Frontières naturelles, frontières naturalisées – retours de terrain. 29 mai 2024, 17-20h, Inalco

Frontières naturelles, frontières naturalisées – retours de terrain.

7ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique 2023-2024 : “Exil, conflictualité et émancipation”, en partenariat avec UXIL et l’axe 1 du CESSMA (UMR 245)

Séance reportée du 15 au 29 mai, Amphi 2, Inalco -65 rue des Grands Moulins 75013 Paris (M°/RER Bibliothèque François Mitterrand) .

 Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY (anthropologue, Inalco, Cessma, ICM) –  Militarisation, trafics et enjeux humanitaires des migrations vénézueliennes au Brésil
  • Marilou SARRUT (Doctorante en anthropologie, (UPC/CESSMA/ICM) –  Briser le mythe de la “jungle qui tue” : instrumentalisation de la nature et déresponsabilisation politique dans la traversée migratoire du Darién (frontière Colombie – Panama)
  • Izabela WAGNER (Sociologue, U. De Paris-Cité, Urmis, ICM)- A la recherche de “Xenia” – retours de terrain sur la terre en guerre. (en visio)
  • Avec la participation de Angelly Gonzalez et de Johana Ramirez Tivabija, étudiantes du DU professionnel Hospitalité, médiations, migrations.

Discutant : Damien SIMONNEAU  (CESSMA – Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine Loumpet (CESSMA, Co-front ICM) et  Izabela Wagner (Urmis, U. de Paris-Cité, ICM) 

Image du bandeau : Bajo-Chiquito, Darién @ M. Sarrut 2023

Argumentaire

Ce que pourrait avoir d’abord en commun des frontières aussi éloignées que le couloir du Darièn entre la Colombie et le Panama, celle entre Vénézuela et le Brésil en Amazonie ou encore la forêt entre Pologne et Bélarus c’est précisément d’être des frontières épaisses, avec leur cohorte associée :  gouvernementalité du contrôle migratoire, militarisation, économies paralègales du passage, puissance des désirs d’émancipation de celles et ceux qui tentent la traversée et effets d’extrêmes violences sur leurs corps et le psychisme, criminalisation et épuisement des soutiens, délations. En second lieu, ces frontières sont également définies par l’existence d’obstacles naturels, plus ou moins importants, ou naturalisés  : fleuves, forêts, îlots, “jungles”, ailleurs régions désertiques. Cette nature est singularisée par sa topographie autant que  par ses  zones de mises à l’écart, sinon de non droit, densément ou peu peuplées. L’instrumentalisation du relief des frontières impacte ainsi par rebond la qualification de l’espace, les représentations du milieu écologique, des confins de l’État-nation, des parcours migratoires, des imaginaires associés. 

Au-delà de ces processus de frontiérisation partagés, chacun de ses emplacements est marqué par la spécificité des contextes politiques, par des empreintes du passé, des politiques migratoires, des treillis des relations entre acteurs, face aux communautés locales, aux États, aux organismes supra-nationaux (intergouvernementaux, humanitaires, Frontex) ou informels (cartels, rackets, réseaux).  Comment faire terrain en ces lieux – c’est-à-dire avec quelles entrées, tensions, tactiques, impossibilités ? Comment faire retour de ces violences extrêmes ? Comment en saisir la pleine singularité et éventuellement, si cela s’avère possible, justifier de comparaisons  ?  C’est à ces questions que vont répondre les intervenantes, de retour de terrains courts ou réguliers, en prenant appui sur un événement précis  – dépliant ainsi de façon réflexive le positionnement de la recherche, les alliances avec d’autres acteurs, les stratégies de présence.

Intervenantes

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est anthropologue HDR, chercheure au CESSMA (UMR 245) et au Sophiapol (Université de Nanterre). Elle a créé le Programme Non-lieux de l’exil en 2011 et le coordonne depuis janvier 2016 de même que le projet Displaced Objects. Elle coordonne également le programme Co-front (Co-constructions des savoirs aux frontières, ICM – 2022-2025) et prend part à la coordination pédagogique du DU pro Hospitalité, médiations, migrations (Inalco) depuis 2019. Parmi ses  publications sur l’exil  « Subjectivités face à l’exil » Journal des Anthropologues, déc. 2018, 350 p.,  Traduire l’exil, Plein droit  mars 2020 (éditrice scientifique avec M.C. Saglio Yatzimirsky), les ouvrages L‘objet de la migration, le sujet en exil (ed- avec C. Alexandre-Garner), Presses Universitaires de Paris-Nanterre, déc. 2020 et Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (Presses de l’Inalco, 2022, avec M.C. Saglio Yatzimirsky).   

