Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
  • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
  • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

Argumentaire

La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

Intervenants :

Chowra Makaremi est anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS (Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’État, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets. Elle a réalisé le film Hitch, une histoire iranienne, et co-dirigé Entre accueil et rejet. Ce que les villes font aux migrants, Le passager clandestin, 2018. En 2023 sont parus la réédition du Cahier d’Aziz, au cœur de la révolution iranienne (Folio-Gallimard), et Femme ! Vie ! Liberté ! Échos d’un soulèvement révolutionnaire en Iran ( La Découverte). Depuis 2022, elle est également engagée sur les effets de la guerre en Ukraine, et dans le collectif Combart.

Youri Lou Vertongen est chercheur au Centre de Recherche en Sciences Politiques (CRESPO) et au Centre d’Études et d’Intervention Sociologique (CESIR), et actuellement professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles. Ses recherches portent sur les mobilisations collectives autour des questions migratoires en Belgique et en Europe, interrogeant l’articulation stratégique entre les collectifs de migrants « sans-papiers » et les collectifs de nationaux « avec papiers ». Il a coordonné différents numéros de revues sur cette thématique. En 2019, il codirige, avec Annalisa Lendaro et Claire Rodier, La Crise de l’accueil, frontières, droits, résistances (éd. La Découverte). Il a récemment publié une monographie en deux tomes, intitulée Papiers pour tous (2023-2024 ; Éd. Académia).

Eugénia Vilela est philosophe, professeure de Philosophie de l’Université de Porto (Portugal), Directrice du Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance (FCT). Auteure de conférences et textes dans le domaine de la philosophie contemporaine et des arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres Du corps équivoque (Angelus novus, 1998), Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon (Afrontamento, 2010). Directrice des collections «Estética, Política e Artes» et «Máquinas de Guerra. Filosofia e Arte », (éd. Université de Porto), elle est membre du Programme Non-lieux de l’exil et chercheuse associée au CNAM. Son travail se développe entre la philosophie politique contemporaine et l’esthétique.

Christiane Vollaire est philosophe, chercheure associée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développement du CNAM, ainsi qu’au LCSP de l’Université Paris 7-Diderot ; fellow de l’Institut Convergences Migrations, membre du programme Non-lieux de l’exil. Elle mène ses recherches en philosophie politique, esthétique et philosophie de la médecine. Elle a forgé un concept de la philosophie de terrain à partir duquel elle travaille sur les questions touchant aux migrations, aux quartiers populaires, aux solidarités et aux mouvements de protestation. Parmi ses ouvrages : Pour une philosophie de terrain (Créaphis, 2017, réédition 2024), Un Archipel des solidarités : Grèce, 2017-2020 (photos de Philippe Bazin, Loco, 2020) ; Des Philosophes sur le terrain (avec Sophie Djigo, Isabelle Delpla et Olivier Razac, Créaphis, 2022)

Emeline Zougbédé est socio-anthropologue, chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et associée au laboratoire Cerlis (Université de Paris). Ses travaux interrogent les politiques publiques en matière d’emploi au prisme des migrations internationales, à la croisée d’une socio-anthropologie des migrations, du travail, de l’État. Elle a publié récemment dans la Revue Européenne des migrations internationales (« Au début était la grève. Les grèves du travail des sans-papiers : l’appropriation de routines conflictuelles », 2021) et dans la Revue des politiques sociales et familiales (« Augurer du genre. L’ambivalence des rapports aux identités de genre et de sexe ethnoracialisées dans le travail social auprès de jeunes migrants », 2023).

                                         ——————————-

Cette année Non-lieux de l’exil est conçu en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations  (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre, le Sophiapol (Université de Nanterre), le GERiiCO (Université de Lille), le  CESSMA (UMR 245),  et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.Les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – cette année “Exil : conflictualité et émancipation”. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2024, 8 février). Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://nle.hypotheses.org/9382

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.