ART, CONFLICTUALITÉS ET ÉMANCIPATION. PRATIQUES ET PAYSAGES SONORES ET CORPORELS DE L’EXIL. 10 AVRIL 2024, 17-20H.

Art, conflictualités et émancipation- Pratiques et paysages sonores et corporels de l’exil

6ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique 2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

10 avril 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités, Campus Condorcet, Aubervilliers (M° Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Denis Laborde (anthropologie de la musique, CNRS), 
  • Nazir Rahguzar (artiste, membre d’Uxil et enseignant-chercheur, Chaire de préfiguration Arts et Patrimoine en Afghanistan)
  • Marcelle Bruce et Schéhérazade Zambrano (chorégraphes et chercheuses,  compagnie La Malagua)

      Coordination Émilie Da Lage (Gériico – Université de Lille, ICM) et Eugénia Vilela (Faculté de Lettres et Institut de Philosophie de l’Université de Porto)

      Crédit photo : balleteatro@pedrofigueiredo

      Argumentaire :

      La mobilité, le déplacement et l’exil font partie de la réalité de la création contemporaine. Dans l’exil, les artistes expérimentent des modes complexes de « partage du sensible » : le contraste entre des formes artistiques interdites publiquement dans les pays d’origine et spectacularisées dans les pays d’accueil; l’opposition entre des pratiques artistiques majoritaires dans les pays de provenance, et tenues à la marge des esthétiques valorisées dans les pays d’entrée ; la confrontation avec l’assignation à la catégorie « artistes en exil » et l’ensemble de limites à des formes de création que cette catégorie porte pour les « artistes ». Même si, à l’époque contemporaine, les mondes de l’art sont transnationalisés, ces mondes sont travaillés par des dynamiques de pouvoir qui dessinent des espaces d’exclusion.

      Par ailleurs, la crise de l’hospitalité en Europe, la multiplication des « crises » systémiques – politiques-écologiques-économiques – et leur séquence de violences et de restriction des libertés, a entraîné une « humanitarisation » de l’accueil des artistes qui met en cause l’hétérogénéité et la pluralité des mouvements du sensible qui constituent intrinsèquement l’expérience artistique.

      Dans ce contexte, c’est en questionnant les écarts et changements de régimes esthétiques et politiques, que nous proposons de penser la question de la conflictualité et de l’émancipation intrinsèque aux pratiques artistiques en exil. Cette séance sera consacrée à la création artistique dans le contexte des arts performatifs – la musique et la danse – arts du temps et du mouvement, mais aussi au type de « pouvoir » qui sont conférés à ces pratiques dans différents régimes esthétiques et politiques. Avec cette séance nous aimerions donc penser, en croisant les expériences des artistes et les réflexions et analyses de chercheur.es, les rapports entre esthétique et politique (Rancière) par la tension entre différentes temporalités et espaces du déplacement.

      En fonction des trajectoires de migrations et d’exil, et dans certaines conditions de performance, les artistes peuvent faire apparaître des résistances qui ouvrent des brèches dans les hiérarchisations des mondes de l’art, leurs pratiques matérialisent alors des forces d’autonomie dans la scène du pouvoir. Dans quelles conditions la création et la pratique artistique constituent-elles des espaces d’émancipation qui font émerger des conflictualités entre des scénarios de l’art et des fictions politiques ? Dans cette séance, on essaiera de faire place à la force politique et artistique qui donne naissance à des « univers de possibles » (Rancière).

      Cette thématique  sera également abordée lors de la Fabrique d’Agirs qui aura lieu du 11 au 13 avril prochain à Calais, notamment dans le cadre de la table ronde “Que peut la musique dans la résistance ?”, modérée par Emilie Da Lage et Loup Blaster (voir programme )

      Intervenant.e.s :