Marilou SARRUT est doctorante en géographie et en anthropologie (UPC/CESSMA/ICM), spécialiste de la question de la migration dans la traversée migratoire de la jungle de Darién, frontière entre la Colombie et le Panama. Elle a mené 8 mois de terrains ethnographiques à l’entrée et à la sortie de la jungle en 2022 et en 2023, en travaillant notamment comme traductrice tri-langue ( anglais, français, espagnol) pour les migrant·es nommé·es “extra-continentaux”, venant d’Afrique et d’Asie et souhaitant traverser pour rejoindre les Etats-Unis, faute d’obtention de visa en Amérique du Nord et centrale.  Parmi ses publications : (avec Jonathan Echeverri Zuluaga et Santiago Valenzuela Amaya,)  « Briser le mythe de la « jungle qui tue » : analyse du rôle des intermédiaires dans la traversée du Darién (frontière Colombie-Panama) »Revue européenne des migrations internationales, vol. 39 – n°4 | 2023, 15-42. et (avec M.C. Saglio-Yatzimirsky,) “Laisser traces en transit : expériences et langues en itinérance ?”, Polygraphe, 2023

Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY est Professeur des Universités en anthropologie sociale à L’INALCO, Département Asie du Sud, chercheur statutaire au Centre d’Etudes en  Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA, UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO) et lauréate IUF senior.  Elle est directrice de l’Institut Convergences Migrations (ICM-CNRS) et du Diplôme universitaire professionnel Hospitalité, Médiations, Migrations (DU H2M, Inalco). Elle a coordonné entre 2017 et 2021 le programme ANR LIMINAL sur les interactions et médiations langagières et culturelles en situation de crise migratoire et entre 2021 et 2023 le programme Morts covid en migrations (ICM-CNRS). Dans ses récentes publications, par exemple Lingua (non) grata, Langues, Violences et résistances dans les espaces de la migration (dir. avec A. Galitzine-Loumpet, Presses de l’Inalco, 2022), Violence et récit. Dire, traduire transmettre le génocide et l’exil (dir., éditions Hermann, 2020) ou La voix de ceux qui crient, rencontre avec des demandeurs d’asile (Albin Michel, 2018),  elle interroge dans une perspective à la fois anthropologique et psychologique le lien entre migration, culture et trauma.

Damien SIMONNEAU est maître de conférences en science politique à l’INALCO (filière Relations Internationales), chercheur au CESSMA et fellow de l’Institut Convergences Migration. Ses recherches s’inscrivent dans un travail de comparaison des politiques de sécurité frontalière : problématisation des mobilités, militarisme, rôle d’une expertise sécuritaire, rapports à l’Etat, oppositions économiques, environnementales et juridiques. Ses terrains de prédilection sont l’Arizona, l’espace israélo-palestinien, la France et la Belgique. Il est l’auteur de L’obsession du Mur. Politique de militarisation des frontières en Israël et aux Etats-Unis (Peter Lang 2020), et signera un essai Pourquoi s’emmurer ? Essai sur une frénésie planétaire (Stock, rentrée 2024)

Izabela WAGNER est professeure d’Anthropologie et de Sociologie des Migrations à l’Université Paris-Cité, chercheure à l’URMIS – Unité de recherche “Migrations et société”, et fellow à l’Institut Convergence Migration. Membre de groupe de recherche Non-Lieux de l’exil.  Elle l’auteure de “Bauman. A Biography” (Polity, 2020), “Producing Excellence. Making of a Virtuoso” (Rutgers UP, 2015) et “Becoming Transnational Professional Careers of Polish Scholarly Elites” (Scholar, 2011) et éditrice de “Ma vie en fragments” (2024 chez Parallèles) – un livre composé à partir de récits à caractère autobiographiques de Zygmunt Bauman. Elle a publié de nombreux articles sur les carrières académiques et intellectuelles, mobilité et migrations des artistes et des intellectuels, les discriminations ethniques et antisémites et les conditions de vie et les parcours des exilés. Ethnographe,  elle a étudié le monde social des virtuoses dans la musique classique, puis le monde social de chercheurs. Depuis 2017 elle a entamé en parallèle un nouveau terrain dans le champ de la migration forcée en Europe. Ses travaux, basés sur un travail de terrain, sont à l’intersection de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire.



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2024, 22 avril). Frontières naturelles, frontières naturalisées – retours de terrain. 29 mai 2024, 17-20h, Inalco. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w95f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.