Tous les articles par coordination2

Non-lieux de l’exil – Tribune contre la loi immigration

      Le groupe de recherche Non-lieux de l’exil s’associe à la tribune de l’Institut Convergences Migrations, et appelle à la résistance contre la loi inique sur l’immigration votée le 19 décembre 2023. Nous ne répéterons pas ici en quoi elle contrevient aux libertés fondamentales, à l’égalité des droits, au droit du sol, aux principes mêmes sur lesquels furent fondées la démocratie et la république françaises : l’avis de la défenseure des droits le détaille. Il suffit de rappeler que par ses termes, cette loi est la plus répressive jamais votée en France depuis la Seconde Guerre mondiale sur l’immigration ; que par les tractations et arguties ouvertement xénophobes et racistes qui lui ont donné naissance, elle stigmatise comme indésirables et pointe du doigt celles et ceux qu’elle désigne sous le vocable générique “d’étranger” – y compris les “étudiants étrangers”, ailleurs appelés internationaux. Sous couvert d’intégration, comprise dans les termes restrictifs de seuls devoirs, et non de droits, elle ne propose que plus d’exclusion, de précarisation et de souffrance à venir, et la perpétuation de formes d’esclavage pour les travailleur·euses sans-papiers. Cette loi s’oppose ainsi à tous les rapports, recherches, et préconisations contraires émis par les acteurs et actrices du travail social, des associations, de la santé ou de la recherche qui documentent depuis des années la dégradation des droits des personnes exilées. Elle n’est que l’aboutissement logique des violences et discriminations subies par les étranger·ères, des frontières aux quartiers populaires, et conjointement des attaques contre la liberté de penser, d’enseigner et d’alerter sur la condition qui leur est faite.

Depuis 14 ans, notre collectif observe, atteste, échange, documente les différents terrains de l’exil au plus près des réalités, s’engage dans des actions individuelles et collectives en collaboration avec divers partenaires. Nous avons invité et débattu avec plus de 500 chercheur·ses, travailleuses et travailleurs sociaux et de la solidarité, associations et collectifs, acteurs exilés, des mondes de l’art, organisé des rencontres et des colloques, publié le résultat de nos recherches. Nous ne sommes pas les seul·es. Nous continuerons évidemment à le faire. Nous appelons de plus à lutter contre les mesures iniques que contient cette loi, à refuser de les appliquer, et à manifester une solidarité sans faille avec tou·te·s les exilé·e•s dans tous les espaces où il sera possible de le faire, comme les lieux de l’art, de la recherche, du soin et du travail social. Nous appelons également nos collègues des mondes de la recherche à afficher, par d’autres tribunes ou par toute autre forme utile, leur solidarité et leur opposition à cette loi. En d’autres termes, à se mobiliser.

log nle cem

Désarmer le français / Emmanuelle Gallienne

Désarmer le français

texte de l’intervention d’ Emmanuelle Gallienne, directrice de l’association Kolone à la séance Co-constructions & frictions – Politique et ordre des langues du 11 janvier 2023

J’ai proposé d’intituler cette intervention désarmer le français  puisque de par ma position dans le monde de l’apprentissage du français aux émigrés j’agis sur le terrain de « la guerre des langues », dissimulée sous l’apparence neutre et un peu molle de l’appellation « FLE »,  français langue étrangère.  Mais aussi parce que j’ai éprouvé, assez vite en commençant, pendant l’hiver 2009-2010, la nécessité intime de désarmer mon propre français.

L’expression « guerre des langues » m’avait frappée à la lecture de l’essai de Tiphaine Samoyault[1], de même que cette affirmation dès le titre que la traduction a à faire avec la violence alors qu’on penserait habituellement le contraire, de même qu’enseigner la langue française peut apparaître comme l’activité la plus accueillante qui soit vis à vis de l’étranger, et que c’est dans cet esprit que les gens se proposent de le faire bien sûr.  Alors de quelle violence, de quelles guerres s’agit-il ?

La lecture de Lingua (Non) Grata – Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration[2] de même que cette invitation à prendre la parole ici dans le cadre de la recherche, m’ont incitée à me retourner sur les douze années que j’ai passées sur ce « terrain », qui n’en est pas un à proprement parler puisque je fais partie des « acteurs », j’en suis partie prenante, je ne peux pas le quitter, j’ai en revanche la possibilité de le faire bouger, je suis agente, j’y ai une marge de créativité.

L’arrivée dans un paysage déjà arpenté et façonné par ceux qui nous précèdent, à une époque particulière, en présence de telles et telles forces, donne sa tournure au dispositif créé, fût-ce une petite association locale. Je vais essayer, au prisme des tensions particulières traversées au fil de cette dizaine d’années, de réfléchir avec vous à cet effort, à ce qu’on y apprend par rapport à cette question des étrangers et du français.

Continuer la lecture de Désarmer le français / Emmanuelle Gallienne

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement.

