Politiques de l’exil- Féminismes et savoirs situés non-hégémoniques : introduction par Léo Manac’h et Laure Wolmark

Ce billet et les deux qui le suivent proposent la restitution de trois des interventions qui ont eu lieu au cours de la séance des Non lieux de l’exil du 8 mars 2023 consacrée aux savoirs situés non hégémoniques depuis une perspective féministe.  On trouvera ici l’introduction à la séance, faite par Léo Manac’h, un ajout depuis une perspective située de clinicienne par Laure Wolmark, co-organisatrice de la séance. Puis les deux billets suivants seront consacrés à la restitution des deux contributions de la docteure en psychanalyse Mathilde Kiening et du traducteur Nino S. Dufour.

Introduction – Léo Manac’h (doctorant en anthropologie, CEPED)

 Nous nous retrouvons par zoom dans un contexte de mobilisation généralisée tout d’abord contre la réforme des retraites. Et nous avons décidé de maintenir cette séance pour se retrouver, se rencontrer et partager aussi une discussion sur le mouvement actuel. 

Les revendications contre cette réforme – dont on a démontré par tous les moyens qu’elle est totalement injuste et infondée – débordent la question de pouvoir arrêter de travailler avant que cela devienne trop douloureux, pour les corps et les esprits. Elles ont trait aux définitions du monde que nous désirons collectivement et aux alliances qui permettent de le faire exister pour toustes. Moins travailler, moins longtemps, dégager du temps pour des activités productives de richesses qui ne se mesurent pas, prendre du temps pour prendre soin de ses proches, des autres, des forêts. Et pour le moment, clamer collectivement, dans un moment de créativité magnifique à l’image de toutes les pancartes, les slogans, les tags et les chansons qui s’inventent : “Marre de simuler ma retraite, je veux en jouir” ou “prenez les thunes aux milliardaires, pas aux grands-mères”. 

Une grève féministe se déroule aujourd’hui pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes afin de montrer que si « on s’arrête », le monde s’arrête. Le « on » féministe est à comprendre dans sa dimension de sujet politique et non dans une forme de naturalisation de la différence sexuelle qui opposerait « la femme » (cisgenre) aux hommes. Les femmes et les minorités de genre sont particulièrement concernées par les carrières professionnelles hachées, interrompues, dans des secteurs du soin, des associations ou des professions « hors emploi » comme le travail du sexe. La séance de ce séminaire s’inscrit dans le sillage d’un féminisme ancré dans des perspectives minoritaires, qu’elles soient queer, antiracistes, anticapitalistes et antivalidistes.  

Cette mobilisation s’articule en outre avec la lutte contre la nouvelle réforme des politiques migratoire, dite loi « Darmanin » du nom du ministre de l’Intérieur français. Un volet de cette loi concerne la régularisation par le travail qui serait facilitée dans les secteurs dits « en tension ». Il est présenté comme une avancée, comme pendant d’un durcissement toujours croissant du contrôle des étranger·es indexé à leur représentation comme des délinquant·es. Mais les secteurs en tension sont aussi à « haute exploitation », où les salaires sont faibles et les conditions de travail dégradées comme le rappellent Anzoumane Sissoko et Denis Godard dans un texte d’analyse paru sur Médiapart. Le droit des étranger·es a toujours été assujetti à des intérêts économiques nationaux, les sujets étrangers continuent à constituer des variables d’ajustement, corvéables et dont l’accès aux droits sociaux, à leur retraite pour laquelle ils ont cotisé est toujours entravé. 

 Faire un front commun, partager des convictions ensemble depuis des expériences du travail, des positions situées différentes nous semble absolument crucial pour espérer l’emporter. 

La thématique du séminaire de cette année est relative, je le rappelle pour les personnes extérieures dont nos invité·es, à la co-construction de savoirs aux frontières entre personnes qui les traversent, militant·es du droit à la libre circulation et chercheur·ses (et tout ce qui peut être les trois). Comment, à partir de positions différentes et souvent inégalitaires entre acteurs de la frontière, est-il possible de construire un savoir commun ? Quel est le statut de ces savoirs et quels sont leurs usages politiques, scientifiques ? Et quelles frictions se produisent dans les aspirations, les agendas et les différences de statuts ? Nous avons décidé de proposer cette séance afin d’ouvrir un espace de dialogue entre le champ des études migratoires et sur l’exil avec les champs queer et décoloniaux, et notamment les théoricien·nes queer héritières d’Amérique du sud, encore peu traduit·es en France. Particulièrement, Gloria Anzaldúa, dont le livre Borderlands traduit en France en 2022, nous a particulièrement touché·es. 

Le champ des études féministes a précocement formulé l’enjeu de la reproduction des dominations dans la constitution des savoirs en s’interrogeant sur la place du sujet qui les produit (Hartsock 1983 ; Harding 1986). Situer le lieu d’où l’on parle et d’où l’on observe le monde pour le restituer permet de sortir d’une « épistémologie du point zéro » (Castro-Gomez 2005) aussi aveugle à la diversité des lieux d’énonciation que susceptible de reproduire des points de vue hégémoniques blancs, masculins, hétérosexuels et cisgenres. Cette séance des Non-lieux de l’exil invite les intervenant·e·s à présenter leurs objets de travail et de recherche à partir de leurs positionnements éthiques, politiques et émotionnels, pour mieux rendre sensibles les intersections des dominations, ainsi que leurs points de subversions. 

