Archives de catégorie : Activités

Activités des NLE

ART, CONFLICTUALITÉS ET ÉMANCIPATION. PRATIQUES ET PAYSAGES SONORES ET CORPORELS DE L’EXIL. 10 AVRIL 2024, 17-20H.

Art, conflictualités et émancipation- Pratiques et paysages sonores et corporels de l’exil

6ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique 2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

10 avril 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités, Campus Condorcet, Aubervilliers (M° Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Denis Laborde (anthropologie de la musique, CNRS), 
  • Nazir Rahguzar (artiste, membre d’Uxil et enseignant-chercheur, Chaire de préfiguration Arts et Patrimoine en Afghanistan)
  • Marcelle Bruce et Schéhérazade Zambrano (chorégraphes et chercheuses,  compagnie La Malagua)

      Coordination Émilie Da Lage (Gériico – Université de Lille, ICM) et Eugénia Vilela (Faculté de Lettres et Institut de Philosophie de l’Université de Porto)

      Crédit photo : balleteatro@pedrofigueiredo

      Argumentaire :

      La mobilité, le déplacement et l’exil font partie de la réalité de la création contemporaine. Dans l’exil, les artistes expérimentent des modes complexes de « partage du sensible » : le contraste entre des formes artistiques interdites publiquement dans les pays d’origine et spectacularisées dans les pays d’accueil; l’opposition entre des pratiques artistiques majoritaires dans les pays de provenance, et tenues à la marge des esthétiques valorisées dans les pays d’entrée ; la confrontation avec l’assignation à la catégorie « artistes en exil » et l’ensemble de limites à des formes de création que cette catégorie porte pour les « artistes ». Même si, à l’époque contemporaine, les mondes de l’art sont transnationalisés, ces mondes sont travaillés par des dynamiques de pouvoir qui dessinent des espaces d’exclusion.

      Par ailleurs, la crise de l’hospitalité en Europe, la multiplication des « crises » systémiques – politiques-écologiques-économiques – et leur séquence de violences et de restriction des libertés, a entraîné une « humanitarisation » de l’accueil des artistes qui met en cause l’hétérogénéité et la pluralité des mouvements du sensible qui constituent intrinsèquement l’expérience artistique.

      Dans ce contexte, c’est en questionnant les écarts et changements de régimes esthétiques et politiques, que nous proposons de penser la question de la conflictualité et de l’émancipation intrinsèque aux pratiques artistiques en exil. Cette séance sera consacrée à la création artistique dans le contexte des arts performatifs – la musique et la danse – arts du temps et du mouvement, mais aussi au type de « pouvoir » qui sont conférés à ces pratiques dans différents régimes esthétiques et politiques. Avec cette séance nous aimerions donc penser, en croisant les expériences des artistes et les réflexions et analyses de chercheur.es, les rapports entre esthétique et politique (Rancière) par la tension entre différentes temporalités et espaces du déplacement.

      En fonction des trajectoires de migrations et d’exil, et dans certaines conditions de performance, les artistes peuvent faire apparaître des résistances qui ouvrent des brèches dans les hiérarchisations des mondes de l’art, leurs pratiques matérialisent alors des forces d’autonomie dans la scène du pouvoir. Dans quelles conditions la création et la pratique artistique constituent-elles des espaces d’émancipation qui font émerger des conflictualités entre des scénarios de l’art et des fictions politiques ? Dans cette séance, on essaiera de faire place à la force politique et artistique qui donne naissance à des « univers de possibles » (Rancière).

      Cette thématique  sera également abordée lors de la Fabrique d’Agirs qui aura lieu du 11 au 13 avril prochain à Calais, notamment dans le cadre de la table ronde “Que peut la musique dans la résistance ?”, modérée par Emilie Da Lage et Loup Blaster (voir programme )

      Intervenant.e.s :

      Continuer la lecture de ART, CONFLICTUALITÉS ET ÉMANCIPATION. PRATIQUES ET PAYSAGES SONORES ET CORPORELS DE L’EXIL. 10 AVRIL 2024, 17-20H.

      Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

      Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

      5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

      13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

      Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

      Avec :

      • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
      • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
      • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

      Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

      image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

      Argumentaire

      La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

      Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

      Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

      En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

      Intervenants :

      Continuer la lecture de Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

      Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

      Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices 

      4ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

      7 février 2024, 17-20h,  Cette séance aura lieu en VISIO. Un hybride est cependant organisé par Saskia Cousin à l’Université de Nanterre, pour les étudiants et les participants présents sur place (bâtiment Lefebvre, salle D402 (Sophiapol) (Les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin). Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

      avec :

      • Nicolas JAOUL (anthropologue et réalisateur de documentaires, chargé de recherche au CNRS) : A propos de la politique des demandeurs d’asile. Retours sur la mobilisation des campements de La Chapelle, été 2015. (A partir d’extraits du film « Bariz, le temps des campements, Iskra, 2020).
      • Serge BAGAMBOULA (Chercheur au CFS-ep et membre du Bureau d’études des Sans Papiers de Bruxelles) : Mobilisation pour une régularisation des sans-papiers en Belgique
      • Martin DELEIXHE (professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Centre de Théorie Politique) : Quelle représentation politique pour les migrants en situation irrégulière ?

      Coordination : Saskia Cousin, (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) et Sophie Djigo (philosophe, STL Lille, ICM)

       Crédit photos : Lutte des habitants du 76 rue Gabriel Péri, à Saint-Denis, 2008. (c) Olga Stanislavska

      Argumentaire :

      Alors même que le projet de loi Asile et Immigration porté par Gérald Darmanin vise à restreindre l’accès aux droits des personnes exilées et à criminaliser l’immigration irrégulière, la question de la visibilité et de l’organisation politique des sans-papiers se pose de manière aiguë. L’anthropologie des campements documente le régime de visibilité des personnes en exil : celui de l’effacement, de l’interstice, de l’effraction. Comment exister dans l’espace public lorsqu’on est assigné à l’invisibilité, cantonné dans les marges de la cité ; comment défendre ses droits et quels droits défendre ?

      Les conditions de l’encampement, à savoir l’installation transitoire, le dénuement, l’insécurité et l’invisibilité, pourraient conduire à faire de ces espaces de vie des incarnations de l’état de guerre de tous contre tous. Or, malgré ces circonstances extrêmes, la vie en commun s’organise, improvisée, progressivement élaborée. Comment se développent des modes d’organisation sociale et politique dans les lieux de vie de personnes en exil ? Quelles sont les pratiques d’autogestion mises en œuvre, par exemple à Calais, à Paris-La Chapelle, à Bruxelles ?

      Loin de tout angélisme, ces organisations en autogestion interrogent l’exercice collectif du pouvoir, la production des règles, la participation démocratique, affrontées à bien des difficultés, à des formes de conflictualités non seulement entre les personnes en exil et les pouvoirs publics, mais aussi entre les personnes en exil, ou entre exilé.e.s et militant.e.s/bénévoles.

      La solidarité mise en œuvre par les citoyen.ne.s solidaires fait aussi partie des éléments qui à la fois renforcent et perturbent l’autonomie et la subjectivation politique des exilé.e.s. Si le soutien est crucial, il comporte aussi sa part d’ambiguïtés ; l’enfer peut être pavé de bonnes intentions, lorsque les solidaires se donnent pour tâche de représenter les personnes en exil, de prendre la parole en leur nom, en l’absence de relais politiques, ou de décider à leur place, en vertu de leur compétence de citoyens. La représentation des personnes en exil n’est pas exempte de conflits, et les désaccords entre collectifs d’exilé.e.s ou entre personnes au sein d’un même collectif en témoignent.

      Quelle représentation pour les sans-papiers ? Quelles stratégies d’organisation politique pour faire entendre les voix, pas toujours accordées, des exilé.e.s ? Comment porter la parole des personnes en exil en dehors des cadres institutionnalisés de la représentation politique ? A quand un parlement des migrants à l’échelle nationale, voire européenne ?

      Intervenants : Continuer la lecture de Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

      Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h

      Exil : légitimité et crédibilité des expériences.