Texte de l’intervention à la séance introductive Co-Constructions & frictions du 14 décembre 2022 –

Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (Crash / Fondation MSF)

Quand j’étais étudiante en classe préparatoire, ou en terminale, je ne me souviens plus très bien, notre professeur de philosophie nous avait fait travailler sur un passage de L’idéologie allemande de Karl Marx et Friedrich Engels. Dans ce passage qui dénonce la division du travail entre travail matériel et intellectuel, quelques phrases m’avaient fait rire à l’époque. Il se trouve que ces phrases m’avaient aussi beaucoup marquée, au point qu’en réfléchissant à ce que j’allais pouvoir dire aujourd’hui ce sont elles qui me sont d’abord revenues. Je ne résiste pas à vous les lire :

« Dès l’instant où le travail commence à être réparti, chacun a une sphère d’activité exclusive et déterminée qui lui est imposée et dont il ne peut sortir ; il est chasseur, pêcheur ou berger ou critique, et il doit le demeurer s’il ne veut pas perdre ses moyens d’existence ; tandis que dans la société communiste, où chacun n’a pas une sphère d’activité exclusive, mais peut se perfectionner dans la branche qui lui plaît, la société réglemente la production générale ce qui crée pour moi la possibilité de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l’après-midi, de pratiquer l’élevage le soir, de faire de la critique après le repas, selon mon bon plaisir, sans jamais devenir chasseur, pêcheur ou critique. » (Engels, Marx, 1968, p.63)“

Continuer la lecture de Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

EXIL & EMPREINTES DU CORPS / SÉMINAIRE EHESS IIAC/NLE (5) 14 FEVRIER 2018

La 5ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu, exceptionnellement, le mercredi 14 février 2018 de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone) Entrée libre

Exil & empreinte du corps

 

Displacement© Tanz im August, Dajana Lothert 2016

Modération & coordination  :  Eugenia Vilela (philosophe, Université de Porto, IF/FCT) 

Avec :

  • Eugenia VILELA (philosophe, Université de Porto, IF/FCT) – Chorégraphies de l’exil. Corps, traces, politique
  • Mithkal ALZGHAIR (Chorégraphe et danseur) :- Reflet de la violence du système sur nos expériences physiques.
  •  Fernando José PEREIRA   (Artiste, Université de Porto, I2ADS) – The trap of light – notes on art in exiled existence

 Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de EXIL & EMPREINTES DU CORPS / SÉMINAIRE EHESS IIAC/NLE (5) 14 FEVRIER 2018

Philosophie et actions autour de l’exil / Séminaire EHESS IIAC/NLE (2)

La seconde séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS) (coordination A. Galitzine-Loumpet, Cl. Lecadet, Ch. Makaremi, M.-C; Saglio Yatzimirsky, E. Vilela et Ch. Vollaire),  dont les thématiques sont Traces, empreintes et engagements (Argumentaire iciaura  lieu le mercredi 15 novembre de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Sèvres Babylone) Entrée libre

Philosophie et actions autour de l’exil

Autour de la dernière parution de Christiane Vollaire Pour une philosophie de terrain (Créaphis, 2017)

avec Christiane VOLLAIRE (philosophe), Sophie DJIGO (philosophe) et Wenjing GUO (anthropologue, CESSMA)

Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet

 

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Philosophie et actions autour de l’exil / Séminaire EHESS IIAC/NLE (2)

Exil, empreintes & Engagements, séance introductive / 11 octobre 2017

La séance introductive du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS) (coordination A. Galitzine-Loumpet, Cl. Lecadet, Ch. Makaremi, M.-C; Saglio Yatzimirsky, E. Vilela et Ch. Vollaire),  qui portera cette année sur les thématiques Traces, empreintes et engagements aura  lieu le mercredi 11 octobre 2017 de 17 à 20h,  en salle de Broglie B, Université de Paris Descartes, 46 rue des Saints Pères 75006 Paris (ancienne faculté de médecine , M° Saint Germain des Près ou Mabillon) . Entrée libre

Argumentaire général ici

Outre qu’elle introduira aux thématiques de cette année, cette séance permettra de redéfinir la notion d’exil et de la mettre à l’épreuve de terminologies concurrentes, politiques, disciplinaires, de soin psychique, ou de collectifs solidaires et militants.  

Avec : Alexandra Galitzine-Loumpet, Laura Genz, Valérie Osouf, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Christiane Vollaire.

Continuer la lecture de Exil, empreintes & Engagements, séance introductive / 11 octobre 2017

Vidéos : Objets dans la migration, objets de l’exil : statuts, usages, devenirs / 5 mai 2017

Les captations vidéos de la journée d’étude Objets dans la migration, objets de l’exil du 5 mai 2017 (programme ici ), en partenariat avec le programme Migrobjets (Inalco), le Centre Espaces & Ecritures et le Centres d’Etudes anglophones de l’Université de Nanterre sont dorénavant consultables, principalement à travers Firefox.

4 panels ont été filmés.


Totalité des panels consultables ici :  Migrobjets ou MediHal