Paris Nanterre, puis développé l’accueil d’artistes et d’archéologues en exil à l’Université Paris Lumières. Elle est également membre de Membre du Bureau du Réseau MEnS des établissements engagés pour l’accueil et l’accompagnement des étudiants. Parmi ses dernières publications :  (avec L. Dakhli & F. Wolff) (eds), Academics in a Century of Displacement: The Global History and Politics of Protecting Endangered Scholars, Wiesbaden, Springer, Migrations Societies, May2024  (in print) ; (avec Maissam Nimer et Timothée Pinet), Universitaires et artistes en situation d’ exil, Terrains/Théories, 2023, 17, ⟨10.4000/teth.5378⟩, Pascale Laborier (ed) Standing for Freedom, Hommes & migrations, Special Issue, 170p., 2021. ; “Leçons sur l’accueil des chercheurs en exil à l’étranger” dans Jérôme Heurtaux. Pensées captives. Répression et défense des libertés académiques en Europe centrale (et au delà). Trente ans de recherches au CEFRES de Prague, Codex, pp.136-140, 2024, 978-2-918783-28-2.  ou encore, “La mémoire peut-elle servir la cause des “exilés” ? in Sarah Gensburger, Sandrine Lefranc. La mémoire collective en question(s), PUF, p. 431-438, 2023,  ou encore (avec Ricardo Ehrlich) : “Une vie dédiée à la recherche scientifique et à la défense d’idéaux politiques. Julien Boucher” in Aline Angoustures et Sophie Pegliasco. Patrie perdue, pays d’asile. L’Ofpra, 70 ans de protection des réfugiés, Éditions Loubatières, 2022.

MANAC’H Léo est doctorant en anthropologie (Ceped, U. de Paris, ANRS, Institut Convergences Migrations), ses travaux portent sur les effets de la violence des politiques migratoires sur les subjectivités des personnes étrangères et sur l’organisation de résistances en prise avec le contexte répressif français. Sa thèse est consacrée à l’étude des mobilisations pour la défense des droits des personnes étrangères malades dans un contexte de restrictions progressives du droit au séjour pour soin. Ces restrictions sont comprises comme des politiques de découragement qui ciblent les personnes étrangères et les mobilisations politiques qui les soutiennent. L’engagement politique est restitué dans une situation plus large de restriction des droits des personnes n’ayant pas la nationalité de l’État dans lequel elles résident et de banalisation d’un ordre des discours xénophobe.  Parmi ses dernières publications  (avec Amira Yahiaoui) « L’enfermement des étrangers en France : une clinique du non-lieu ? Perspectives comparatives entre psychanalyse et anthropologie », Recherches en psychanalyse, vol. 31, no. 1, 2021, p. 24-43;  Manac’h, Léopoldine. « », in Huët Romain (dir.). De si violentes fatigues. Les devenirs politiques de l’épuisement politique, Paris, PUF, 2021; Manac’h, Léopoldine. « Un sas de confinement pour les “dublinés” », Plein droit, no. 122, octobre 2019, p. 26–29; Manac’h, Léopoldine. « Faire face aux politiques de découragement », Savoirs des luttes, luttes des savoirs [carnet de recherche], 27 mars 2019 [   et Huët, Romain et Manac’h, Léopoldine. « Expérience de l’exil, de la précarité et performativité politique. Un questionnement philosophique sur l’expérience sociale de “l’exilé” »Implications philosophiques, 2018 [en ligne]

Bibliographie

  • Beneduce Roberto (2020) « Récits-frontières. Les “maux-à-mots” de la migration ou les calligrammes de l’histoire », in Saglio-Yatzimirsky C.(dir.), (2020) Violence et Récit. Dire, traduire, transmettre le génocide et l’exil, Éditions Hermann, Paris, p. 121-143.
  • Galitzine-Loumpet, A, Saglio-Yatzimirsky M.C. (2018)– « Face à l’exil au risque des subjectivités »,  in Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs Journal des anthropologues, Hors-série | , 7-17.
  • Manac’h, (2022), “Pouvons-nous être amis ? Nommer la relation entre bénévoles et exilés dans un PRADHA », in M.C. Saglio-Yatzimirsky et A. Galitzine-Loumpet, Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration, Presses de l’Inalco, 417 p.
  • Spivak G. Ch. (2010 [1985]) – Can the subaltern speak ? Reflections on the History of an Idea, New-York, Columbia University press, 336 p.

Cette année Non-lieux de l’exil est conçu en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations  (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre, le Sophiapol (Université de Nanterre), le GERiiCO (Université de Lille), le  CESSMA (UMR 245),  et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.Les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – cette année “Exil : conflictualité et émancipation”. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexandra Galitzine-Loumpet (6 décembre 2023). Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/schb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.