      3ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL

      Un temps de débat sera consacré à la nouvelle loi sur l’immigration votée le 19 décembre 2023, et aux tribunes en opposition, dont celles de l’Institut convergences migration et des Non-lieux de l’exil.

      10 janvier 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

      Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

      avec :

      • Elena GORDIENKO (chercheuse en études théâtrales, IRET/Sorbonne Nouvelle) : Quels projets et en quelles langues pour des artistes exilé.e.s du pays déclencheur d’une guerre coloniale ?
      • Omid HASHEMI (Artiste et performeur, Chercheur associé : Scènes du monde, création, savoirs critiques, EA 1573, Université Paris 8) – La fatalité géographique
      • Morgane DUJMOVIC (Géographe,  chargée de recherche CNRS, UMR Pacte, Grenoble, ICM) – Que peut la carte ? Que fait le mouvement ? La CartoMobile : une expérimentation participative avec des personnes exilées 
      • Pascale LABORIER (Professeure de science politique, Université Paris Nanterre – ISP UMR 7220, fellow ICM, Membre du Bureau du Réseau MEnS et du Conseil scientifique de PAUSE) – Cartographies narratives des universitaires exilés à l’ère numérique : conditions de production de connaissances collaboratives et contributions au plaidoyer pour les universitaires en danger

      Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA, Sophiapol, ICM) et Léo Manac’h (anthropologue, CEPED, U. de Paris Cité, ICM)

      Crédit photo du bandeau : (c) Omid Hashemi, Série Les murs troués de la guerre, 2013, n°4. Courtoisie de l’artiste, https://www.omidhashemi.art/ 

      Argumentaire

      Qui parle de l’expérience de l’exil ? Sous quelle forme ? Au nom de qui et pour qui ? Ces questions sont régulièrement discutées dans les Non-lieux de l’exil et traversent la thématique de cette année : Exil- conflictualités et émancipations. Elles prennent une place centrale dans l’actualité politique récente, et notamment depuis le vote de la loi immigration, le 19 décembre 2023, avec les voix de l’Extrême-droite. Cette séance propose de s’intéresser plus précisément aux cercles de la légitimité afin de distinguer entre la légitimité des expériences et leur crédibilité dans l’espace public. La légitimité engage à la fois la participation et proximité avec l’événement et le positionnement. Serait alors « légitime », en premier lieu, celle ou celui qui a fait une expérience directe l’exil dans sa diversité constitutive (de guerre et de conflit, de déplacement et d’arrachement) ou bien, en second lieu, celle ou celui qui l’a vécu intimement par rebond. Cette expérience concerne alors des proches et des contextes connus, une langue parlée et lue. Un troisième cercle apparait ensuite, celui de celles et ceux qui se trouvent face à l’expérience de l’exil, qui sont ébranlé·es dans le contre-coup ou l’après-coup (Galitzine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky 2018) et/ou s’engagent contre la condition faite à l’exilé·e, que ce soit pour des raisons politiques et/ou familiales. La question de la langue demeure ici centrale et doit être adressée afin d’observer les modalités de circulation entre les deux premiers cercles de concernement et le troisième cercle, « concerné·es indirect·es » par les politiques migratoires et l’expérience de l’exil. En effet, comment (s’) exprimer, comprendre affects et engagements lorsque l’un·e des interlocuteur·rices ne dispose que d’une langue partagée insuffisante dans sa capacité à signifier (Manac’h 2022) ? La crédibilité, serait, selon Roberto Beneduce (2020), trop souvent médiée par les chercheur.e.s dans les dispositifs de recueil de la parole : placé en situation d’expert, celui-ci attesterait de la légitimité dans l’espace public, rejoignant l’interrogation de Gayatri Spivak (1985). Cette crédibilité interrogerait alors les éventuelles « violences systémiques » dans le dessaisissement de la parole et la réappropriation par les chercheur.e.s. Que se passe t’il pourtant lorsque la parole et le témoignage s’élaborent dans la co-construction ou plus encore, dans la conjonction des statuts, lorsque les chercheur.e.s et artistes, eux-mêmes en exil, se saisissent de différents espaces de représentation dans l’espace public pour transmettre soit leur expérience, soit des expériences collectives ? A tout le moins cette concordance entre légitimité et crédibilité influe et modifie l’ordre du discours, la répartition des rôles et ouvre à de nouvelles perspectives, éthiques, épistémologiques et politiques, que cette séance entend discuter.