      Marcelle BRUCE et Schéhérazade ZAMBRANO collaborent au sein de la compagnie La Malagua http://www.lamalagua.org/. Originaires du Mexique, Schéhérazade Zambrano est chorégraphe et a soutenu une thèse en recherche-création à l’Université de Lille ; et Marcelle Bruce est docteure en Études latino-américaines de l’Université de Lille. En France, Schéhérazade s’est engagée dans une recherche-création chorégraphique qui entremêle une réflexion sur ses racines, son parcours migratoire et les tensions entre tradition et modernité avec une recherche sur le rituel amérindien de La « Danse du Volador » et des expérimentations chorégraphiques interrogeant notre relation à l’espace et à la gravité. Au cœur de sa démarche réside la question fondamentale : “Qu’est-ce qui nous soutient ?” Parallèlement, Marcelle a mené une recherche doctorale portant sur les discours décoloniaux dans les pratiques artistiques contemporaines en Amérique latine. S’accompagnant dans leur démarche, Scheherazade et Marcelle s’interrogent sur les enjeux et les tensions inhérents à l’énonciation artistique et à sa réception par le public. Elles examinent l’influence des imaginaires projetés sur l’identité de l’artiste, ainsi que les rapports de domination et de subalternité caractéristiques de chaque contexte.

      Emilie DA LAGE est enseignante-chercheuse, professeure des universités en Sciences de l’Information et de la communication à l’Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, membre des Non-Lieux de l’Exil et coordinatrice pédagogique du DU Médiation et Interprétation aux frontières (U. de Lille, PSM). Elle est également fellow de l’Institut Convergences Migration (ICM). Parmi ses publications sur ce thème : Da Lage, E. (2020) «Fieldwork turning blind eyes», in Le Marec, Joëlle ; du Plessis, Hester (dir.), Savoirs de la Précarité /knowledge from precarity, Editions des archives contemporaines, Coll. «Etudes des sciences et Histoire des techniques». Elle travaille sur les circulations des productions culturelles dans un monde globalisé.

      Denis LABORDE est chercheur en anthropologie de la musique. Directeur de recherche au CNRS, médaille d’argent du CNRS 2020, et directeur d’études à l’EHESS. Il a fondé l’ Anthropological Research Institute on Music, Emotion and Human Societies. Cet institut de recherche est une équipe du laboratoire Passages (CNRS). https://ari.hypotheses.org/1.. Son intervention présentera le travail développé dans le cadre de l’ARI, et questionnera la manière dont les traditions philosophiques occidentales ont nourri d’innombrables programmes politiques assignant à la musique une fonction civique. Les programmes d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale sont aujourd’hui cet héritage. Initiatives conduites « au nom de la musique » auprès de personnes en situation de migration forcée, que ce soit dans les camps de migrants, dans des CADA, dans des structures associatives ou au sein de dispositifs institutionnels qui mobilisent la musique à des fins d’intégration sociale.

      Nazir RAHGUZAR est artiste, plasticien et musicien. Il est membre d’Uxil, enseignant-chercheur et porteur de la Chaire de préfiguration Arts et Patrimoine en Afghanistan, programme coordonné par la Fondation Inalco en partenariat avec le Musée National des Arts Asiatiques – Guimet (MNAAG), la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA), le CeRMI et la FMSH. Son intervention portera sur les conséquences du bannissement de la musique par les talibans en Afghanistan et sur les possibilités de résistances en musique depuis la diaspora. Comment la pratique musicale se réinvente en exil, dans les lieux et les villes d’accueil ?

      Eugénia VILELA est philosophe, professeure au Département de Philosophie de la Faculté de Lettres de l’Université de Porto (Portugal), et Directrice du Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto (FCT). Auteur de conférences et textes dans le domaine de la philosophie contemporaine et des arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces d’abandon contemporains (Afrontamento, 2010), Borders, Displacement and Creation. Questioning the Contemporary (FLUP, 2018). Directrice des collections «Estética, Política e Artes» et «Máquinas de Guerra |Filosofia e Arte», Editions FLUP. Elle est membre du Programme Non-lieux de l’exil, du Comité Scientifique du Réseau International TERRA-HN et chercheuse associée au CRTD du CNAM. Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre la philosophie politique contemporaine, l’esthétique et l’art.

      Cette année Non-lieux de l’exil est conçu en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations  (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre, le Sophiapol (Université de Nanterre), le GERiiCO (Université de Lille), le  CESSMA (UMR 245),  et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.Les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – cette année “Exil : conflictualité et émancipation”. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.



      Citer ce billet
      leomanach (2024, 25 mars). ART, CONFLICTUALITÉS ET ÉMANCIPATION. PRATIQUES ET PAYSAGES SONORES ET CORPORELS DE L’EXIL. 10 AVRIL 2024, 17-20H. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2wz

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.