Tous les articles par coordination2

Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions / 26 avril 2017

Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

 

« Chez Sami, avec l’anglais » Anne Gorouben, Dessiner Calais 2015-2016, Mine de plomb sur papier, 21/28

En partenariat avec le COMEDE, Comité pour la santé des exilé.e.s et le programme Migrobjets / Inalco (coordination : Laure Wolmark, avec la participation d’Alexandra Galitzine-Loumpet)

26 avril 2017 – 14h-17h30, – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salons d’honneur. Entrée libre

Avec : Elodie BOUBLIL (philosophe), Evangéline MASSON-DIEZ (militante, chercheure), François LEMORE (Emmaüs, ancien directeur de Awel), et la participation d’Anne GOROUBEN (artiste).

Introduction : Laure WOLMARK (Psychologue, Comede)

Discutante : Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY (Anthropologue, Inalco)

Argumentaire

Soignants, chercheurs, accompagnants bénévoles, militants, journalistes, artistes, dans la diversité de leurs exercices et des conditions de leur rencontre avec des personnes exilées sont parfois, à leur corps défendant,  pris dans une passion de l’exil.

Cette passion, si elle est une forme d’amour, est à la fois source d’aveuglement et de lucidité épistémologique, puissant aiguillon pour agir, et risque d’immobilisation dans les illusions de la philanthropie/du caritatif.

Continuer la lecture de Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions / 26 avril 2017

« L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

L’EXIL – Vient de paraître le dernier numéro  de la revue marocaine et internationale multilingue(1), première et unique revue défendant les valeurs de laïcité et de liberté d’expression, consacré à l’exil et à une réflexion sur la circulation des idées, des cultures, des langues, avec plusieurs textes et extraits de membres (anciens, actuels) des Non-lieux de l’exil.

Cliquer sur l’image pour accéder au site de la revue

Sommaire : 

Continuer la lecture de « L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Aesthetics, Politics and Knowledge RG, IF/FCT, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 115 , bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS-CERI) A l’ombre du mur et de la séparation : régime de mobilité et enfermement en Israël/Palestine Damien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-huit ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisés par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Continuer la lecture de Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Mise en ligne sur MEDIHAL des captations de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif »  du  21 novembre 2016 (Inalco)

Le programme MIGROBJETS (INALCO) en association avec le programme NON-LIEUX DE L’EXIL et le partenariat du PLIDAM et du CREE (Inalco), de la Cimade et de Migrant’scènes (pour la performance « Sicilia » de Clyde Chabot) voulaient revenir sur les objets de l’exil dans la littérature pour les mettre en lien avec les représentations contemporaines de la migration.

Avec : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Corinne Alexandre Garner, Catherine Gery, Cécile Oumhani, Delphine Pagès El Karoui, Camilla Maria Cederna, Chowra Makaremi, Catherine Mazauric, Frosa Pejoska, Marie Poinsot, Nisrine Al Zahre, Mourad Yelles, Peter Stockinger, Alexandra Galitzine-Loumpet

Captations de l’ouverture et des quatre séances : ici 

Réalisation : Dimitri Galitzine

Continuer la lecture de Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

IMMOBILISER LES MIGRANTS : LES ENJEUX D’UN OXYMORE

Par définition, la migration suppose le mouvement, une dynamique vitale qui pousse à quitter un lieu d’origine devenu inhabitable, pour des raisons sociales, économiques, et pour cette raison même toujours politiques (puisque les choix sociaux et économiques relèvent des décisions politiques).

Être « migrant » n’est pas une essence, mais caractérise le moment d’un parcours, et, pour beaucoup, le désir d’un devenir sédentaire, d’un devenir citoyen.

Le choix par lequel des décideurs politiques vont assigner ces devenirs, et réduire ces potentiels est celui d’une triple alternative :

– le renvoi vers le pays qu’on a fui;

– dans le pays d’accueil ou de transit :

  •    la clandestinité
  •    l’enfermement.

Aucun de ces choix ne coïncide avec celui des exilés, aucun ne suppose que leur avis soit requis, aucun ne suppose qu’ils puissent être considérés non seulement comme des sujets de droit, mais comme des sujets tout court. Aucun ne suppose qu’ils puissent prendre place dans un devenir commun, ni faire l’objet d’une représentativité collective.

Continuer la lecture de Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

(IM)MOBILE. 06 déc. 2016 « Grands Paris Cosmopolites »

archiSéance (IM) MOBILE

Participation au cycle « Grands Paris Cosmopolites » 

mardi 06 decembre 2016 à 18h30

Coordonné par Fiona Meadows (architecte) & Saskia Cousin (anthropologue)

Cité de l’architecture & du patrimoine, Hall d’about
7 avenue Albert de Mun, Paris 16e
Inscription obligatoire (ici), entrée libre dans la limite des places disponibles.

modérateur: Saskia Cousin (anthropologue).

Avec :

Stefan Buljat, Migrantour Paris et Tombé Camara, foyer Argonne – « Sweet mobile home »
Emilie Da Lage, MCF Université de Lille 3 – « Artistes engagés/artistes enrôlés, de l’intervention artistique dans les camps et campements de migrants »
Alexandra Galitzine-Loumpet, (CESSMA / Non-lieux de l’exil) anthropologue  – « Des immobilités mobiles : l’exil et ses non-lieux »
Madjid Messaoudene, conseiller municipal délégué de la Ville de Saint-Denis en charge de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité femme/homme- « (im)mobilités politiques »
Christiane Vollaire, (Non-lieux de l’exil) philosophe – « Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore »

Les rendez-vous « Grands Paris Cosmopolites » ont pour vocation de discuter l’urbanité, les modes d’habiter et de circuler dans quelques quartiers populaires de Paris et de la petite couronne – en particulier le Nord Est parisien. L’objectif est de s’attaquer aux stéréotypes socio-économiques associés à ces quartiers en révélant leur diversité et leur vivacité, dans l’espace temps urbain. Chaque séance associe autour d’un thème et d’exemples concrets des chercheurs, des acteurs associatifs ou économiques, des directeurs d’équipements ou de festivals, des élus issus de différents quartiers.

Site : ici