      Intervenant.e.s

      Continuer la lecture de Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h

      Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

      Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre.

      2ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”. 

      6 décembre 2023, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

      Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

      avec :

      • Saphia AÏT OUARABI (militante antiraciste, masterante en sociologie)
      • Yasmina BEDAR (présidente de l’association Yalla (mémoire et transmission du 17 octobre 1961), Saint-Denis
      • Samir HADJ BELGACEM (sociologue, Centre Max Weber)
      • Noreddine IZNASNI  (militant des quartiers populaires, Nanterre).

      Coordination : Saskia COUSIN (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) & Christiane VOLLAIRE (philosophe, CNAM, ICM)

      Crédit photo : copyright Philippe Bazin, Le Blanc-Mesnil, 2021. Courtoisie du photographe.

      Argumentaire

      Les personnes vivant dans les quartiers populaires sont souvent en situation d’exil. Même nées en France, elles sont exposées au stigmate de sujets « issus de l’immigration ». Les territoires qu’elles habitent – dont celui du 9.3 du Campus Condorcet – sont, pour cette raison même, des lieux emblématiques des conflictualités post-coloniales, exiliques ou post-exiliques. Soumis dès l’origine à une gestion policière, depuis la constitution du bidonville de Nanterre juste avant la guerre d’Algérie jusqu’aux projets de lois les plus récents du ministère de l’Intérieur, ces territoires sont le produit d’une longue histoire des discriminations.

      Pour la cinquième fois, les Non-lieux de l’exil consacrent une séance à ce sujet tout aussi ancien que brûlant, réactivé par les révoltes récentes. Cette séance souhaite, traitant des rapports entre conflictualités et émancipations aborder la question du rapport à des « forces de l’ordre » que les sociologues Olivier Filleule et Fabien Jobard inscrivent, selon le titre emblématique de leur ouvrage commun, dans un schéma de Politiques du désordre (Seuil, 2020).

      De la répression sanglante de la manifestation pacifique 17 octobre 1961, à la récurrence des morts aux mains de la police, et jusqu’aux récentes révoltes qui ont suivi la mort de Nahel Merzouk tué à bout portant par un tir policier le 27 juin 2023, se dessine une histoire des contrôles au faciès, des dénis de droit, et d’une grande proportion d’impunité policière. Dans un territoire national qui présente l’espace républicain comme espace d’équité sociale et de respect des droits fondamentaux, le policier auteur de la mort de Nahel Merzouk a été libéré le 15 novembre 2023.

      Pour autant, depuis la Marche pour l’égalité de 1983, le Mouvement de l’Immigration et des banlieues de 1995, les habitants des quartiers populaires revendiquent hautement leur appartenance à l’histoire d’un pays dont ils ont forgé de nouvelles figures. C’est cette aspiration à la mémoire et à l’émancipation  face aux conflictualités violentes que nous souhaitons partager ici. Cette séance présentera également le nouveau roman de Sophie Djigo, philosophe et membre des NLE, issu d’un travail de terrain de long terme dans un quartier populaire de Roubaix.

      Intervenant.e.s :

      Continuer la lecture de Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

      Chercheurs & étudiants en exil : Catégorisations, assignations, émancipations dans l’ESR – 8 nov. 2023

      Chercheurs & étudiants en exil : catégorisations, assignations, émancipations dans l’enseignement supérieur et la recherche.

      1ère séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”. 