Les savoirs situés et la question de l’hégémonie 

            Il nous faut ici donner une définition des savoirs situés. C’est l’idée qu’une position sociale influe sur la manière d’appréhender les réalités sociales. On retrouve cette idée déjà dans le matérialisme marxiste selon lequel la conscience est déterminée par les rapports matériels dans la production. Mais cette façon d’envisager la production de savoir a surtout été approfondie par les féministes du « standpoint » traduit par « positionnement ». Selon la sociologue africaine-américaine Patricia Hill Collins, les groupes marginalisés ont une connaissance supplémentaire par rapport aux groupes dominants sur les phénomènes de marginalisation. Dans Nobody Knows my Name, James Baldwin revient sur la façon dont ce savoir sur les dominant·es produit par les dominé·es est vital pour survivre, depuis une perspective raciale. Il dit « J’ai passé la majeure partie de ma vie, après tout, à observer les blanc·hes et à être plus malin qu’elles et eux, afin de pouvoir survivre » ([Baldwin 1993, 217], cité dans Mills 2022). 

Cette interrogation sur les conditions de production de connaissance a aussi un pendant, relatif à la production de l’ignorance. Dans un article récemment traduit en français dans la revue Maronnages, le philosophe Charles Mills revient sur les implications de l’héritage de la suprématie blanche pour la cognition sociale. Sa réflexion peut être transposée pour réfléchir aux discours hégémoniques dans le champ des migrations, dominé par des récits angoissés et xénophobes portés par des régimes démocratiques qui « puent de la bouche » pour paraphraser Achille Mbembe dans les Politiques de l’inimitié (2016 : 69). Comment faire face à la propagation des mensonges, des faits alternatifs concernant la réalité des migrations ? Beaucoup de chercheur·ses et activistes répondent par la production de savoirs rigoureux, la fiabilité des chiffres, des sources. Mais d’autres voies de traverses sont à emprunter comme y invite l’autrice, poètesse et théoricienne Gloria Anzaldúa dont il sera beaucoup question au cours de cette séance. Construire des contre récits, et d’autres types de narrations qui viennent brouiller les frontières des genres, comme l’autohistoria-teoria d’Anzaldúa sur laquelle Paola Bacchetta reviendra particulièrement et qu’on peut définir rapidement comme « une façon de produire du savoir critique et créatif et une écriture enracinée dans la manière dont nous sommes situé·es, dans notre biographie et notre histoire sociale » (Bacchetta in Anzaldúa 2022 : 36). 

Au cours de cette séance, nous proposons à nos intervenant·es de se situer, sur leurs terrains, dans leurs pratiques théoriques, de soin, de traduction et par rapport à une œuvre. Nous allons le faire nous-mêmes : de mon côté, au cours de mon travail de thèse sur les politiques de découragement migratoire et ses effets sur les luttes pour les droits des étranger·es, je suis parti d’une question intime et politique, issue de mon expérience militante de lutte contre les déportations. L’épuisement vécu, la perte des horizons politiques et les stratégies mises en place par mes camarades de mobilisation pour résister au découragement et continuer à lutter contre les politiques de frontières m’ont donné envie de transformer, de traduire, ces questionnements existentiels dans le champ scientifique. Étant blanc, issu de classe moyenne supérieure et n’ayant pas vécu moi-même ou dans mon histoire de confrontations et de traversées des frontières, je me suis beaucoup interrogé sur les dimensions extractivistes de recherches ethnographiques auprès de personnes en situation de précarité administrative et les cadres de mon ignorance ou « cécités nées d’ignorances biographiques » pour citer Isabelle Clair dans un article de 2022. La sociologue prône l’usage d’une intersectionnalité méthodologique qu’elle définit comme « l’attention volontariste aux manifestations des rapports de domination dont on a soi-même été épargné·e au cours de sa vie ». J’ai réorienté mon travail de terrain vers les mobilisations pour les droits des étranger·es pour réfléchir aux rapports raciaux, statutaires, de genre qui les sous-tendent. 

Complément – Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au CRASH)

De mon côté, j’aimerais juste ajouter que cette séance a un sens et une importance particulière pour moi.  Nouer féminisme et clinique constitue une forme d’engagement ancien. Il s’agit d’introduire les thèmes, les pensées, les questions féministes et queers dans les institutions, les rappeler, y revenir, comme une petite promesse que je me suis faite il y a longtemps. C’est un travail lent, et parfois délicat, au long cours.

Il y existe un corollaire institutionnel à ce lent nouage dans la clinique, qui consiste à ne pas lâcher sur l’analyse et la mise au jour des multiples rapports de domination pour contrer des formes d’aveuglement – les cécités qu’évoquaient Léo et qui ne touchent pas que les individus mais aussi les organisations, jusque dans des lieux de soins et de militantisme qui s’en pensent exempts, parce que s’y combattent d’autres formes de dominations, raciales notamment. Je suis heureuse donc d’avoir un peu participé à l’organisation de cette séance pour faire entendre vos voix. 

  • Anzaldúa, Gloria. Terres frontalières – La Frontera. La nouvelle mestiza, Paris, Cambourakis, 2022.
  • Clair, Isabelle. « Nos objets et nous-mêmes : connaissance biographique et réflexivité méthodologique », Sociologie, no. 3, vol. 13, 2022.
  • Mbembe, Achille. Politiques de l’inimitié, Paris, La Découverte, 2016.
  • Mills, Charles. « L’ignorance blanche », Marronnages, vol. 1, no. 1, 2022, p. 96-116.


Citer ce billet
leomanach (2024, 14 mars). Politiques de l’exil- Féminismes et savoirs situés non-hégémoniques : introduction par Léo Manac’h et Laure Wolmark. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0p8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.