      8 novembre 2023, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des HumanitésCampus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

      Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France (lien zoom  :
      https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 ). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin.

      avec :

      • Shumona SINHA (Romancière)
      • Liora ISRAËL (sociologue, EHESS)
      • Paula BENASSULY-ARRUDA  (juriste, CREDA/IHEAL, Sorbonne Nouvelle, Lauréate Pause)
      • Rudi OSMAN  (Union des Étudiants exilés)

      Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma, Sophiapol et ICM) & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (Cessma-Inalco, ICM)

      Argumentaire

      Pour la 14e année des Non-lieux de l’exil, la séance introductive, élaborée dans le cadre d’un  partenariat avec UXIL, portera sur les catégorisations des chercheurs / artistes / étudiants en exil. Les mentions “chercheurs et artistes en exil », ou encore « at risk », « endangered », « entravés » ou « empêchés », désignent à la fois une situation de crise pour l’exercice des libertés académiques individuelles et collectives et des procédures allégées d’accueil en urgence  – à l’instar du programme PAUSE depuis 2017. De la même façon, si des dispositifs spécifiques d’accès des étudiants exilés à l’enseignement supérieur sont invoqués par des directives interministérielles pour l’intégration, ils sont également très soutenus par des réseaux associatifs spécialisés ( Réseau MEnS, UEE,..) et des initiatives collectives d’enseignants chercheurs au sein de leurs institutions, à l’instar du programme UXIL. Pour fondamentaux que soient ces engagements pour la protection et/ou la visibilité des difficultés spécifiques rencontrées en exil, les accueils de chercheurs en danger restent provisoires et l’entrée des étudiants tient encore insuffisamment compte des contraintes familiales et professionnelles,  souvent genrées. Une ambivalence se met ainsi en place, entre une condition d’exil offrant des voies privilégiées  d’émancipation dans l’ESR et une assignation durable à  l’exil,  voir une essentialisation. Comment « sortir de l’exil » ou de catégorisations entrecroisées parfois discriminantes, distinguant par exemple les chercheurs et artistes confirmés « en danger » des étudiants « réfugiés » qu’ils en aient ou non le statut ? Comment poursuivre recherche, enseignement et études en dehors des programmes spécifiques d’accueil pour réfugiés ou exilés ?   Ces questions seront abordées en croisant différentes analyses et acteurs.

      Présentation des intervenant.e.s

      Continuer la lecture de Chercheurs & étudiants en exil : Catégorisations, assignations, émancipations dans l’ESR – 8 nov. 2023

      Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

      Exil : conflictualité et émancipation

      2023-2024

      Un mercredi par mois, 17h-20h – voir ci-dessous, argumentaire et dates

      Programme en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre , le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245), le Sophiapol (Université de Nanterre) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.  Comme chaque année les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – le programme spécifique est en cours de finalisation. Chaque séance fait l’objet d’une annonce spécifique. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.

      Argumentaire 

      L’exil désigne une condition et une expérience : exil politique, exil économique, exil intérieur. Dans cette perspective, tout exil relève toujours du politique. Il effracte l’intime des parcours de migration et d’exil. Ce noyau commun de l’exil lui confère ainsi une historicité que le seul déplacement dans l’espace – la migration – ne possède pas. Plus encore, parce qu’il n’est pas une catégorie juridique ni un statut, l’exil permet de penser ensemble la migration et l’intégration ou l’installation,  les lieux de départ, de transit et d’arrivée, le là-bas et l’ici, l’avant et le maintenant, les réseaux de soutien et les communautés déterritorialisées, l’arrachement et le déracinement, les attentes et les projections, les langues et les imaginaires. Dès lors, la question de la légitimité de l’expérience se pose autrement que pour celle de la migration stricto-sensu : si elle est avant tout celle des personnes en exil dans la singularité de chaque parcours, elle peut et est en partie partagée, en rebond et dans le contre-coup par celles et ceux qui font face aux expériences de l’exil et y participent par leurs engagements dans différents espaces, contre les politiques de contrôle ou de rejet, entre co-constructions et frictions.

      Pour sa 14ème année consécutive, le collectif Non-lieux de l’exil a choisi de réfléchir autour du thème  Exil : conflictualité et émancipation. Conflictualité, en premier lieu, pour désigner le « heurt avec le pouvoir » (Foucault 1977) des personnes exilées  et les territoires de luttes qui se déploient face aux effets des lois successives pour le contrôle de l’immigration et les politiques assumées de xénophobie sélective (de race, de classe, de genre)tendant à reconduire, pour beaucoup, les formes historiques de la domination coloniale.

      Continuer la lecture de Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.